« Stimpop T1 : Le Garçon qui venait de loin » par Le Fab

Après avoir fait ses armes dans différents fanzines et dans des récits de fantasy parodiques très prisés des adolescents (« Le Donjon de Naheulbeuk », « World of Warcraft Waow », puis « Paladin »), Fabien Dalmasso, dit Le Fab, revient aujourd’hui avec une nouvelle série résolument inscrite dans un ensemble de réalités alternatives, où l’on privilégie l’humour, l’action et la rencontre parfois détonante de personnages issus de mondes différents.

Dans le prologue, on fait la connaissance de Matthew, un adolescent casse-cou, qui évolue dans un Londres légèrement décalé. Son grand-père a inventé une machine à cristaux permettant de se déplacer d’une réalité à l’autre. Alors que grand-père et petit-fils s’apprêtent à partir pour leur voyage inaugural, surviennent les membres du clan Vornok (les méchants de l’histoire) qui veulent s’emparer de la machine. Matts parvient à s’enfuir mais, au cours de la rixe qui a précédé, des fragments de cristaux ont éclaté et se sont répandus dans différentes réalités. Matt ne pourra rentrer à Londres que s’il parvient à retrouver l’ensemble des fragments.

Tel sera donc le fil rouge de la série.

Matts arrive alors à Paris, celui que nous connaissons, nous lecteurs sans machine, où, au Palais de la Découverte, se tient une exposition consacrée au steampunk, et où il a repéré l’un de ses cristaux.

C’est là qu’il rencontre Lila et Cassie. Lila est une jeune fille très branchée, qui préfère le shopping à la physique et le tchat à la dissertation. Son amie Cassie assume quant à elle son goût pour les études et la culture. Leurs différences provoquent parfois des dialogues piquants :

-          « Si tu me disais ce que c’est, le strimpelinque d’abord ? […]

-          Le steampunk, ma grande, c’est le futur tel que l’aurait rêvé un mec comme Jules Verne. […]

-          C’est lui qui a écrit « Le Monde de Nemo », c’est ça ? »

Ces adolescents vont former le trio quelque peu hétéroclite qui va se lancer à la recherche des fameux cristaux. Ils seront accompagnés dans leur quête par leurs partenaires et animaux de compagnie : Oufo, le Gris, et son robot Blip, Mew le chat de Lila, et Rex le dinosaure de Matt. Un renfort surprenant mais nécessaire pour échapper à leurs éternels poursuivants, les Vornok.

Ce premier album séduira sans doute de nombreux adolescents, par le mélange des genres, le dessin proche du dessin de manga, notamment dans les nombreuses scènes d’actions, les personnages tous très différents qui parviennent à s’apprécier et à s’unir, par l’humour et les multiples clins d’œil semés dans le récit. Mais le scénario, plutôt convenu, connaît quelques faiblesses qu’il faudra corriger pour que la série perdure et que les lecteurs se fidélisent.

Le tome 2, « L’Homme qui se croyait bon » est prévu pour la rentrée 2014.

Catherine GENTILE

« Stimpop T1 : Le Garçon qui venait de loin » par Le Fab

Éditions Delcourt (10,95 €) – ISBN 978 2 7560 5040 9

Galerie

Les commentaires sont fermés.