« Mon Histoire » T1 par Aruko et Kazune Kawahara

La plupart des shojo manga pour très jeunes filles présente des personnages longilignes et adulés par le sexe opposé. Ils ont un charisme certain et une morale inébranlable. Toujours propre sur eux, ils se sortent de toutes les situations avec élégance. J’ai bien dit, la plupart. En effet, le héros de ce manga est un peu l’inverse de tout ça : grand, imposant, pataud, un peu manche et vraiment pas sur de lui. Pourtant, ce gaillard va finir par rencontrer le grand amour. Voilà un bon début pour « mon histoire ».

Takéo est une armoire à glace. Le genre de personne qui fait peur avant toute chose. Son meilleur ami, Sunagawa, est pour sa part « LE » tombeur de ces dames. Toutes les filles lui courent après. Pourtant, lui il ne les aime pas ces donzelles sans cervelle. Takeo a du mal à comprendre son attitude. Si elle le lui demandait, il sortirait bien avec elles, d’ailleurs ; ils les aiment en secret, bien avant qu’elles se déclarent à son ami et que tous ses rêves s’écroulent. Navré d’être un séducteur raté, il serait prêt à tout pour qu’on le remarque et qu’on sorte avec lui. Pourtant, il n’en veut pas à Sunagawa et le jour ou la jolie Yamato vient leur parler, il pense immédiatement qu’elle les fréquente pour plaire à son ami. Sauf que, pour une fois, il se trompe, et celui qui a fait chavirer le cœur de cette princesse n’est autre que le chevalier Takeo. La première fois qu’ils se sont rencontrés, elle était tourmentée par un pervers dans le métro. Takeo arrêta la main baladeuse et pour la première fois, une fille le voyait sous un angle différent : bon, compréhensif, gentil et serviable.

Bien évidemment, un bon shojo manga dégoulinant de bons sentiments ne serait pas intéressant sans son lot de quiproquos. Takeo est le personnage parfait pour créer ce genre de situation et la scénariste Kazune Kawahara sait comment tourner tout cela à la dérision. L’histoire est pleine de rebondissements et, dés le premier tome, on va de surprise en surprise. En français, elle a déjà deux manga à son actif « Aozora Yell – Un amour en fanfare » et « Koko Debut » chez Panini. Alors que pour ces titres elle s’occupait du scénario comme du dessin, pour « Mon Histoire » elle a confié la mise en images à la dessinatrice Aruko. C’est pour elle son premier manga publié en France, malgré les nombreux titres qu’elle a à son actif au Japon. Pour la plupart, des histoires courtes.

« Mon Histoire » a l’avantage de se lire très facilement. Le dessin est extrêmement classique, mais c’est le scénario qui fait toute la différence. L’histoire sait se renouveler pour ne pas tomber dans la mièvrerie. Un bon divertissement qui a déjà, au Japon, cinq volumes au compteur .

Gwenaël JACQUET

« Mon Histoire » T1 par Aruko et Kazune Kawahara
Éditions Kana (6.85 €) – ISBN : 978-2-5050-6089-5

Galerie

Les commentaires sont fermés.