« Jack Kirby, le super-héros de la bande dessinée T1 : 1917 à 1965 » par Jean Depelley

Il y a peu est sorti le premier tome d’un ouvrage majeur et indispensable pour tout fan de comics qui se respecte, puisque consacré à l’une des figures les plus importantes de toute l’histoire du genre : je parle bien sûr du « King », de l’immense Jack Kirby. Signée par Jean Depelley, l’un des seuls spécialistes sérieux de Kirby en France (et sûrement le plus érudit), cette biographie est appelée à faire date, référence absolue en la matière de ce côté-ci et de l’autre de l’Atlantique. Une véritable bible, et peut-être l’ouvrage le plus complet jamais réalisé sur cet auteur et artiste qui a révolutionné l’histoire des comics.

Avant de parler frontalement de cet ouvrage incontournable, je me dois de parler de certaines remarques qui ont été faites sur celui-ci et qui me semblent totalement injustes et injustifiées, par le truchement attendu d’une fainéantise intellectuelle et d’une posture de critique qui persistent au détriment des réels passionnés et acteurs de la vie du 9e art (mais c’est un phénomène qui touche tous les arts et tous les médias). J’ai par exemple lu avec stupeur dans le dernier numéro de Comic Box qu’on reprochait gentiment à Jean Depelley de dire en introduction de son ouvrage que Kirby était peu reconnu en France alors que selon eux c’est « l’auteur classique le plus reconnu, aucun n’ayant eu droit à une telle littérature ». Certes, à travers le fandom et quelques numéros de presse spécialisée, on a pu lire un nombre conséquent d’articles (plus ou moins intéressants) sur Kirby en France, et on pourrait penser que Jean Depelley a péché par passion… Mais pouvez-vous me dire sérieusement combien de livres ont été consacrés au King dans l’Hexagone, à part des anthologies ? Allez, chers détracteurs : combien ? Un seul. Quelle surproduction, vous avez raison ! Un seul ouvrage. Et un mauvais, en plus. Le fameux « Les Apocalypses de Jack Kirby », signé par l’imbuvable Harry Morgan (assisté de Manuel Hirtz) dont la pédanterie intellectuelle et la dialectique ampoulée ne réussissent malheureusement pas à dissimuler des incohérences qui devraient remettre ce « spécialiste reconnu » à sa place. L’homme m’avait déjà échauffé les oreilles de nombreuses fois, en disant des conneries monstres sur Alan Moore ou Druillet, par exemple, et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il n’a pas fait mieux avec Kirby, n’abordant ce génie que par son petit bout de la lorgnette bien suffisant. Je ne dis pas que son livre n’a aucune qualité, ni qu’il ne soit pas parfois intéressant, mais outre ses interprétations intellectuelles qui n’appartiennent qu’à lui et qui ne donnent pas forcément un éclairage objectif et réaliste de Kirby, des omissions et des erreurs incompréhensibles discréditent le sérieux de l’ouvrage. Ainsi, la bibliographie de Kirby ne commence qu’à partir du Silver Age et il dit que Kirby n’a été édité en France qu’à partir de la fin des années 60 alors que ses « Lone Rider » et « Blue Beetle » parurent dans la revue Hurrah dès 1939 et 1940, sans parler de « Sky Masters » au début des années 60. Mais surtout son ouvrage contenait des « analyses » qui font franchement rire ou donnent la nausée. Ainsi, sur le projet de « Soul Love » qui avorta au tout début des années 70, Morgan nous sort cette phrase édifiante : « Un dessinateur juif quinquagénaire n’était peut-être pas l’auteur le mieux à même de réaliser des histoires destinées à un lectorat noir ». Quand on sait à quel point la communauté noire américaine se retrouva dans le personnage de Black Panther dès le milieu des années 60 (première apparition dans « Fantastic Four » #52 daté de juillet 1966), que Kirby introduisit le premier héros amérindien (Wyatt Wingfoot) au sein des comics super-héroïques dans la même série la même année, et que parmi la bande des Howling Commandos il intégra des communautés raciales différentes dès 1963, on est en droit de pleurer face à une telle hypothèse plus imbécile qu’antisémite (car ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit). Et ceci ne tient pas compte de l’enfance de Kirby où il fut confronté aux différentes réalités raciales de son quartier… Mais pour en revenir à « l’article » de Comic Box, je trouve ça déplorable qu’ils n’aient consacré qu’une critique aussi mince (une colonne !) à cet événement éditorial et culturel majeur et historique, qui plus est pour passer le quart de leur temps à relever cette petite phrase de Depelley en la contrecarrant par une contre-vérité sans rien dire d’intelligent ni d’objectif sur la valeur intrinsèque de l’ouvrage. Mais bref. Tout ça pour dire que face à la suffisance crasse et l’aplomb d’un Morgan n’allant pas chercher plus loin que le bout de son nez dans sa tour d’ivoire, Jean Depelley fait preuve d’un sérieux et d’une exemplarité remarquables.

