« All-Star Superman » par Frank Quitely et Grant Morrison

Récemment revenu sur les écrans de cinéma dans un nouvel opus revigorant, l’Homme d’Acier n’a donc pas fini de faire rêver l’humanité… La sortie du film a bien sûr été accompagnée de son lot habituel d’albums remettant en avant le personnage, et parmi eux se trouve une édition Absolute de l’une des bandes « Superman » les plus remarquées de ces dernières années, j’ai nommé le fameux « All-Star Superman » de Morrison et Quitely. Cool !

« All-Star Superman » est l’une des séries consacrée au fameux super-héros qui a le plus marqué les esprits dans la première décennie de ce nouveau millénaire… Il faut dire le casting est beau, que le résultat l’est encore plus ! Une œuvre qui a mis les nerfs des fans à rude épreuve lors de sa sortie (que ce soit ici ou de l’autre côté de l’Atlantique) puisque les 12 numéros qui la constituent ayant été publiés entre 2006 et 2008 selon les possibilités des auteurs qui préférèrent reporter les délais pour donner le meilleur d’eux-mêmes plutôt que de bâcler la chose… Un luxe, dans le monde très rentable des comics où efficacité de vente est le maître mot, et une intention remarquable de la part des auteurs… Ainsi, les lecteurs américains ont dû attendre d’un seul coup 6 mois pour passer du n°5 au n°6 (de septembre 2006 à mars 2007 !). Mais ça valait le coup d’attendre, tant cette maxi-série est belle et touchante. Le grand méchant Morrison, au lieu de visiter le mythe avec la verve et la folie acide qu’on peut lui connaître, s’est révélé tout à coup bienveillant et extrêmement positif, vis-à-vis de Superman, accouchant d’une œuvre tendre, touchante, solaire malgré la tragédie qui s’y opère… Superman est malade, son corps n’a pas supporté une approche trop frontale avec le Soleil et commence à se dégrader, lentement mais sûrement, ne laissant d’autre issue que la mort… Mort, Superman ?

Contrairement aux multiples morts de super-héros mises en scène depuis les années 80 par les auteurs de comics (qui ne sont que des leurres qui ne leurrent plus personne et nuisent à la crédibilité du propos, devenant procédé éditorial et non plus réel élément de tragédie, truchement, puisqu’on sait bien que le héros n’est pas mort et qu’il va revenir d’outre-tombe de manière plus ou moins acceptable pour les lecteurs – on l’a encore vu récemment avec Batman et Captain America), Morrison envisage ce que serait la mort réelle du personnage, sans chercher à faire du sensationnalisme mercantile mais en profitant au contraire pour ériger une véritable déclaration d’amour-passion au personnage au travers de ce que serait sa « dernière aventure »… Certes, le fait que cette histoire se situe dans une maxi-série hors de la continuité de la série régulière lui permet de tuer Superman sans que cela mette à mal l’avenir éditorial du personnage, mais cela n’enlève en rien la qualité de son propos et la beauté intrinsèque de l’œuvre, ni ne lorgne vers le fameux procédé horripilant dont je viens de parler. Morrison revisite le mythe en faisant preuve d’une belle invention, notamment dans l’une de mes histoires préférées, celle du monde de Bizarro où l’on fait mieux connaissance avec le très touchant Zibarro… Même Krypto, le super-toutou de Superman, n’est pas ridicule sous sa plume (et celle de Quitely).

Comme le rappelle Chip Kidd (le créateur du logo « All-Star Superman », graphiste, éditeur et auteur entre autres du sublime « Peanuts : the art of Charles M. Schulz », peut-être le plus beau livre sur les « Peanuts » qui ait jamais été fait), on a déjà tout dit sur cette œuvre réalisée par un trio d’Écossais géniaux : l’invention, l’hommage fourmillant de références et l’intention lumineuse de Morrison, le trait magnifique de Quitely, et l’encrage – mais surtout la mise en couleurs phénoménale – de Jamie Grant. Bien sûr, j’adore ce que dit Morrison dans cette œuvre, j’adore le dessin fascinant de Quitely, mais je crois que la réelle star d’« All-Star Superman », c’est la couleur. Les couleurs de Jamie Grant sont si puissantes et justes qu’elles transcendent littéralement l’œuvre, lui donnant son caractère, son atmosphère unique. Rarement mise en couleurs aura été si primordiale, participant à égalité avec le scénario et le dessin dans l’art narratif mis en place. C’est carrément sublimissime. Les trois couleurs primaires (qui sont aussi les couleurs du costume du héros) sont ici poussées à leur puissance vibratoire maximum, à la fois saturées et nuancées. Impact visuel extraordinaire, merveilleux spectacle chromatique qui restera longtemps gravé dans la mémoire des lecteurs…

Si vous aimez Superman, vous ne pouvez pas passer à côté d’« All-Star Superman ». Et si vous n’aimez pas Superman, cette œuvre pourrait bien vous le faire aimer… Donc ne passez pas à côté de cette belle édition Absolute qui – en plus des 12 épisodes – nous propose un dossier avec des commentaires de Morrison, des recherches de Quitely et quelques autres bonus intéressants. De plus, la première édition de cet album contient une version animée de l’œuvre, en DVD et Blu-ray. Bravo !

Cecil McKINLEY

« All-Star Superman » par Frank Quitely et Grant Morrison Éditions Urban Comics (35,00€) – ISBN : 978-2-3657-7256-3

Galerie

2 réponses à « All-Star Superman » par Frank Quitely et Grant Morrison

  1. Renaud045 dit :

    Bonjour Cécil,

    Vous avez bien raison c’est une oeuvre intéressante, superbement illustrée par Monsieur QUITELY. Je ne saurais trop le conseiller.
    Je le possède en édition Panini et évidemment pas question de le racheter malgré le DVD et les dessins complémentaires. Mais c’est une bonne nouvelle car sa côte commençait à flamber sur le net. 35 euros c’est pas donné mais cela vaut le coup pour un livre qui se lit et se relit.
    En passant sur le catalogue Urban j’ai noté une future édition Kamandi par Jack KIRBY pour le mois d’octobre je crois ! Joie !
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>