Les Passagers du vent T.7

Autant vous le dire tout de suite, la conclusion de cette résurrection d’une mythique saga historique et maritime, vingt-cinq ans après la conclusion du premier cycle, est une totale réussite !

Déjà, le premier opus de ce sixième « Passager du vent », publié en septembre dernier, avait surpris par sa vivacité et son sens aigu de la narration que mettait en exergue un trait toujours aussi lumineux, François Bourgeon ayant réussi l’exploit de nous charmer, comme si le temps passé n’avait eu aucune incidence sur nos habitudes de lecture ! Mais avec cette deuxième et exceptionnelle partie, il nous démontre, une fois de plus, qu’il est un maître incontestable du 9ème art : multipliant des rebondissements palpitants et des situations émouvantes que ses lecteurs n’oublieront pas de si tôt !

Dans la Louisiane de 1863, Isa, âgée de 98 ans, continue d’évoquer son étonnante existence à Zabo, son arrière-petite-fille, tout en fumant sa pipe ! En effet, l’auteur, qui a toujours montré les dures conditions des Noirs au XVIIIème siècle considérant la traite négrière et l’histoire de nos colonies comme un sujet toujours d’actualité, a décidé que son héroïne vivrait assez longtemps pour connaître la guerre de Sécession : jouant ainsi avec l’élasticité du temps, fil instable qui ne casse jamais ! Nous découvrons donc comment Isa est parvenu de Saint-Domingue aux Amériques, après avoir fui le royaume de France : chaque case et chaque planche étant un ravissement pour les yeux car l’artiste a pris un soin extrême à représenter tous les détails de la moite nature qui entoure son héroïne, entre chasse, pêche, danse et jeu de violon… Et c’est le cœur serré que l’on referme la dernière page de ce magnifique album fort bien documenté qui respecte les différences de chacun, en se disant qu’en voulant, peut-être, faire son « Autant en emporte le vent » en bandes dessinées, François Bourgeon a certainement accouché d’un chef-d’œuvre !

Gilles RATIER

? Les Passagers du vent T.7 : La Petite fille Bois-Caïman, livre 2 ? par François BourgeonÉditions 12 bis (15 Euros)

Galerie

Les commentaires sont fermés.