« Flor de Luna T5 : Christie » par Éric Lambert et Pierre Boisserie

Dans un premier cycle de « Flor de Luna » (3 tomes parus en 2007, 2008 et 2009), on découvrait le contexte socio-économique du commerce du tabac à Cuba et des thèmes classiques comme l’esclavage, le colonialisme, les conflits d’intérêt entre aristocratie et bourgeoisie ou le sens du sacrifice dont savent faire preuve ceux qui ont déjà tout perdu…

Le lecteur embarquait avec un certain plaisir dans une saga familiale aux accents exotiques et aventureux articulée autour de deux trames parallèles, se dévidant alternativement pour mieux se rejoindre. D’un côté, une trame policière autour du meurtre à Genève, de nos jours, de Charles Porter, le dernier nabab du cigare assassiné d’une balle en plein cœur. Le coupable présumé de ce meurtre, Antoine Chatel, se terre alors dans un chalet discret où il se croit en sécurité, bien que poursuivi par un tueur obstiné et contrôlé par la vénéneuse Kathryn Chatel qui a repris la marque de cigare associée à son père assassiné. De l’autre, une trame plus historique : celle des mémoires de l’aventurier Diego Antonio Castellano qui, en 1825, a fui l’Europe et son passé trouble pour embarquer à bord d’un négrier en direction de Cuba. En 1826, il réussit son pari : faire sortir du bout de terre désolé dans lequel il a investi ses économies une plantation de tabac qui produira les meilleurs cigares du monde. En acceptant de recueillir l’enfant illégitime de la belle Lucia, un petit mulâtre issu d’un viol et qui fait la honte de sa famille, il se retrouve cependant au centre d’intrigues assez sanglantes.

Avec le 5ème tome qui vient de paraître, un nouveau cycle vient de se terminer totalement consacré à la reprise en main de Cuba, en 1898, par les Américains. L’un d’eux, amoureux fou de la séduisante Christie, se retrouve piégé à Cuba que les journalistes du New York Journal tentent de couvrir et pour lesquels le destin de Rosalia est une aubaine, car les cigares Flor de Luna qu’elle produit sur ses terres sont appréciés partout. Mais la belle Christie n’est pas n’importe et certains vont vite le découvrir à leurs dépens, notamment Rosalia. Ce dernier volet est, du coup, assez dynamique et rebondissant. Il conclue une série pour les amateurs de cigares et d’histoire cubaine, dessinée d’un trait réaliste classique (Lambert est seul désormais, sans la contribution d’Éric Stalner) au rythme d’une histoire exotique et passionnelle qui ne l’est pas moins.

Alors bon voyage !

 Didier QUELLA-GUYOT  ([L@BD->http://www.labd.cndp.fr/] et sur Facebook) : http://bdzoom.com/author/didierqg/

« Flor de Luna T5 : Christie » par Éric Lambert et Pierre Boisserie

Éditions Glénat (13,90 €) – ISBN : 978-2-7234-9434-2

Galerie

Les commentaires sont fermés.