Cette biographie de Kirby n’est en effet pas la résultante d’une passion intellectuelle usant de procédés, mais bien d’une immersion humaine et passionnelle totale, franche, absolue, s’appuyant sur des données concrètes et non des chimères. Certes, vous me rétorquerez que les deux intentions sont diamétralement différentes, l’une tentant d’analyser Kirby et l’autre « se contentant » d’accumuler chronologiquement tous les faits éditoriaux de Kirby durant toute sa vie, sans vision analytique. Et pourtant. In fine, c’est exactement le contraire qui se dégage de ces deux ouvrages. Les analyses de Morgan nous éloignent finalement de la vérité de Kirby, à force de recul intellectuel. En lisant cette biographie pragmatique – et un peu aride à lire, c’est vrai – de Jean Depelley, juste par la succession des faits répertoriés pas à pas année par année, mois par mois, semaine par semaine, parfois jour par jour, se dégage en substance ce qu’a été Kirby, son parcours, ses choix ou ses soumissions, et finalement sa personnalité et la quintessence de son cheminement artistique et humain. C’est en parcourant avec une exactitude incroyable chacun des éléments de sa vie principalement professionnelle que l’on comprend la nature même de Kirby. Certes, on pourrait regretter qu’il n’y ait pas plus d’éléments intimes et que cette biographie n’aborde foncièrement – et dans le détail – que les créations auxquels Kirby a participé (ou qu’il a fondées). Mais par ce calendrier professionnel d’une vie se dégage l’itinéraire personnel d’un homme qui a tenté à la fois de subvenir à ses besoins ainsi qu’à ceux de sa famille et d’apporter de réelles avancées narratives et graphiques aux comics, nous plongeant sans artifice dans l’articulation d’une vie, sans velléité d’ériger une légende ou de créer un mythe qui – de toute façon – existe bel et bien. Non, ici, nous comprenons exactement ce qui a poussé Kirby à créer tel ou tel projet, à prendre telle ou telle voie. À faire de lui ce qu’il est devenu, par la force des choses. Et l’ouvrage n’est pas totalement exempt d’anecdotes plus personnelles qui expliquent beaucoup certaines facettes de sa personnalité et de son art, comme son enfance, son caractère, ses qualités mais aussi ses défauts, son traumatisme de la seconde guerre mondiale ou sa vie de famille.

 

Plus que quiconque en France, Jean Depelley est sûrement le plus légitime pour parler de la réalité de Jack Kirby, de sa vie, de son art. Car contrairement aux autres, Depelley, lui, par passion quintessentielle, est allé au charbon, ne se contentant pas de son potentiel neuronal pourtant avéré pour faire feu de tout bois. Et s’il a passé cinq années à plein temps sur cet ouvrage, son travail a commencé bien avant, il y a quinze ans de cela… Oui, voilà bien quinze ans que notre homme travaille pour le fameux Jack Kirby Collector édité trois fois par an aux États-Unis par TwoMorrows Publishing, la référence absolue des amateurs du King, contributeur éclairé et reconnu pour sa connaissance de Kirby. Il participe également à la checklist (américaine et française) de Kirby, et est en relation avec les enfants du King (principalement Lisa et Neal) avec qui il est devenu ami et qui sont pour lui une source primordiale dans sa connaissance de l’homme et de l’artiste. « Jack Kirby, le super-héros de la bande dessinée » est donc le résultat non pas d’une simple passion mais bien d’un amour et d’une connaissance tels sur le sujet que l’ouvrage ne pouvait pas être autre chose qu’une somme de savoir et d’informations de tout premier ordre, indéboulonnable. 384 pages en noir et blanc mais incluant un cahier couleurs, 1300 images dont la moitié inédites en France, et un tiers des informations présentes dans l’ouvrage elles aussi inédites : voilà qui constitue bien un ouvrage d’une valeur extraordinaire et qui offre à ses lecteurs de formidables documents pour appréhender la vie et l’œuvre de Kirby. De nombreuses photos des acteurs éditoriaux et artistiques permettent de mettre un visage sur des noms emblématiques des comics, des crayonnés ou des dessins de projets avortés nous dévoilent une facette cachée des travaux de Kirby, et des documents inhérents aux faits sociaux et culturels de chaque époque nous donnent à voir des contextes importants à avoir en tête pour mieux comprendre l’évolution des choses. De très nombreuses planches ou couvertures signées Kirby sont aussi présentes, offrant un panorama plus que complet du parcours et de l’art protéiformes du King, dressant toute l’étendue des possibilités et du talent de celui-ci.

