« Harfang » par Aurore

Alors que Japan Expo approche à grands pas (1), Aurore – la dessinatrice officielle des affiches du festival – publie sa nouvelle BD : un conte fantastico-médiéval où humour et princesses se côtoient. Un superbe livre aux couleurs chatoyantes qui totalise, quand même, 100 pages d’histoires dans l’esprit du style mangas que cet auteur affectionne.

« Harfang » est librement inspiré d’un conte des frères Grimm : « Jorinde et Joringel ». Comme souvent, c’est une histoire succincte, peu détaillée et à la recette classique : un couple d’amoureux, une sorcière et, bien évidemment, un sort à conjurer. Le couple n’aurait pas dû s’approcher du château de cette vieille acariâtre. Celle-ci capture les jeunes filles et les transforme en jolis oiseaux gazouillant. Dans le conte original, le jeune homme délivre sa bien-aimée à l’aide d’une fleur rouge forcément magique. Dans la version d’Aurore, c’est grâce à une épée (obtenue à la suite d’un pacte avec un dragon) que Bran réussit à délivrer Lynette.

De ces quelques lignes, Aurore a su créer un monde médiéval aux influences asiatiques indéniables. On retrouve le même souci du détail que dans « Bride Stories », les couleurs en plus. Ce sont ces couleurs qui font la force de cette version papier. En effet, l’originalité de la BD « Harfang » est d’avoir été entièrement prépubliée sur Internet dans sa version noir et blanc. Si les dessins, déjà superbes, se suffisent à eux même, le travail méticuleux sur les ambiances et les détails de lumière lui apportent une nouvelle dimension. Même si vous l’avez déjà lu sur le Net, n’hésitez pas à la redécouvrir dans cet album.

Entre la prépublication en noir et blanc et la version album, tout en couleurs, quelques ajustements ont été réalisés afin de rendre la lecture plus cohérente, comme c'est le cas ici avec l'inversion de la seconde case.

À noter que le titre vient d’une race de chouette blanche qui n’existe qu’en Arctique. C’est sous cette forme qu’a décidé de se présenter la sorcière quand elle épie ses proies. Ce choix n’est pas anodin et permet de lui offrir une personnalité mystérieuse, ainsi qu’une esthétique particulièrement travaillée. Visant avant tout un public féminin amateur de fantasy, cette histoire devrait également pouvoir capter une plus large audience, à moins que le lecteur classique ne décroche à cause des ressorts comiques, empruntés à l’univers mangas, et disséminés tout au long de l’aventure.

Cet album est à l’image d’Aurore, sa dessinatrice. Autodidacte, elle a su se créer un nom dans le milieu des amateurs de mangas. Elle a commenté en publiant 19 numéros de son fanzine My City et est chargée de réaliser les affiches du grand salon annuel dédié à la culture japonaise : Japan Expo. Elle a également collaboré à plusieurs albums chez Delcourt (« Pixie ») ou chez Soleil (« Sweet Sorcellery », « Elinor Jones » et « Lady Liberty »).

Séries d'affiches réalisées dans le cadre de Japan Expo

Créée dans un style ouvertement inspiré de la culture graphique et narrative des BD japonaises, « Harfang » est sûrement l’une des œuvres les plus personnelles et aboutie de cette auteure. C’est, en plus, un très bel album à dos rond de près de 130 pages toutes en couleurs. Un cahier graphique avec des anecdotes clôturant le livre.

Gwenaël JACQUET

« Harfang » par Aurore
Éditions Delcourt (16,95 €) – ISBN : 2756047279

(1) Japan Expo Paris, cette année, c’est du 2 au 6 juillet 2014, au parc des expositions de Paris-Nord Villepinte. Aurore y sera bien évidemment présente pour dédicacer son album.

La nouvelle affiche réalisée par Aurore pour l'édition 2014 de Japan-Expo.

Galerie

Les commentaires sont fermés.