PLUS DE LECTURES BD DU 14 SEPTEMBRE 2009

Notre petite sélection de la semaine? : ? Pachyderme ? par Frederik Peeters, ? Le Pavé originel ? par Nicolas Wintz et Adam Pianko, et ? Les Passagers du vent T.6 : La Petite fille Bois-Caïman? par François Bourgeon.

? Pachyderme ? par Frederik Peeters – Éditions Gallimard (16,50 Euros)

En traçant le portrait sensible et sur-réel d’une belle femme très élégante, en bottine à lacets et col de fourrure, dans la Suisse du début des années 1950, Frederik Peeters signe un livre, certes un peu déroutant, mais totalement maîtrisé, notamment sur le plan graphique : la forte mise en couleurs de son trait précis contribuant tout autant à nous plonger dans une réalité historique qu’à nous faire perdre nos repères. En mêlant espionnage et rêves étranges, ce récit onirique et envoûtant de 80 planches nous rappelle un peu les ambiances fantastiques des films de David Lynch…, mais aussi le côté classieux et décalé des comédies américaines d’Ernst Lubitch… Carice Sorrell, en pleine crise existentielle, se rend à l’hôpital où son mari vient d’être admis après un grave accident ; mais elle tombe dans un embouteillage provoqué par un éléphant allongé de tout son long sur la voie routière. Elle décide alors d’abandonner son véhicule et de poursuivre son chemin, à pieds, en traversant la forêt qui la sépare de l’établissement médical. Et de rencontres surprenantes en rebondissements inattendus, le lecteur va se laisser porter par un récit aux frontières de la démence… Depuis qu’il a été révélé au grand public avec son émouvant « Pilules Bleues » en 2001, le Genevois Frederik Peeters se consacre pleinement à la bande dessinée, alignant les ouvrages majeurs les uns après les autres, tels ses quatre volumes de « Lupus » chez Atrabile ou ses deux « RG », en collaboration avec Pierre Dragon, chez Gallimard : et nous pouvons affirmer qu’avec ce « Pachyderme » labyrinthique, aussi étrange que réussi, ce dessinateur virtuose vient encore de signer un nouveau chef-d’œuvre, qui mérite vraiment d’être lu et relu…

- ? Le Pavé originel ? par Nicolas Wintz et Adam Pianko – Éditions Delcourt (14,95 Euros)

Le retour à la bande dessinée de Nicolas Wintz se fait via l’adaptation du second roman, éponyme, d’Adam Pianko (paru aux éditions La Martinière, en 2005), alors que ce dessinateur alsacien libère et épure son trait, originellement un peu plus classique, pour flirter du côté de la nouvelle vague. Et sa vision graphique de cette histoire décalée d’un jeune étudiant parisien d’origine juive polonaise, lequel veut devenir révolutionnaire professionnel (on suppose qu’il s’agit de l’auteur lui-même) et va appliquer sa doctrine prolétarienne dans la manufacture que dirige son père où il a été finalement nommé directeur de collections, est plutôt bien vue ! Comme, en plus, les filles le laissent de moins en moins indifférent, il est inutile de préciser que ses frasques contestataires et sexuelles ne sont pas du tout du goût de ses vénérables ancêtres beaucoup plus conservateurs : d’ailleurs, ces derniers n’hésitent pas à le harceler régulièrement, sous la forme de trois fantômes barbus, au point de lui faire rater son bac ou perdre l’occasion de perdre son pucelage ! Cette savoureuse saga ashkénaze nous montre donc toute la difficulté à devenir adulte en cette période de libération sexuelle et idéologique, à l’aube d’une autre « révolution », en mai 68 : une analyse originale et fort drôle de tous nos conflits intérieurs…

- ? Les Passagers du vent T.6 : La Petite fille Bois-Caïman? par François Bourgeon – Éditions 12 bis (15 Euros)

Évidemment, vous n’avez certainement pas besoin de nous pour vous ruer sur cette suite d’une saga historique mythique, ceci vingt-cinq ans après la conclusion du premier cycle, qui relança le genre dans les années 1980 ! En effet, nous savons déjà que ce sixième « Passager du vent » est un gros succès en librairie ; mais un petit coup de pouce supplémentaire n’a jamais fait de mal, d’autant plus que l’ouvrage est assez exceptionnel ! La belle Isa est donc de retour mais on la retrouve en Louisiane, alors qu’elle a 98 ans : toute ridée, vêtue de noir et fumant la pipe ! L’auteur, qui a toujours montré les dures conditions des Noirs au XVIIIème siècle, a décidé que son héroïne vivrait assez longtemps pour connaître la guerre de Sécession… Nous faisons d’abord connaissance avec sa petite fille Zabo qui, elle, semble plutôt partisane de l’esclavage même si elle affranchira un couple d’esclave au service de sa famille depuis des lustres. Cette dernière se résout à quitter la Nouvelle Orléans dévastée par la guerre pour retrouver sa bisaïeule. Après 45 pages d’un prologue passionnant où nous suivons, entre divers débats artistiques et idéologiques, la destinée de la belle petite rousse à la langue bien pendue, nous saurons enfin comment Isa est parvenu de Saint-Domingue aux Amériques, après avoir fui le royaume de France ; ceci grâce à un habile flash-back. Seulement voilà, arrivés à la 78ème page de ce très bel album, on reste en plein suspense, et il nous faudra attendre le mois de janvier prochain pour connaître la conclusion de ces enthousiasmantes retrouvailles ! Avec son habituelle précision documentaire, son sens aigu de la narration et un trait toujours aussi lumineux, François Bourgeon a donc réussi l’exploit de nous conquérir une fois de plus, comme si le temps passé n’avait eu aucune incidence sur nos habitudes de lecture !

Gilles RATIER

Galerie

Les commentaires sont fermés.