« Bakuman » T1 & 2 par Ohba et Obata

Parler de son travail est souvent la chose la plus dure à faire. Alors quand deux mangakas décident de construire leur prochain livre en se basant sur la vie de deux jeunes prodiges du manga qui souhaitent percer dans le milieu très sélect de la revue Jump de l’éditeur Shueisha, cela aurait pu donner un récit ennuyant et banal. Avec  » Bakuman « , il n’en est rien. Le scénario est magistralement mené et chaque rebondissement sait tenir le lecteur éveillé tout en le faisant rire et en lui expliquant réellement les rouages et les difficultés d’être publié dans de tels magazines à fort tirage.

Il faut dire que le scénariste de ce manga n’est autre que Tsugumi Ohba qui nous a déjà tenu en haleine durant toute sa série « Death Note« . Et pourquoi changer une équipe qui gagne, il s’est donc de nouveau associée avec Takeshi Obata, talentueux dessinateur qui a parfaitement su adapter son style au récit. À la fois percutant et vivant, on est loin du cours magistral sur les rouages et les secrets de la création d’un manga.

L’histoire :

Moritaka Mashiro a 14 ans lorsque le récit débute. Il passe son temps à dessiner et son modèle reste son oncle qui fut dessinateur de manga, mais qui est décédé aujourd’hui. Moritaka du coup est conscient de la difficulté du métier et ne sait pas vraiment ce qu’il veut faire de sa vie, même si le manga est sa passion.

Akito Takagi quant à lui est un excellent élève, premier de sa classe dans toutes les matières, il ne vie que pour l’excellence, analyse tout ce qu’il fait et sait parfaitement comprendre le comportement humain, du moins, il le pense. Piètre dessinateur, il est lui aussi passionné de mangas. Ayant découvert l’aptitude au dessin de Moritaka, il demande à celui-ci de s’associer afin de créer un des meilleurs mangas du moment, Akito au scénario et Moritaka au dessin.

« Bakuman » est assurément une révélation. L’histoire est prenante et une intrigue arrive même à être créée avec des rebondissements inattendus et magistralement amenés. Quant au dessin, il est parfaitement maitrisé et la mise en image des actions, les cadrages ainsi que la dynamique des personnages rendraient intéressant n’importe quelle histoire. On n’en attendait pas moins du duo qui nous avait déjà offert la série « Death Note« .

Au final, cette histoire s’adresse autant aux jeunes dessinateur en devenir en prodiguant des conseils fort pertinents sur le monde de la bande dessinée au Japon, mais également à tous les autres types de lecteurs, que ce soit l’amateur d’intrigues avec un scénario à rebondissement, les cœurs d’artichaut qui fondent à la moindre évocation romantique voir les fans d’action, car le dessin rend parfaitement la tension dynamique du stress dans lesquels peuvent se trouver les héros de « Bakuman » tout au long de l’histoire. Bref, un récit tout public magistralement raconté et mis en image.

Gwenaël JACQUET

« Bakuman » T1 & 2
par Tsugumi Ohba et Takeshi Obata

Éditions Kana (6,25 Euros)

Galerie

Les commentaires sont fermés.