« La Machine à influencer : une histoire des médias » par Josh Neufeld et Brooke Gladstone

Pas facile d’être journaliste ! C’est une des professions les plus détestées dans le monde. Ils sont souvent accusés de manipuler l’opinion publique ou d’être une simple courroie de transmission du pouvoir politique. Loin de toute thèse simpliste, la journaliste Brooke Gladstone s’interroge : « et si nous avions les médias que nous méritions ? » Elle défend cette thèse dans un ouvrage ludique et d’une grande rigueur.

Brooke Gladstone produit et anime une émission consacrée aux médias sur NPR, la radio publique des États-Unis. Agacée par le succès de la thèse conspirationniste qui fait des médias des manipulateurs d’une opinion publique innocente, la journaliste s’est documentée aux meilleures sources pour cet ouvrage dense, qui embrasse l’histoire des médias de l’Antiquité au XXIe siècle.

Elle remonte ainsi aux premières attaques contre ceux qui transmettent les informations du temps des Mayas ou sous l’Empire romain, pour achever son ouvrage sur les errements des médias états-uniens pendant la Seconde Guerre du Golfe et sur les potentialités et les dangers d’internet. Elle se met en scène pour présenter cette histoire, analyser différentes théories et décrypter le travail de journaliste, ses méthodes et ses enjeux.

Elle en tire une salutaire leçon de journalisme. Pour elle, affirmer que les médias sont une machine à influencer est une pure illusion, ce sont simplement des miroirs de notre société : « (…) ou plutôt un palais des glaces de foire ; avec son labyrinthe de miroirs dans lequel vous déambulez, passant de l’exaltation à l’ennui, du sentiment de transcendance à celui d’avilissement. (…) Nous sommes séduits par les infos people. Nous ne crachons pas sur une bonne course-poursuite. Et qui ne prend pas un certain plaisir coupable à entendre un commentateur qui partage ses vues. »
Le public hypocrite consomme du sensationnalisme. Pour l’auteure, il ne peut s’en prendre qu’à lui-même s’il limite les médias à cela. Il y a pluralité de moyens d’informations. Aux citoyens de faire leur choix pour avoir une consommation responsable : « On peut changer les médias en consommant de meilleurs médias. »


Loin de tout manichéisme, « La Machine à influencer » est un manifeste pour la défense de médias libres. Les grands médias sont un « quatrième pouvoir » aux forces bien limitées par des politiques manipulateurs, l’usage biaisé de sondages ou un Internet devenu première source d’informations.

Par cet ouvrage, Brooke Gladstone veut diffuser, au plus grand nombre, des outils pour décrypter les médias : pour que le lecteur soit un citoyen vigilant, et non pas un simple consommateur. Le dessin souple et stylisé de Josh Neufeld facilite la lecture d’un ouvrage dense, lequel vulgarise une réflexion intelligente et argumentée sur un sujet sensible. Le livre alterne, ainsi, pages de bandes dessinées documentaires et textes informatifs. En fin d’ouvrage, on trouve un index fort utile et un répertoire des sources utilisées. Du vrai travail de journaliste !

Laurent LESSOUS ([L@BD->http://www.labd.cndp.fr/]

« La Machine à influencer : une histoire des médias » par Josh Neufeld et Brooke Gladstone
Éditions Çà et là (20 €) – ISBN : 978-2-916207-96-4

Galerie

2 réponses à « La Machine à influencer : une histoire des médias » par Josh Neufeld et Brooke Gladstone

  1. BARRE Pascal dit :

    Un bouquin vraiment très pertinent et bien conçu, dont le titre m’avait attiré, à recommander et qui fait bien le lien avec cette maxime qui nous dit: « plus l’oppresseur est infâme, plus l’esclave est vil » ( je crois que c’est de Montesquieu, pour faire mon malin!)
    Nous n’avons que les dirigeants et les médias que nous méritons! (euh çà c’est de moi)

  2. Ping : « La Machine à influencer : une histoire des médias » par Josh Neufeld et Brooke Gladstone | Informer et communiquer