 

Indubitablement, cette biographie est extrêmement impressionnante par son contenu, dans les images comme dans le texte. Comme je vous l’ai dit, elle retrace pas à pas la vie entière de Jack Kirby, par le détail. De sa naissance à sa mort, chaque période de sa vie est passée au crible, avec une précision d’entomologiste. Nous nous immergeons dans son enfance, comprenant ce qui a forgé son caractère un rien trapu, comment il a découvert la science-fiction et les comics, comment il est arrivé dans le monde de la bande dessinée et comment se sont passés ses débuts dans le métier. Puis nous suivons son parcours professionnel, sa rencontre décisive avec Joe Simon, ses premiers succès. À juste titre (et c’est un élément de la vie de Kirby qui n’a jamais été autant examiné de près qu’ici), Depelley raconte précisément l’expérience de Kirby durant la seconde guerre mondiale, lors de la campagne de Metz, en France, et les séquelles qu’il en gardera toute sa vie, physiquement et moralement, traumatisé par ce qu’il avait vécu là-bas, visions qui auront aussi des répercussions sur son art et sa narration. Jean Depelley nous parle aussi du contexte des époques et de l’activité du monde des comics en général, ce qui nous permet d’avoir une meilleure vision de chaque période ; la charnière des années 50 avec le maccarthysme et l’avènement du Comics Code est bien sûr évoquée, ainsi que ses répercussions sur l’industrie des comics et sur la mentalité des Américains… L’ouvrage nous permet également de prendre la réelle dimension du talent protéiforme de Kirby, ayant œuvré dans tous les genres ou presque hors des seuls super-héros (guerre, romance, western, SF, polar, humour, fantastique), mais aussi d’une carrière bien loin d’être sereine et ancrée chez un ou deux grands éditeurs. Car outre Marvel et DC, Kirby a dessiné pour la plupart des éditeurs de comics qui ont existé au XXe siècle : Harvey, Hillman, Crestwood, Fawcett, etc., etc. L’ouvrage se termine avec la première moitié de la carrière de Kirby chez Marvel lors de la renaissance de l’éditeur au début des années 60, âge d’argent qui sera pour lui un âge d’or, assurément…

 

Dommage que cet ouvrage soit majoritairement édité en noir et blanc, mais les documents présentés sont d’une telle valeur qu’ils suffisent à notre bonheur, et l’ouvrage se clôt par un beau cahier couleurs où de pures merveilles nous attendent… Le second tome de cette monumentale biographie devrait paraître chez le même éditeur à la fin de l’année, couvrant les années 1966 à 1994, date de la mort de Kirby (mais toute une partie sera consacrée à son héritage artistique, au-delà de son décès). On attend cela avec une grande impatience, l’ensemble de cette biographie amplement illustrée constituant au final une somme de près de 800 pages ! À noter que Neofelis, l’éditeur, prépare cette année une réédition intégrale et totalement inédite en France de « Fighting American », œuvre haute en couleurs de Joe Simon et Jack Kirby réalisée au milieu des années 50… Je vous en reparlerai bien évidemment dans cette rubrique. En attendant, je ne saurai trop vous conseiller de vous procurer cette biographie auprès de l’éditeur en lui écrivant pour la commander (neofelis13@live.fr). Attention, tirage limité à 1 000 exemplaires !

