« Adulteland » par Oh Yeong Jin

Chroniqueur lucide et désenchanté de la société coréenne contemporaine, Oh Yeong Jin fait son retour aux éditions FLBLB avec un thriller légèrement futuriste. Auteur remarqué de bandes dessinées de reportages comme « Le Visiteur du Sud », prix Asie de l’ACBD en 2008, il dresse dans « Adulteland » le constat du manque de communication et de la solitude généralisée dans un pays pourtant prospère. Le robot androïde peut-il remplacer la femme comme avenir de l’homme ?

Salarié modèle, père de famille et époux attentionné Yongbae arrive à la quarantaine. L’exemple de collègues déclassés socialement le perturbe. Il s’ennuie dans son travail et dans son couple, mais n’ose pas changer de métier ni aborder des sujets qui fâchent avec son épouse. Il découvre Adulteland par hasard, lors de vacances pluvieuses sur le littoral. C’est un parc d’attractions exclusivement réservé aux adultes. On peut y discuter, et uniquement y discuter, avec des robots d’apparence humaine et féminine qui peuvent tenir une véritable conversation. Il s’entretient avec une femme-robot qui, lors d’échanges qui le troublent, mentionne le nom de l’un de ses anciens camarades. Il avertit alors son ami. Intrigué, celui-ci vient à son tour passer la soirée avec l’androïde. L’homme s’aperçoit alors qu’elle possède les souvenirs et la personnalité de sa défunte épouse. Ils évoquent ensemble un lourd secret avant qu’une émotion trop grande n’engendre un drame irréparable.

Cet album surprenant, mélancolique et profond, est un thriller d’anticipation qui nous montre les dérives possibles de notre société. Les personnages confrontés à une solitude urbaine insurmontable sont aliénés à leur travail, sans échappatoire, mis à part l’alcool ou des conversations avec des robots humanoïdes féminins. Ce véritable conte philosophique, au dessin sobre dans un gaufrier immuable de 6 cases par planche, est profondément humain, donc émouvant. Il porte en lui des questions sociétales fortes sur le devenir de l’intelligence artificielle, celui d’entreprises dans lesquels les rapports humains se limitent au rapport de force ou l’angoisse d’une existence confinée dans une société individualiste. L’enquête policière pimente d’un suspens agréable ce manhwa épuré et désenchanté.

Pour mémoire, BDzoom.com à déjà évoqué « Le Visiteur du Sud » dans un article.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Adulteland » par Oh Yeong Jin
Éditions FLBLB (15 €) – ISBN : 978-2-35761-060-6

Galerie

Une réponse à « Adulteland » par Oh Yeong Jin

  1. Ping : Neorama dos Quadrinhos 1.031, de Marko Ajdarić | Neorama2's Blog