PLUS DE LECTURES BD DU 2 NOVEMBRE 2009

Notre sélection de la semaine? : ? Marilyn : de l’autre côté du miroir ? par Christian de Metter, ? Martha Jane Cannary T.2 : Les Années 1870-1876 ? par Matthieu Blanchin et Christian Perrissin, et ? Berlin T.2 : Ville de fumée ? par Jason Lutes.

- ? Marilyn : de l’autre côté du miroir ? par Christian de Metter – Éditions Casterman (18 Euros)

En s’attaquant, avec une approche fantastique, à une partie de la vie fulgurante de l’actrice Marylin Monroe, le prolifique Christian de Metter se permet des mises en abyme très intéressantes avec ce nouveau roman graphique. Après sa somptueuse adaptation de « Shutter Island » (le polar de Dennis Lehane qui sera bientôt retranscrit sur le grand écran par Martin Scorcese, avec Leonardo Di Caprio dans l’un des rôles principaux), il met son dessin pictural, en couleurs directes aux dominantes ocre, rouge ou verte, au service d’une évocation assez extraordinaire de faits banals dans cette Amérique des années 1950 qu’il affectionne particulièrement. Il s’agit de la curieuse relation qui va s’établir entre un jeune aspirant écrivain et madame Miller, alias Marilyn Monroe, rencontrée par hasard dans un café. Norman Wells y croise son idole, Truman Capote…, et la fille brune qui l’accompagne est complètement saoule. Ravi de l’aubaine, il propose de raccompagner les deux noctambules à leur appartement et, le lendemain, il s’aperçoit que la dame a oublié sa chaussure dans son auto. Évidemment, Norman ne manquera pas de revoir cette femme fragile, vulnérable, mal aimée, qui portait une perruque pour ne pas être reconnue dans la rue… : encore du vraiment bon boulot !

- ? Martha Jane Cannary T.2 : Les Années 1870-1876 ? par Matthieu Blanchin et Christian Perrissin – Éditions Futuropolis (22 Euros)

Voici enfin la suite de la biographie décalée, en bandes dessinées, d’une femme hors du commun, dont tous les amateurs de western connaissent au moins le surnom : Calamity Jane. Après un premier tome qui connu un beau succès critique et public (en couvrant les premières années du destin de cette femme qui ne voulait pas vivre selon la loi des hommes, n’étant nulle part à sa place, au sens où ni son milieu, ni son sexe, ni sa famille ne lui correspondait), ce second volume se penche plus particulièrement sur sa rencontre avec Wild Bill Hickok, autre célébrité du Far West dont elle aura une fille. Une cruelle histoire d’amour qui aboutira à l’abandon de ce bébé à un couple bien comme il faut qui ne peut pas avoir d’enfant : c’est alors que Martha Jane Cannary noie sa culpabilité dans l’alcool et c’est ainsi que va se forger la légende de Calamity Jane ! Pour imager sa « véritable » vie, les auteurs se sont basés sur la maigre documentation à leur disposition (reconstituant parfaitement cet Ouest froid et boueux, dont l’ambiance crasseuse est plus près de celle du feuilleton « Deadwood » que de celle des westerns cinématographiques hollywoodiens aux belles couleurs en cinémascope), tout en faisant travailler librement leur imagination : et cela aboutit à un récit impeccable, drôle et tendre à la fois, où la maîtrise narrative du scénariste Christian Perrissin et la limpidité du dessin tout aussi intimiste qu’énergique de Mathieu Blanchin sautent aux yeux, dès la première page : magistral !

- ? Berlin T.2 : Ville de fumée ? par Jason Lutes – Éditions Delcourt (19,90 Euros)

Depuis 2002, les amateurs attendaient fiévreusement la suite de « La Cité des pierres », premier opus de cet ambitieux roman graphique de plus de 600 pages (dont un troisième tome devrait conclure l’entreprise) dû au Canadien, de langue anglaise, Jason Lutes. Comme ses compatriotes Seth, Joe Matt ou Chester Brown, il fait partie de cette génération d’auteurs aux propos sophistiqués, labellisés intellectuels, fortement influencée par les chefs-d’œuvre de Will Eisner et Art Spiegelman. Son dessin noir et blanc, intimiste, précis et limpide, met particulièrement bien en valeur cette saga historique qui restitue parfaitement les tensions et les contradictions de cette période (la république de Weimar)… Le journaliste indépendant Kurt Severing et l’artiste peintre Marthe Müller sont liés autant par la passion que par leur engagement esthétique : et c’est ce couple de petits bourgeois sociaux-démocrates, qui travaille auprès des manifestants communistes, qui va permettre à l’auteur de nous raconter, méticuleusement, les espoirs et les combats des habitants de cette ville charnière de l’histoire du XXème siècle (avant la prise de pouvoir par Hitler) et de nous décrire l’effervescence et le foisonnement de la vie quotidienne berlinoise. Mais, alors que certains ouvrent les yeux sur les failles du système et que la vie nocturne est plus active que jamais (entre boîtes de jazz et amateurs de cocaïne), la montée du nazisme semble, elle, en effet, inéluctable : un roman-fleuve subtil et foisonnant !

Gilles RATIER

Galerie

Les commentaires sont fermés.