« Jinbe Evolution » T4 par Hiroshi Fukuda

Voici encore un manga de type Nekketsu (Sang chaud). Un manga où le héros se bat contre des créatures improbables. Un manga où le groupe de guerriers se bat avec bien peu de considération pour ses coéquipiers. Un manga où les combats se succèdent les uns derrière les autres. Un manga où une belle héroïne à forte poitrine soutient hardiment le héros un peu benêt, mais au grand coeur. Voici un manga qui, avec une telle description, ne devrait pas attirer grand monde. Pourtant, « Jinbe Evolution » est peut-être l’un des meilleurs mangas de cette année. Il renouvelle le genre samouraï et, pour moi, surpasse même « Naruto » sur le plan de la narration et de l’humour. Écumant tous les clichés du genre, il arrive à le renouveler de manière intelligent.

Jinbe est un jeune garçon plein d’entrain. Dés le lever du soleil, il s’entraîne pour devenir un grand Samourai. Il souhaite briller aux yeux de son père qui, suite à une faute de sa part, est aujourd’hui handicapé de la jambe gauche et ne peut plus, pleinement, exercer son métier de samouraï. Nous sommes en 1721, sous l’ère Kyôhô. La ville d’Édo, capitale du Japon, est envahie par des insectes démesurés. C’est pourquoi le gouvernement a créé l’agence Mushibugyo, chargée de veiller sur la population et d’exterminer ces bestioles particulièrement offensives. Composée de « pseudo samouraï » au passé énigmatique et pas toujours glorieux, cette milice va donc accueillir l’inexpérimenté Jinbe qui prend la place que son père ne peut occuper.

Dans ce quatrième tome, le jeune héros gagne en assurance, mais garde son côté naïf et jovial. L’histoire prend ici un tournant inattendu. Mitsuki, un nouveau personnage, entr’aperçu dans le volume 3, dévoile ses vraies intentions : assassiner maître Mushi Bugyo, souverain énigmatique dont nous apprenons, nous aussi, l’existence. Cette jeune guerrière aux courbes voluptueuses a un lien bien particulier avec Mugai, le samouraï le plus fort du groupe Mushibugyo. Cet homme aux talents multiples, et doté d’une force et d’une dextérité exceptionnelle, est également le plus énigmatique du groupe. On ne sait que peu de choses sur lui, mais notre héros, Jinbe, l’admire par-dessus tout. Il en a même fait son modèle ultime.

Ne pouvant avoir les réponses à ses questions, Mitsuki va utiliser ses charmes et sa poitrine rebondie pour délier la langue de Jinbe. Peine perdue ! D’une part, il ne sait rien, et d’autre part, il est encore plus attiré par la poitrine encore plus opulente de mademoiselle Haru, la serveuse du salon de thé que fréquente le groupe. De nombreux gags sont amenés par le fait que Jinbe sort de sa campagne et qu’il découvre à la fois la ville et ses plaisirs. Se décrivant lui même comme un simple campagnard, il montre son côté naïf en s’émerveillant de choses somme toutes assez banales. Naïveté qui est souvent exploitée, mais qui, au final, devient sa force puisqu’il n’hésite pas à se lancer à fond dans la bataille.

Dans ce manga, les filles sont en permanence montrées sous un jour mettant en valeur leur physique. Le fan service marche à fond, mais n’est jamais vulgaire. Jinbe a une attirance toute naturelle pour Haru, mais il sait rester gentlemen, même si ses pensées, que nous lecteurs pouvons lire, le trahisse immédiatement. Les hommes sont également montrés de manière caricaturale, avec la grosse brute, ex-voleur de grand chemin et le guerrier invisible et ténébreux. Chacun exerce un rôle bien identifié, comme c’est souvent le cas dans ce genre d’aventures. L’important étant la manière de raconter les choses et le déroulement global de l’histoire. Dans « Jinbe Evolution », tout s’enchaîne de manière cohérente et simple. Les insectes envahisseurs sont bien documentés et même pour ceux qui n’existent pas en Europe, les explications hors case sont là pour nous en dire un peu plus sur le sujet.

Le dessin de Hiroshi Fukuda est à la fois anguleux et fluide. Les cases ne sont pas surchargées. On distingue immédiatement les moments sérieux des moments comiques. Cet auteur sait adapter son graphisme à la situation tout en respectant les codes de la bande dessinée. Les méchants sont dans l’ombre, les gentils dans la lumière. Les scènes de combat sont majestueuses. Les flash-back sont dans des cases entourées de noir. Bref, « Jinbe Evolution » est un manga tout ce qu’il y a de plus classique, dans le sens noble du terme. Il a su s’approprier tous ces codes inhérents au récit épique d’aventure pour en faire une oeuvre originale et divertissante.

Gwenaël JACQUET

« Jinbe Evolution » T.4 par Hiroshi Fukuda
Éditions Delcourt (6,99 €) – ISBN : 2756036366

Galerie

Les commentaires sont fermés.