 

Cecil McKINLEY

« Jack Kirby, le super-héros de la bande dessinée T1 : 1917 à 1965 » par Jean Depelley

Neofelis (32,00€) – ISBN : 979-1-0903-1403-0

Galerie

15 réponses à « Jack Kirby, le super-héros de la bande dessinée T1 : 1917 à 1965 » par Jean Depelley

  1. Cher Cécil, c’est sans doute par « fainéantise intellectuelle et posture de critique » que vous rayez de la carte de Kirby le Magnifique de JP Jennequin et toute une cohorte de dossiers qu’il est facile de passer à la trappe en les cachant sous le tapis « fandom et quelques numéros de presse ». Et on aura compris qu’un ouvrage ne compte pas, n’est pas paru, s’il ne vous plait pas (on peut penser ce qu’on veut des Apocalypses mais il existe, à moins de tomber dans le révisionnisme)… Ce qui nous porte à au moins trois ouvrages (j’ai la fainéantise intellectuelle de chercher s’il y en a plus). Ils ne sont pas nombreux les artistes de comics qui ont droit à ça. Kubert ? Romita Jr. ?
    Ce n’est d’ailleurs pas rabaisser l’ouvrage de Jean de dire qu’il y a d’autres publications, à partir du moment il trouve encore des choses à apporter. Ce qui est le cas. Jean Depelley n’a pas « pêché » et vous avez raison de souligner que c’était dit gentiment, puisque c’était dans une critique très positive. Après c’est super classe (non je déconne) d’essayer de transformer un texte qui était positif en « détracteur » d’un coup de baguette magique pour mieux vous ériger en seul représentant des « réels passionnés et acteurs de la vie du 9e art ».
    Le livre de Jean est très bien et j’en recommande chaudement la lecture (comme je le faisais dans l’article que vous n’avez visiblement pas compris, emporté par votre « posture critique »).
    Un « faux passionné » qui vous salue bien…

    • Capitaine Kérosène, ancien lecteur de Comic Box. dit :

      Ouf ! J’ai cru un instant qu’il y avait eu un avis négatif ou un semblant d’esprit critique ou même une toute petite poussière de nuance de réserve émise dans un article de Comic Box. Me voilà rassuré.

    • Cecil McKinley dit :

      Bonjour Xavier.
      Je comprends votre mauvaise humeur, ayant critiqué assez vertement la manière dont vous aviez traité l’ouvrage de Jean Depelley dans « Comic Box ». Si j’ai été véhément, ce n’est pas par posture de critique, mais très sincèrement parce que l’espace ridicule que vous avez octroyé à cet ouvrage majeur m’a désespéré et mis en colère, surtout quand on voit quelle place vous consacrez par ailleurs à des choses bien plus dispensables alors qu’il y a là sujet patrimonial incontournable et historique pour le genre auquel est dédié votre magazine. Car 5 pages entières sur le phénomène « Lego de super-héros », n’est-ce pas un tantinet trop, au regard de la petite colonne dans un coin de page dédiée à cette biographie de Kirby, le King des comics? Voilà la première grande et vraie biographie de Kirby en France, et elle n’a droit qu’à une colonne alors que le merchandising, par exemple (statuettes, tee-shirts, gadgets), a droit à deux pages entières ? Mais bon, c’est votre choix éditorial…

      Mais ce qui m’a vraiment fait péter un câble, c’est qu’en plus d’offrir un espace aussi réduit à cet ouvrage, vous n’avez même pas consacré ledit espace à la critique de choses importantes, primordiales, inhérentes à la nature et aux qualités de cette biographie (car la place manque pour tout en dire): vous avez préféré passer pratiquement 15 lignes sur les 30 de cette critique à parler de cet avis de Depelley qui n’est pas vraiment ce qu’il y a de plus intéressant à souligner ! Quand on n’a que 30 lignes à dédier à une chronique d’un ouvrage d’une telle importance, il me semble qu’on doit les investir en essayant de mettre en lumière ce qu’il y a à retenir de l’ouvrage, pas d’en sacrifier la moitié pour parler du ressenti de l’auteur sur ce détail qui n’est qu’une anecdote au regard du contenu monumental de son livre ! Je trouve ça dingue… Mais bref. Vous n’aviez rien à dire dessus?

