COMIC BOOK HEBDO n°88 (12/09/2009)

Cette semaine, THE NEW AVENGERS.

THE NEW AVENGERS vol.2 : SECRETS ET MENSONGES (Panini Comics, Marvel Deluxe).

The New Avengers est vraiment une bonne série qui – grâce à son excellent scénariste Michael Brian Bendis – a trouvé sa place au sein de l’univers Marvel dans une belle cohérence, la création de cette super-équipe s’avérant tout sauf superflue, loin du « groupe de plus » n’apportant rien d’autre que la seule nouveauté. Le contexte dans lequel cette équipe est née, sa composition surprenante et réjouissante, l’esprit qui en découle et les excellents dessinateurs qui s’attèlent à ce titre font de celui-ci une œuvre vraiment passionnante dont on ne cesse d’attendre la suite. Bendis y est particulièrement en forme, explorant la mythologie des Vengeurs et de leur évolution avec une connaissance assez forte pour en tirer des événements à la fois sensés et complètement dingues, parfois même primordiaux pour l’ensemble de l’univers Marvel (ainsi, en septembre 2007, c’est dans cette série que le premier élément qui allait mener à Secret Invasion est survenu, avec la découverte qu’Elektra était en fait une Skrull). L’esprit et l’ambiance que Bendis insuffle sont d’une belle intensité, relayés avec grand talent sur la période couverte par ce deuxième volume (The New Avengers #7 à #15, 2005-2006) par David Finch (très bien encré par Danny Miki), Frank Cho, et Steve McNiven : pas mal !

Ces épisodes peuvent se scinder en trois parties, chacune étant en quelque sorte « consacrée » à un personnage précis de l’équipe : Sentry, Ronin, et Spider-Woman. Le récit sur Sentry permet à Bendis d’explorer la psychologie des super-héros en montrant à quel point ils peuvent être fragiles et devenir fous à cause de leur super-existence. Il en profite au passage pour rendre un bel hommage au Silver Age des dans une mise en abîme à la Moore où les personnages lisent un comic Marvel portant le titre du héros Sentry, et faisant même apparaître le scénariste qui a contribué au retour de ce personnage en 2000 : Paul Jenkins. L’histoire courte consacrée à Ronin nous fait découvrir qui se cache sous le masque noir de ce héros un peu à part, et la surprise est de taille ! Ce récit nous permet aussi de suivre l’évolution de la longue confrontation sous-jacente entre la Main et les Nouveaux Vengeurs. Enfin, c’est l’excellent Frank Cho qui prend le relais pour le l’histoire qui donne son titre au volume, où la belle Spider-Woman tient la vedette (et c’est tant mieux, car une aussi belle plante dessinée par Cho, ça donne des envies arachnéennes). Une période de la vie de Jessica Drew particulièrement compliquée en termes de choix et d’éthique, la pauvre se retrouvant totalement coincée entre deux factions opposées et les ramifications de son passé qui n’arrivent pas à rester silencieuses. Ce premier volet de Secrets et mensonges (Tractations) laisse présager des moments aussi forts que complexes pour Spider-Woman, mais aussi le reste du groupe. Une situation clairement intenable… mais pas plus que celle d’attendre le prochain volume de cette série !

Cecil McKINLEY

Galerie

Les commentaires sont fermés.