« La Proie » : voyage au bout d’un continent avec David De Thuin


David De Thuin a imaginé un univers rationnel et harmonieux dans lequel vous ferez la connaissance du Mossilien aux motivations troubles, des tribus souterraines des Cavernoles et des Nabots, des dangereux Bormes, du jardin merveilleux du géant Le Quif, de l’électrique Flogum, du vaporeux Mormoluth, des Grümes, des Hilfes et des Svourbes, de Spreitz et Siogel, de Starfle le chasseur de Bormes, des Mycoliens Soklav, Odilv et Lastav, du mystérieux Noirte. Tous ces personnages se croisent et participent à cette prenante saga où les quêtes se multiplient ; la vérité sur la prophétie, la recherche d’amis disparus, de Nomisc et, pour tous, la découverte de leurs propres valeurs existentielles.
 

 


Bumble et Tipôme, deux petites créatures insectoïdes, découvrent un corps inanimé sur une plage. L’inconnu échoué est une énigme pour eux. Outre le fait qu’il soit visiblement d’une espèce totalement différente, personne n’a jamais pu arriver chez eux par la mer, le littoral étant infesté de poissons géants dévorant tout ce qui passe alentour. Malgré la crainte que le naufragé leur inspire, Tipôme et Bumble décident de le sauver et de l’héberger…
 

Une fois rétabli, l’inconnu, nommé Topuf, raconte aux deux amis la raison de sa présence sur la grève. Les savants de son continent, Neuropa, ayant découvert que leur planète est ronde, Topuf élabora une théorie sur l’existence d’un second continent. Afin de prouver ses dires, il prit la mer en compagnie de son fils, Nomisc.
Une forte tempête les drossa sur les côtes d’Oudropa, continent sur lequel l’évolution favorisa la branche des Infectes, espèce à laquelle appartiennent Bumble et Tipôme. Mais la présence de Topuf sème l’émoi alentour, car une prophétie annonce que « le monde va être bouleversé par quelqu’un venu de l’extérieur » et que l’Élu devra se rendre sur le plus haut sommet d’Oudropa, la montagne de la Pire-Aînée.


C’est justement la direction que prend Topuf, accompagné de Tipôme et Bumble, pour retrouver son fils.
 ..

 

David De Thuin.

David De Thuin, merci de nous répondre pour la sortie de « La Proie ». Pouvez-vous vous présenter rapidement ?



J’ai 42 ans, je suis passionné par la bande dessinée, la musique et j’aime la nature : la flore et les animaux sauvages qui grouillent autour de nous. C’est un peu bête dit comme ça. Au quotidien, je suis assez contemplatif.

En parcourant votre biographie sur le site de Glénat, il est mentionné votre attachement à Macherot, c’est par lui que vous êtes découvert la bande dessinée ?






Non. J’ai commencé très très tôt. J’avais 4 ans quand je me suis dit que je voulais faire de la bande dessinée. Je ne sais plus ce que j’avais pu voir comme livres à l’époque, mais je suis sûr de l’âge que j’avais quand j’ai eu cette révélation.

Crayonné de la page 1 de « La Proie ».

Votre parcours a toujours tendu vers cette aspiration ?



On dirait, non ? Je n’ai pas vraiment arrêté depuis lors.

Avec « La Proie », vous avez réalisé un album impressionnant. Le bandeau autour de votre ouvrage nous signale « 10 000 cases réparties sur 1 000 pages » comment avez-vous conçu ce livre ?



Au départ, c’est une histoire que j’ai démarrée pour m’amuser, pour me changer les idées. Je faisais une page de temps en temps. C’est bien plus tard, quand j’ai proposé le projet à la collection 1 000 Feuilles de Glénat, que j’ai décidé de faire précisément 1 000 pages. Les 10 000 cases, j’ai décidé cela pour garder une belle densité en moyenne dans chaque page.

Crayonné de la page 2 de « La Proie ».