      Ensuite, je ne passe pas à la trappe ni ne cache ce qui a été écrit sur Kirby dans le fandom et la presse spécialisée, comme vous le dites, puisque si je les mentionne dans mon article, c’est justement pour dire que les dossiers et articles sur Kirby ont été principalement édités dans ces publications.
      Je ne passe pas à la trappe de livre de Jennequin, mais c’était plus un mini-album cadeau offert aux clients de librairies pour l’achat de deux albums de chez Betty: en regard de la biographie de Jean Depelley, cette « plaquette » de 32 pages abondamment illustrée et hors commerce n’est pas vraiment ce que j’appelle un livre de référence sur Kirby, plutôt un beau collector.
      Comme vous êtes très en colère contre moi, vous vous laissez un peu emporter, mais je le comprends. Mais de là à dire que je serais révisionniste en disant que le bouquin de Morgan n’existe pas parce qu’il ne me plaît pas, c’est un non-sens puisque j’en parle justement dans mon article pour dire pourquoi il ne me plaît pas ! Donc oui, cet ouvrage existe, malheureusement…

      Je n’ai jamais dit que vous rabaissiez l’ouvrage de Depelley en mentionnant d’autres ouvrages, je dis juste qu’il n’y a pas eu des tonnes de livres sur Kirby en France, deux ou trois si je vous compte le Jennequin, ce qui n’est pas mirobolant par rapport à un Jim Lee qui a déjà eu droit à deux ouvrages (de mémoire). Mais quelle importance ?!
      Donc ne me prenez pas pour un imbécile: j’ai très bien compris votre article, il est très positif, c’est vrai, je n’essaye pas de le transformer en critique négative pour adopter une attitude que vous me renvoyez en boomerang, mais je trouve ça déplorable que vous consacriez la moitié de cette pauvre colonne sur ce détail plutôt que de parler de l’ouvrage en lui-même: ce n’est pas ce que j’appelle « recommander chaudement la lecture ». Recommander chaudement la lecture, c’est consacrer la place nécessaire à un ouvrage majeur, pas un coin de page.
      Enfin, je ne m’érige en rien, je ne suis détenteur de rien; quand je parlais des réels passionnés et acteurs de la vie du 9e art, je pensais principalement à Jean Depelley. Moi je ne suis qu’un chroniqueur qui essaye de donner envie de lire des choses intéressantes ou belles aux internautes, ce qui ne veut pas dire que je ne sois pas un brin spécialiste pour autant… Je ne dirais pas que vous êtes un faux passionné, mais plutôt que vous avez vos passions propres, comme chacun. Je pensais qu’un vrai passionné de comics tel que vous offrirait un place de choix à un ouvrage de choix dans votre revue, c’est tout… Car le King vaut bien un ou deux Lego…

      Mais au moins avec cette petite altercation j’ai enfin de vos nouvelles, moi qui attendais votre réponse à mes mails cordiaux et constructifs depuis deux ans maintenant… Allez… comme tous les deux mois j’irai acheter le nouveau « Comic Box » pour y lire ce qu’il y a d’intéressant, car votre revue a des qualités, je ne vais pas être révisionniste…

      Bien à vous,

      Cecil McKinley

  2. Il ne faut pas se faire trop d’illusions, Monsieur Fournier, le livre que vous citez » Kirby le magnifique » était en fait un livret promotionnel, non destiné à être vendu, car offert pour deux livres Comics achetés de la collection éditée par Vertige Graphique. Ceci dit, il suffisait d être un bon et charmant client, et le libraire pouvait vous l’offrir avec un gentil sourire.

  3. « Je comprends votre mauvaise humeur, ayant critiqué assez vertement la manière dont vous aviez traité l’ouvrage de Jean Depelley dans « Comic Box ».  »

    Non. Ma « mauvaise humeur » est causée par cette requalification délirante de « détracteur » de Jean Depelley. Que vous ayez trouvé çà trop court, c’est un avis, c’est respectable (d’autant que je n’ai pas fini d’en parler, mais çà vous ne pouviez pas le savoir). Me retrouver en chef de file des détracteurs de Jean Depelley c’est une énormité, ça insinue une volonté de lui nuire ou tout au moins de le rabaisser. Je prends bonne note qu’au final vous trouvez, dans votre commentaire, l’article très positif mais votre article le décrivait sous un jour tout autre.

    « Car le King vaut bien un ou deux Lego… »

    Vous avez tout à fait raison. D’où une fois quatre pages pour Lego. J’ai récemment entrepris de classer de façon thématique mes articles de ces dernières années. Je suis loin d’avoir tout entré mais j’en suis à 200 pages sur Kirby. 4 pages de Lego contre (au moins) 200 pages sur le King, je pense que ça va, ce n’est pas un mauvais ratio et le fait d’avoir « d’autres passions » ne m’empêche pas d’avoir aussi celle-là. De plus, comme je l’ai écris plus haut, mon plan a toujours été de revenir au livre de Jean encore sous une autre forme.

