PLUS DE LECTURES BD DU 19 OCTOBRE 2009

Notre sélection de la semaine? : ? Le Signe de la lune ? par José Luis Munuera et Enrique Bonet, ? Sous son regard ? par Marc Malès et ? Hollywood boulevard ? par Ingrid Liman et Jérôme Félix.

- ? Le Signe de la lune ? par José Luis Munuera et Enrique Bonet – Éditions Dargaud (15,50 Euros)

Histoire de se laver la tête après sa décevante participation à l’aventure « Spirou », l’excellent dessinateur espagnol José Luis Munuera (que l’on avait découvert, dès 1996, avec « Les Potamoks » aux côtés de Joann Sfar, et qui, depuis, a multiplié les projets où son trait dynamique est de plus en plus maîtrisé : de « Sir Pyle » à « Merlin » en passant par « Nävis » avec Jean-David Morvan) s’est lancé à corps perdu dans un one-shot de 136 pages pour la collection « Long courrier » de Dargaud : un scénario de son compatriote et ami Enrique Bonet, lequel en avait esquissé une première version de 24 pages, il y a quelques années… Nous nous retrouvons dans les années 1920, dans une petite ville espagnole où les superstitieux habitants vivent isolés, mais très proches de l’immense forêt où ils commémorent les croyances du monde ancien. L’héroïne, la jeune Artemis, est fascinée par cet astre lunaire qu’est la lune et, en compagnie de son petit frère, elle brave les interdits, croisant la route de quelques jeunes garçons qui s’amusent à défier les démons qui rodent : et sa vie va en être bouleversée… Sous des aspects de conte rural, baignant dans un univers aussi magique que fascinant, cette émouvante histoire fantastique est finalement assez violente ; en tout cas, elle se démarque vraiment des autres productions, un peu plus légères, qu’a signées, jusqu’à présent, José Luis Munuera. Ce dernier nous démontre d’ailleurs, une fois de plus, combien son trait dynamique et rondouillard est expressif, ceci grâce à des diverses expérimentations techniques : encrage plus sec ou pointe de rouge s’incrustant dans de beaux lavis gris. Bref, voici un livre atypique, déroutant et onirique, qui ne vous laissera pas insensible !

- ? Sous son regard ? par Marc Malès – Éditions Vents d’Ouest (17,99 Euros)

Ambiance années 1950, fin fond des États-Unis… Un flic consciencieux mais plutôt rugueux s’offre des petites vacances loin des truands et de la pègre qu’il côtoie quotidiennement. Seulement voilà, un ancien braqueur qu’il avait mis sous les verrous, quelques années auparavant, recroise sa route : et les jours de repos espérés vont se révéler beaucoup moins relaxants que prévus ! Déformation professionnelle oblige, le flic va enquêter sur l’ancien truand et ce dernier, qui s’est refait une virginité sociale et familiale (il est désormais marié, père de famille, devenu livreur dans une épicerie et fervent lecteur de la Bible) le surveille aussi. Chacun va guetter sa proie au milieu des parties de billards dans l’arrière-salle du café et des poursuites dans de belles américaines… Ce subtil polar américain bien ficelé, comme on en écrivait juste après guerre, est servi par le trait réaliste du trop méconnu Marc Malès qui a toujours été fasciné par cette civilisation et par cette époque (voir, par exemple, ses remarquables et émouvants romans graphiques que sont « Katharine Cornwell » et « L’autre laideur, l’autre folie » aux Humanoïdes associés). 140 pages où l’auteur nous dévoile, encore une fois, toute l’étendue de son art graphique : des dialogues puissants et fournis (ce qui n’empêche pas les non-dits et les atmosphères lourdes), des personnages mémorables et un trait sensible, souple et cinématographique (convenant parfaitement à ce genre d’histoires sombres et romanesques) jouant avec les compositions et le noir et blanc !

- ? Hollywood boulevard T.1 : Les Clefs du paradis ? par Ingrid Liman et Jérôme Félix – Éditions Grand angle (12,90 Euros)

Les bonnes bandes dessinées de pur divertissement n’étant pas si nombreuses que cela, il nous a semblé nécessaire de mettre l’accent sur cette sympathique comédie dramatique située dans le monde hollywoodien, au début de l’industrie cinématographique. En ces années 1930. Billy Bob est un jeune homme pas très malin, ni très fortuné, qui travaille dans une ferme familiale au Texas. Mais il rêve d’une autre vie et cultive son jardin secret : chaque semaine, il livre anonymement les épisodes d’un roman à l’eau de rose dont se délectent de rares lectrices dans le journal local. Découvrant que l’on profite de sa naïveté pour le faire travailler gratuitement, le garçon, sûr de son talent, décide de tenter sa chance en partant pour Hollywood et vendre son scénario. En quête de reconnaissance et d’une petite amie (il va rencontrer une sulfureuse danseuse de saloon, aux mœurs plutôt légères, qui le dépossédera très vite de son maigre pécule), notre héros se frotte aux piquants de l’univers impitoyable de la cité des anges. Grâce à un découpage très rythmé, l’intéressant scénariste qu’est Jérôme Félix (« Un pas vers les étoiles » avec Joël Parnotte ou « L’Héritage du diable » avec Paul Gastine) se lance une fois de plus dans une nouvelle série pour le label Grand Angle de chez Bamboo. Et pour nous faire partager le rêve hollywoodien du côté coulisses, il a la chance d’être épaulé par les premiers travaux graphiques d’Ingrid Liman dont le style entre cartoon et réalisme, est aussi très prometteur.

Gilles RATIER

Galerie

Les commentaires sont fermés.