« Little Monsters » T1 par Haruka Fukushima

Eh oui, avec « Little Monsters », même les petites filles ont droit à leur série remplie de vampires, loup-garous, hommes invisibles et autres créatures imaginaires. Il n’est pourtant pas question d’effrayer ce lectorat. Ces monstres-là sont gentils. Ils ne rêvent que d’amour. Une comédie sentimentale pour les plus jeunes remplie de chevaliers servants aux comportements d’animaux.

L’histoire débute alors que l’héroïne, Eru, s’est blessée en tombant. Voilà qu’un garçon, tombé du ciel, se met à lui sucer le sang qui recouvre son genou. Bien étrange et tout à fait incongrue comme situation. Était-ce un vampire? Elle en est persuadée. À première vue, Eru n’est pas une fille compliquée, elle aime principalement les animaux. Avec Chiaki, un de ses camarades, ils s’occupent du « club des gardiens du vivant ». Une toute petite association animalière où se côtoient tortues, méduses, chauves souris et autres animaux peu communs. Au début, ils en sont les seuls membres. Pas pour longtemps, car le beau vampire est tombé amoureux de la jeune fille. Elle lui a littéralement tapé dans l’œil et il va se joindre a eux. Là où cela se complique, c’est qu’au fil des chapitres, il ne sera plus seul sur le coup.

« Little Monsters » est une histoire charmante et vraiment enfantine en seulement 6 tomes. Elle se destine à un public très jeune puisqu’au Japon elle fut publiée dans le magazine Nakayoshi. Cette revue est l’une des plus populaires chez les petites Japonaises. Elle publie également la célèbre série « Sailor Moon ». Du coup, ne cherchez pas un conte sanguinolent, ici, les vampires, lycanthropes, gorgones et autres monstres sont bien propres sur eux.

« Little Monsters » est le deuxième titre d’Haruka Fukushima publié en français. Le premier, c’était il y a longtemps, en 2005, quand Kurokawa sortait « Nuts » : une série en quatre tomes mettant en scène une collégienne dont les pouvoirs provenaient de noix magiques. L’univers de cette auteur(e) n’a pas beaucoup changé depuis. Ses histoires sont toujours pleines de poésie et accessibles à un public très jeune. C’est mignon, le dessin est simple sans être simpliste. Les sempiternels étoiles et autres effets propres aux shôjô mangas sont bien évidemment de la partie. La mise en page est volontairement déstructurée, case éclatée, bord perdu, etc. Mais tout se suit logiquement, et la lisibilité n’en pâtit pas comme cela peut arriver parfois.

En revanche, les protagonistes sont limités aux membres du club gravitant autour d’Eru. Il semble n’y avoir aucun autre élève dans cette école. En plus, le gentil vampire, l’homme invisible et les autres monstres n’hésitent pas à lécher, mordre, voire peloter la douce jeune fille, sans qu’elle n’y trouve rien à redire. Oh, rien de bien méchant, on reste dans une histoire enfantine. Même si elle trouve la situation quelque peu étrange, elle n’est ni outrée ni effrayée. C’est vrai que de nos jours, être un vampire, c’est tellement commun !

Le ton est moderne, complètement décalé et humoristique, ce qui, du coup, pourrait attirer un lectorat assez varié. En cette période près d’Halloween, il est amusant de retrouver ce panel de monstres bien connu. Les volumes suivants devraient voir apparaître d’autres créatures qui continuront de chambouler la vie de la charmante Eru.

Gwenaël JACQUET

« Little Monsters » T1 par Haruka Fukushima
Éditions Pika (6,95 €) – ISBN : 978-2-8116-1229-0

Galerie

Les commentaires sont fermés.