    • Cecil McKinley dit :

      Rebonjour Xavier.
      Vous m’avez mal lu: je ne vous ai jamais « accusé » d’être un détracteur de Jean Depelley, je sais bien que vous avez voulu encenser son livre, mais vous l’avez bien mal encensé en détractant non pas Jean mais sa déclaration sur Kirby qui – encore une fois – constitue quelque chose de très anecdotique au regard de son travail et de son livre. Je n’ai pas trouvé votre article trop court, je l’ai trouvé trop court et déséquilibré dans ce qu’il contient (l’anecdotique prenant le pas sur l’analyse ou la critique). Il n’y a que vous qui interprétez mon article comme vous accusant d’être le « chef de file des détracteurs de Jean Depelley »: comme vous le dites, c’est ridicule et je ne le pense pas une seconde. Vous dramatisez et globalisez une chose qui ne concerne que cette « petite parole » sur le nombre d’ouvrages consacrés à Kirby, pas le travail de Jean Depelley.

      Ensuite, que vous ayez écrit plus de 200 pages sur Kirby et 4 sur les Lego, cela ne me surprend pas car je connais justement votre valeur et votre connaissance des comics, d’où ma surprise devant ce choix éditorial. Car quel que soit le nombre de belles pages que vous ayez écrites sur Kirby, le rapport de force dans un même espace éditorial reste d’une colonne contre 5 pages. Que vous ayez projeté de revenir sur le livre de Depelley ailleurs et sous une autre forme n’empêche en rien ce déséquilibre au sein de ce numéro de « Comic Box »: on ne va pas refaire l’historique de tout ce qui a été écrit ou non sur tel ou tel sujet. Je redis juste que vous auriez pu consacrer plus de place à cette critique de Kirby et mieux la faire, sans parler de cette « littérature immense » qui aurait envahi les rayons de librairies alors que c’est faux et que ça n’apporte rien aux lecteurs, desservant même votre intelligence et votre passions qui sont vraies, je le sais. Le fond de ma pensée, c’est que je crains que Panini Comics vous pousse à verser dans l’entertainment plutôt que dans la culture brute des comics, ce qui serait terrible; j’espère que ce n’est pas le cas, ce serait dommage… Quoi qu’il en soit, il y a tout de même un réel problème de lignée éditoriale et de ce qu’on met en avant au sein de votre revue, même si heureusement vous avez enfin supprimé ces foutues pages de bandes dessinées qui grignotaient elles aussi sur le contenu critique de « Comic Box ».

      Enfin, si j’ai critiqué le déséquilibre éditorial dont je vous parle, ma critique était bien plus dure sur le bouquin de Morgan, que je déconseille à tout le monde…

      Bien à vous,

      Cecil McKinley

  4. Roger Lafrite dit :

    Tiens, le rédac-chef de Comic-bouse (comme on dit chez les initiés) essaie de se justifier. 4 à 200, c’est un rapport de force imposant, sauf que le film Lego est une abomination marketing qui essaie de plaire aux nostalgiques des briques depuis un mois (date de sa sortie en France; moi, je suis sorti de la salle après quarante minutes seulement.) alors que Kirby dessinait déjà en 1939. Vu sous cet angle, c’est déjà moins flatteur. Comic Box (là, je donne le vrai nom de cette revue kiosque, sans jeu de mots foireux) étant éditée par panini, faut-il s’attendre à des jeux de cartes ou stickers consacrées aux Lego ?
    Il ne faut pas mélanger les serviettes et les torchons, le bon grain et l’ivraie. Les articles de Xavier Fournier prouvent généralement une bonne culture des comics sur les soixante dernières années, alors POURQUOI????

    • Cecil McKinley dit :

      Bonjour Roger,
      Merci de votre commentaire (malgré votre « jeu de mots foireux »!).
      « Pourquoi? » est effectivement la seule question à se poser, Xavier Fournier ayant effectivement prouvé maintes fois sa vraie culture des comics… Espérons que « Comic Box » ne glisse pas progressivement et majoritairement vers l’entertainment pour geeks à cause de Panini…
      Bien à vous,

      Cecil McKinley

  5. JC Lebourdais dit :

    ohe les amis ! C’est cool de tenter de faire le buzz en generant de la polemique sur un ouvrage de ce genre. Je felicite chaudement les duettistes lol

    PS. Le film LEGO est excellent, surtout si vous trouvez Batman risible aujourd’hui (pas la peine de me remercier pour celui-la).

