« Homeland Directive » par Mike Huddleston et Robert Venditti

« Homeland Directive », sous-titré « La Menace intérieure », est un très bon thriller politique qui bénéficie d’un scénario rondement ficelé et d’un traitement graphique à plusieurs visages très intéressant. À la fois classique et original, cet album démontre une nouvelle fois que le 11 septembre 2001 continue de laisser des traces dans la culture américaine et d’inspirer les auteurs contemporains qui creusent ce « monde d’après » pour en tirer des réflexions sur l’état de la société…

Robert Venditti a écrit « Homeland Directive » de 2005 à 2011, rejoint par Mike Huddleston en 2009 pour la réalisation des dessins. Le résultat est un comic qui fit partie des meilleures ventes de comics à sa sortie en 2011. Il faut dire que cette œuvre est une bonne surprise sur bien des points, notamment la pertinence du propos et bien sûr le travail graphique d’Huddleston qui a fait de ce comic un laboratoire où les expériences graphiques se succèdent, se mêlent ou s’entrechoquent afin d’apporter une dimension narrative riche sur différents niveaux de lecture. On ne peut pas dire que je sois absolument fan du style d’Huddleston, mais par contre l’intention intention narrative et esthétique qu’il propose ici récolte toute mon admiration. C’est brut et subtil, simple et complexe, et il fait cohabiter tout au long du récit des archétypes graphiques qui ne sont pas forcément faits pour se rencontrer avec bonheur. Lavis, trames, encres, peinture, travail informatique, papier quadrillé, crayon, incrustations de photos ou de gravures : l’ensemble est une sorte de collage inspiré où chaque technique a un rôle narratif bien défini, selon les personnages où la nature de l’action. Un mélange un peu casse-gueule qu’Huddleston réussit à transcender dans une apparente simplicité rendant tout ceci fluide et cohérent. Je ne dis pas que cet artiste est le seul dessinateur américain à tenter ce genre d’expérience, loin de là, mais ce qu’il a réalisé ici mérite réellement notre attention.

 

Laura Regan, chercheuse au CDC (centre de contrôle et de prévention des maladies), est accusée à tort du meurtre de son collègue et binôme professionnel, et recherchée par le gouvernement. Une poignée d’agents fédéraux assurent néanmoins sa cavale et la protègent de ceux qui la traquent, persuadés qu’elle n’est pour rien dans l’assassinat de son collègue mais qu’au contraire celle-ci est en danger de mort et que derrière cette histoire se cache une sale affaire d’état qui pourrait avoir comme conséquence des milliers de morts… Je n’en dirai pas plus, tout l’intérêt du récit résidant dans la découverte progressive des implications de chacun et de la nature même du danger. Le rythme et le découpage du récit sont très réussis, nous tenant en haleine du début à la fin sans en faire trop. Certes, il y a un petit côté mainstream dans l’action de comic apparaissant pourtant comme une œuvre de label indépendant (« Homeland Directive » a été édité parTop Shelf), mais l’intelligence du propos et ce que nous dit le scénariste à travers son histoire ne peut que retenir notre attention et nous faire réfléchir par les échos qu’il entretient avec l’actualité de notre monde réel. Comme l’explique Venditti dans son introduction, il est bien question ici de sécurité et de liberté, de décisions et d’intérêts, de prises de position et d’éthique. Mais aussi de manigances et du danger politique. La citation de Benjamin Franklin mise en exergue de l’album exprime puissamment cette idée : « Ceux qui sont prêts à abandonner une liberté fondamentale pour obtenir temporairement un peu de sécurité ne méritent ni la liberté, ni la sécurité. » Dont acte.

 

Derrière une couverture extrêmement réussie se cache donc une œuvre qui ne peut laisser indifférent ni par sa forme ni par son fond et qui vous fera passer un excellent moment de lecture très cinématographique, « Homeland Directive » ayant tout d’un film dessiné qui aurait pu être réalisé par Clint Eastwood…

Cecil McKINLEY

« Homeland Directive » par Mike Huddleston et Robert Venditti

Éditions Urban Comics (15,00€) – ISBN : 978-2-3657-7225-9

Galerie

Les commentaires sont fermés.