« Hollywood » T1 par Malès et Manini

Même s’il nous a récemment offert un décoiffant « Nécromancy » en tant que dessinateur (scénarios de Fabien Nury chez Dargaud) et s’il travaille sur un récit de Sylvain Ricard (« Pierrot-les-Couteaux ») où il s’essaie à un tout nouveau style graphique, tout en rondeurs, Jack Manini a plutôt tendance, ces derniers temps, à se concentrer aussi sur son activité de scénariste : et c’est tant mieux, car le bougre excelle en la matière !

Après les passionnants (mais hélas trop peu connus) « La Loi du Kanun » (rééditée, en intégrale, sous le titre « Albanie » chez Glénat) et « Catacombes » qu’il a écrits pour Michel Chevereau, voici une nouvelle série d’aventures prévue en quatre ou cinq tomes, dont le minutieux Marc Malès est le dessinateur.

« Hollywood » n’est autre que la genèse de l’histoire du cinéma, aux États-Unis, de 1891 jusqu’au milieu des années 1920. Il s’agit, du moins dans ce premier opus, de l’histoire de Max Lexter, l’homme qui aurait inventé la première caméra… Alors que sa femme et sa fille sont gravement malades, ce dernier va voir Thomas Edison, génie sans scrupule dont la devise était « ne jamais perdre du temps à inventer des choses que les gens ne seraient pas susceptibles d’acheter », pour lui vendre son invention afin de pouvoir soigner sa petite famille. Or, lors de cette prise de contact, ce présumé véritable inventeur du cinéma se réveille en prison où il restera plus de six mois. Entre-temps, Edison lui a, bien sûr, piqué son invention, et sa femme et sa fille sont mortes. Totalement dépité, il va être recueilli par un duo de saltimbanques (le cow-boy Tom Mix et la belle Janet), avec lequel il aboutira dans les studios d’Hollywood pour créer une société de production. Vingt ans plus tard, une jeune fille se déclarant être la fille de Janet, dont la destinée a été moins clémente que pour les deux autres partenaires, frappe à la porte de leurs studios, alors en grandes difficultés…

Voilà des débuts épiques qui, à notre connaissance, n’ont jamais été exploités sur le grand écran ou en bande dessinée ! Et Jack Manini a bien compris le parti qu’on pouvait tirer de ce personnage étonnant, pour qui tous les coups étaient permis, qu’était Edison et du trio d’illuminés, aux caractères bien trempés, qu’il met également en scène. Le récit, certes assez classique dans sa forme (même si l’on a droit à de nombreux aller et retour entre les différentes époques), est flamboyant ! Enfin, la cerise sur le gâteau, c’est le superbe trait réaliste, à la noirceur envoûtante, de Marc Malès, lequel devient un véritable spécialiste des ambiances historiques de l’Amérique de la fin du XIXe et du début du XXe siècle : après ces non moins magnifiques « Révoltés » (avec Jean Dufaux), « Miss » (avec Philippe Thirault) ou « L’Autre laideur, l’autre folie… », « Katharine Cornwell » et « Sous son regard » qu’il a lui-même scénarisés.

Gilles RATIER

« Hollywood » T1 (« Flash-Back ») par Marc Malès et Jack Manini
Éditions Glénat (13,50 Euro)

Galerie

Les commentaires sont fermés.