    • Cecil McKinley dit :

      Bonjour JC.
      Merci de votre commentaire, mais malgré l’humour de celui-ci je tiens à rappeler que je ne tente pas de faire du buzz ni de générer de la polémique, ça ne m’intéresse pas du tout et ne correspond absolument pas à l’esprit de ma chronique. J’essaye juste de communiquer sur une certaine idée de la culture, du gai savoir, en maintenant des valeurs qui me semblent nécessaires pour éviter des nivellements des esprits par le bas… Quant au film « Lego », je ne rebondirai même pas dessus… De toute façon, j’ai parlé de cela mais ce n’est pas le film en lui-même qui doit être pris en compte mais bien la nature de ce sujet « pop-corn », ma critique aurait été la même s’il avait été question d’un autre « produit culturel » affligeant…
      Bien à vous,

      Cecil McKinley

    • Francois Pincemi dit :

      Pour ma part, je ne comprends pas votre PS, Monsieur Lebourdais. « Le film LEGO est excellent, surtout si vous trouvez Batman risible aujourd’hui (pas la peine de me remercier pour celui-la). ». Cherchez vous à faire de l’humour? Y a t’il un jeu de mots que je n’aie point vu? On a le droit, à la limite, de trouver Batman risible aujourd’hui, mais je ne vois pas ce qui rend le film Lego excellent. Batman aujourd’hui s’adresse aux jeunes de 16 à 30 ans, même si des homme expérimentés plus âgés peuvent continuer à l’apprécier, notamment du fait de la nostalgie d’une lecture de jeunesse. Les briques Lego font partie d’une astucieuse société capitaliste nordique, qui à partir d’élèments simplissimes, a su fabriquer des milliers de déclinaisons, histoire d’être sûr de bien les vendre à des millions de bambins souhaitant façonner décors et personnages à leur mesure. Le film est hideux, le scénario stupide, tout est à jetter, car il reste une long clip publicitaire sans la moindre vergogne de cette société qui fabrique les briques à la chaîne, n’hésitant pas à parasiter des personnages plus sérieux, comme le Batman justement.
      Je veux bien être nostalgique, mais cela commence à l’âge de raison: mes premiers Spirou et Tintin, par exemple. En dessous, cela devient du n’importe quoi. Vous voulez retrouver votre première tétine ou votre second bavoir, vous? Ou votre troisième couche?

      • JC Lebourdais dit :

        Pas de souci, tous les gouts sont dans la nature. J’ai 48 ans et pres de 60.000 bd a mon actif, dont pas mal de yankee (de vrais livres aussi…), et le film m’a bien fait marrer, au vingtieme degre ;)
        Pour ce qui est de la polemique, c’etait plutot un compliment dans ma bouche, on devrait toujours parler davantage d’un bouquin bien fait qui merite le detour. Pour avoir croise Jean autrefois a Angouleme et ailleurs, je sais a quel point Kirby le passionne et ca se voit dans cet ouvrage. Je sais aussi comment vit un site internet comme le votre, donc un petit buzz de derriere les fagots ne peut pas nuire, vos concurrents comme Dider de-chez-ActuaBD-en-face ne se genent pas pour sortir des enormites presque chaque semaine, juste pour generer des commentaires. C’est la dure lutte du web ;)

        • Francois Pincemi dit :

          Monsieur Lebourdais, je ne vois pas trop le rapport entre actuabd qui comme son nom l’indique traite de l’actualité de la BD, et bdzoom, qui lui propose d’importants dossiers patrimoniaux sur les auteurs qui ont fait la richesse de notre art, mais qui tombent malgré tout dans la nuit, pas de Druillet mais de l’oubli. Il se peut qu’actuabd suscite parfois des polémiques, mais ce sont les membres du forum qui l’alimentent, car les articles sont plutôt du genre conciliant, si vous voyez ce que je veux dire, car ils permettent aux gens intéréssés de s’acheter le livre à la fnac.com ou chez amazon, ce qui rapporte de l’argent aux journalistes.
          Vous avez 60 000 BD à votre actif, dites vous, du francobelge et du comics, il s’agit dans les deux cas de papier imprimé, et vous arrivez à en discerner les nuances, j’espère? Cordialement

  6. JC Lebourdais dit :

    Nuances ? Quelles nuances ? :D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>