Cette densité rend la lecture passionnante, tout comme que le découpage en petits chapitres consacrés à tour de rôle à un groupe de protagonistes. Au final nous avons donc un beau et gros volume. Qu’avez-vous pensé en voyant l’objet fini ? Vous avez suivi son élaboration finale ?



Oui, au départ, je suis venu avec l’idée d’un livre qui ressemblerait à un vieux dictionnaire. Franck Marguin, mon contact chez Glénat a été parfait. Il m’a suivi à 100 % dans mes idées et, au final, le livre ressemble à ce que j’avais imaginé.

C’est un projet qui fut difficile à proposer aux éditeurs ?



Non, dans la mesure où je ne le faisais pas dans l’objectif de le proposer à un éditeur. L’idée est venue en cours de route, alors que je travaillais sur un autre projet pour Franck Marguin, le responsable de la collection 1 000 Feuilles.

Vous pouvez nous parler de cet autre projet ? 



Désolé, mais je préfère ne pas en parler. C’est au frigo pour le moment.

Vous avez élaboré l’écologie d’Oudropa, les interactions entre les différentes espèces, les mœurs des Infectes, dès le départ ou vous l’avez construit au fur et à mesure ?

 

Tout ça s’est construit au fur et à mesure. C’est de l’improvisation, mais pas de l’écriture automatique.

 

Croquis pour « Coup de foudre » réalisé sur un scénario de Raoul Cauvin pour Spirou.

Du coup, le fait de contempler la nature vous aide beaucoup ? Vous faites des croquis en extérieur ?



Oui, je me nourris de ce que je vois. Mais je ne fais pas de croquis d’après nature. Je rentre avec des images dans la tête et j’essaye de reproduire les sensations que j’ai gardées.

Comptez-vous nous amener sur les terres de Neuropa ?



Ce n’est pas au programme.

Une grande partie de votre production (la série « Le Roi des bourdons », « La Colère de l’eau », les deux « Interne », « Pollen ») a été réalisée en autoédition. Comment êtes-vous arrivé à cette démarche et comptez-vous continuer ?



Je me suis autoédité parce que j’en ai toujours eu envie, depuis l’enfance.
Je ne sais pas si je vais continuer, mais je sais que je devrais.

En espérant de nouvelles autoéditions, quelles seront vos prochaines publications ?



Je n’en ai aucune idée. Je travaille sur différents projets, mais je ne sais pas encore ce qui va en ressortir.

1 000 merci à David De Thuin pour cet entretien et pour continuer à suivre son travail, jetez un coup d’œil à http://vernor.over-blog.com/

Brigh BARBER

« La Proie » par David De Thuin

Éditions Glénat (49,00 €) — ISBN : 9 782 344 000 144

Galerie

4 réponses à « La Proie » : voyage au bout d’un continent avec David De Thuin


  1. julien dit :

    bonjour,

    merci pour l’interview. Le livre me tente beaucoup ! Sinon, savez-vous si mr De Thuin vend encore ses livres auto-édités ? ils sont disponibles sur les sites de vente en ligne mais je préfèrerais lui acheter directement si cela est possible. J’ai mis un commentaire sur son blog mais pas de réponse alors peut-être en savez-vous plus… merci !

    • Brigh dit :

      Il me semble que David s’auto-édite mais m’assure pas la diffusion.
      Je crois que ses albums sont distribués par « Les Moutons Electriques ».
      J’essaie de me renseigner.

  2. julien dit :

    Merci pour le renseignement. Cet éditeur publie en effet les livres de mr De Thuin. je vais aller jeter un coup d’oeil ! Apparemment « le roi des bourdons » et « la colère de l’eau » sont indispensables.

    • Brigh dit :

      Voici la réponse de David :

      Bonjour,

      Je ne vends plus mes livres autoédités depuis un moment.
      Avant, c’était possible de me les commander directement sur mon ancien site.
      Ils sont disponibles en librairie, diffusés par Makassar.

      David