« Kompilasi Komikus » par Joël Alessandra, Clément Baloup, Simon Hureau et Sylvain-Moizie

Sous-titré « [Carnet de Résidences] en Indonésie », le programme de l’ouvrage semble clair, mais pas tout à fait car c’est de plusieurs carnets qu’il s’agit, des carnets de séjours plus que de route, réalisés entre 2009 et 2012 par quatre auteurs de BD et, au bout du compte, quatre visions de l’Indonésie, de Jakarta à Bali en passant par Yogyakarta ou Surabaya…

Classés chronologiquement, l’ouvrage commence par Syvain-Moizie, qui a publié en son temps « Sept mois au Cambodge » chez Glénat, et qui découvre en 2009 qu’il va devoir quitter sa petite famille pour une formation en anglais à des Indonésiens, avec l’aide d’une traductrice, ouf ! Sa vision reste proche du festival auquel il participe, près des auteurs locaux également, de l’atelier BD qu’il anime, mais il propose quand même de nombreux croquis de la vie quotidienne réalisés lors de « balades » dans Surabaya.

Avec Clément Baloup (voir « Mémoires de Viet Kieu » T2 (« Little Saigon ») par Clément Baloup), la vision est plus voyageuse : nombreux dessins sur le vif associés à des mots-clés, mais aussi bandes dessinées évoquant la frénétique Jakarta et ses lieux fantasmés, ou Surabaya, son cimetière, ses temples. Enfin Bali, ses masques, ses cultes, ses plages…

Les choses deviennent sérieuses – et copieuses – avec Simon Hureau, auteur du remarquable « Massacre » (situé au Cambodge, voir « Le Massacre » par Simon Hureau). Ses nombreux croquis au pinceau brossent avec talent les rues, les édifices (les très belles pages d’ « En longeant la Kalimas »), et toute une brochette de vélos-métiers pittoresques, mais Hureau s’adonne également à des bandes dessinées abouties consacrées à des « virées » et à son « expérience du chaos » citadin. Elles font découvrir la ville de Jakarta, ses attraits et ses repoussoirs. Hureau file aussi à Bali proposant des chemins de traverse, « des chemins qui continuent » ou comment voir mieux et plus en allant au-delà de certains sites incontournables… à contourner. Dans « Ubud le bide », l’auteur se demande aussi s’il est raisonnable et souhaitable de revenir là où on est déjà venu quelques années plus tôt, question que tout voyageur se pose ?

C’est Joël Alessandra, dont on a récemment vanté les mérites (voir « Errance en Mer Rouge » par Joël Alessandra), qui boucle en force – et en forme – cet ensemble de 240 pages. On ne redira pas assez l’admiration que suscitent ses aquarelles, ses portraits féminins, ses constructions pittoresques. Pas de BD, là, que du carnet de voyage à l’état brut, commenté évidemment, avec photos, traces (étiquette de bière, billets de banque ou affichettes liées aux événements BD), et les regrets répétés de ceux qui passent trop vite mais qui savent voir les choses, et les restituer, avec ce plaisir gourmand de montrer aussi bien les « cantine mobiles » que les célèbres temples de Borobudur.

Alors bon voyage !

Didier QUELLA-GUYOT  ([L@BD->http://www.labd.cndp.fr/]

« Kompilasi Komikus » par Joël Alessandra, Clément Baloup, Simon Hureau et Sylvain-Moizie

Éditions La Boite à Bulles (29 €) – ISBN : 978-2-84953-199-0

Galerie

Les commentaires sont fermés.