« Kamandi » T2 par Jack Kirby

Le second volume de l’intégrale du « Kamandi » originel de Jack Kirby est récemment sorti, pour notre plus grand bonheur. 2 volumes et 40 épisodes où le King s’en donne à cœur joie dans cette œuvre résolument décomplexée. Suite à l’arrêt de Kirby sur la série, celle-ci durera encore 19 numéros (notamment sous l’égide de Gerry Conway, Chic Stone, Keith Giffen, Dennis O’Neil, Joe Rubinstein, etc.), mais la première vague kirbyenne reste évidemment un must !

« Kamandi », c’est un univers post-apocalyptique où les animaux ont évolué jusqu’à atteindre notre intelligence alors que la race humaine a régressé au rang de l’animal… Dans ce monde dévasté, le jeune Kamandi semble être le dernier représentant de notre race humaine telle qu’on l’entend, ayant échappé à cette régression générale… Je vous renvoie à l’article que j’avais écrit sur le T1 de cette œuvre si vous ne la connaissez pas encore : http://bdzoom.com/?p=68766. Dans sa préface de ce T2, Bruce Timm rappelle à juste titre combien « Kamandi » fut une création controversée de Kirby malgré son succès. Certains l’adorèrent, d’autres la trouvèrent presque indigne du King en regard des créations du « Quatrième Monde », par exemple. Et c’est vrai que « Kamandi » est un peu une œuvre à part… Réjouissante par la fantaisie, l’imagination débridée et le postulat homme/animal de l’auteur, elle peut aussi étonner (décevoir ?) par un traité graphique semblant moins abouti que dans d’autres œuvres du King. D. Bruce Berry, qui a remplacé l’excellent Mike Royer à l’encrage sur pas mal d’épisodes, y est certainement pour quelque chose, encrant Kirby de manière assez sommaire (ou même pataude), mais l’énergie de l’artiste est bien là, et ses idées aussi… Autre point qui dut surprendre ceux qui aimaient l’emphase cosmique du King au point de déprécier l’œuvre assez injustement : l’humour. « Kamandi » n’en manque pas, et si le contexte général apocalyptique engendre des moments tout à fait dramatiques, certaines situations engendrent des dialogues ironiques ou décalés. Quoi qu’il en soit, « Kamandi » a ses fans, et beaucoup vouent à cette série un véritable culte car elle leur a procuré des plaisirs de lecture juvéniles inoubliables, le paradigme humanité/animalité qui y est exprimé étant aussi jouissif que réussi…

Ce second volume clôt donc la première période de la série où Jack Kirby officia. Tout d’abord grand manitou s’occupant de tout à part l’encrage qu’il confia à Mike Royer puis à D. Bruce Berry, Kirby laissa la supervision éditoriale de la série à Gerry Conway et la réalisation de la couverture à Joe Kubert à partir du n°34. Puis, du n°38 au n°40, Conway est même crédité en tant que scénariste, et Mike Royer revient à l’encrage après une longue parenthèse… La main passe petit à petit, « Kamandi » n’est plus la chasse gardée de Kirby et s’apprête à voguer sans son créateur vers de nouveaux horizons. En attendant, la série continue de tenir toutes ses promesses avec de l’action, du drame, de l’humour, des animaux qui parlent abruptement et des humains qui geignent sauvagement, et une série de monstres tous plus improbables les uns que les autres… Du glamour, aussi, avec la petite Pyra et Arna, figures féminines qui succèdent à Fleur et Cœur. Au fil des épisodes, on croisera certains personnages récurrent de la série, comme Ben, l’ami mutant de Kamandi capable de se transformer en être de métal, le docteur Canus, chien scientifique, ou le prince tigre Tuftan… Côté animaux surévolués, les créatures marines sont à l’honneur, avec des dauphins et des baleines tueuses, des homards et des crabes géants, mais on fera aussi connaissance avec des bulldogs guerriers impériaux, des crocodiles qui se la coulent douce dans un hôtel, des lézards ambigus et des singes qui le sont tout autant… Enfin, l’épisode n°29 (« Le Puissant ») est assez savoureux pour les fans de comics (et de DC en particulier) puisqu’il constitue un bel hommage tout en sous-entendus à la figure de Superman lui-même. L’album se clôt sur un dossier écrit par Didier Pasamonik qui revient sur les diverses influences de Kirby dans cette œuvre. Après cette belle intégrale de « Kamandi », nous attendons tous très fébrilement une intégrale du « Quatrième Monde » (et même du « Démon » et d’« Omac »), car cela reste tout à fait indispensable, chers amis !!! Croisons les doigts très très fort…

Cecil McKINLEY

« Kamandi  » T2 par Jack Kirby

Urban Comics (35,00€) – ISBN : 978-2-3657-7332-4

Galerie

Les commentaires sont fermés.