« Roméo et Juliette » et « Madame Bovary » adaptés par Yumiko Igarachie

Se lancer dans l’édition de manga en langue française est, aujourd’hui, un pari assez osé. C’est pourtant ce qu’ont choisi de faire Karim Talbi et Étienne Barral en créant ISAN manga. Cette nouvelle structure sort, pourtant, un peu des sentiers battus. Pour eux, pas question de récupérer les miettes laissées par les ténors français du secteur. Pour bien commencer, ce sont deux adaptations issues de la littérature classique qui ont été sélectionnées : « Roméo et Juliette », la pièce de théâtre de Shakespeare, ainsi que « Madame Bovary » de Gustave Flaubert. Mais attention, ces œuvres ne sont pas dessinées par n’importe quel auteur japonais inconnu. C’est la grande Yumiko Igarachie, qui signe ces deux premiers livres…

Cette dessinatrice a, à son actif, de nombreux best-sellers, au Japon. En France, elle est surtout connue pour « Candy », l’un des tout premiers dessins animés japonais diffusés en France, en 1978, sur la deuxième chaîne publique. Dix ans plus tard, sur TF1, nous avons eu l’adaptation d’un autre de ses célèbres mangas : « Georgie ».
Cependant, au niveau de l’édition papier, il n’y a que peu de traductions disponibles . Les Presses de la Cité ont publié, en 1993, les neuf volumes de « Candy », en collaboration avec l’éditeur japonais d’origine : Kodansha. Les ventes ont été à l’image de la piètre qualité de cette édition , que ce soit au niveau de la traduction ou de l’impression : décevantes. Pourtant, cette version est aujourd’hui introuvable et avidement recherchée par les fans qui n’ont pu l’acheter à l’époque. La série « Georgie » a, quant à elle, été publiée dans son intégralité chez Tonkam, dans une édition respectant l’œuvre originale.

« Roméo et Juliette »

L’éditeur ISAN manga espère donc que les nombreux fans de « Candy » sauront répondre favorablement à leur tentative : deux des œuvres de la dessinatrice ont été choisies, car elles adaptaient des classiques de la littérature européenne. Autre particularité de cette parution : proposer en un seul livre, le manga, mais également le texte original l’ayant inspiré. Le manga ayant gardé son sens de lecture inversé, il suffit de commencer le livre d’un côté ou d’un autre afin de profiter de l’oeuvre de son choix.

« Roméo et Juliette »

« Madame Bovary »

« Roméo et Juliette » est librement inspiré de la traduction japonaise retranscrite en français pour l’occasion. Néanmoins, le travail d’adaptation est excellent, on sent le caractère soutenu des dialogues. Pour la traduction du texte de la pièce de théâtre, c’est celle réalisée par Victor Hugo qui a été choisie.
Tout le monde connaît l’histoire de ce couple italien au destin tragique. Je ne vous ferais pas l’affront de vous en faire un résumé. Ce qu’il est bon de noter, c’est que le manga suit scène par scène la pièce de Shakespeare. On ne peut pas en dire autant de « Madame Bovary ». Même si la trame générale est bien là, l’adaptation est bien plus libre. Mais avec le texte original inclus, il est facile de comparer chaque chapitre. L’intrigue générale étant bien évidemment identique. Ce sont surtout certains passages qui sont raccourcis par un jeu d’ellipses narratives.

« Madame Bovary »

Niveau dessin, on voit immédiatement que ce sont des œuvres qui datent un peu. Si le trait enfantin et romantique convient parfaitement à « Roméo et Juliette », il sied moins au réalisme et au ton mélancolique de l’oeuvre de Flaubert. Pourtant, Yumiko Igarachie arrive à nous embarquer dans le monde qu’elle nous présente. Le ton général retranscrit assez bien la vie de cette époque et chaque manga offre une bonne approche de l’oeuvre originale. Quoi qu’il en soit, il est peu probable qu’un lecteur non amateur de mangas soit attiré par ces livres. On est dans le pur shôjo des années 90.

« Madame Bovary »

Ce nouvel éditeur, ISAN Manga, cherche surtout à offrir aux vrais fans de bande dessinée japonaise une approche haut de gamme et culturellement riche. Ses livres ne seront proposés qu’en version luxe, c’est-à-dire à un prix assez élevé du fait du nombre de pages important et de la reliure soignée. Deux grands thèmes sont privilégiés, les manga s’inspirant du patrimoine mondial de la littérature comme « Roméo et Juliette » et « Madame Bovary ». Mais également les mangas ayant marqué l’histoire de la BD, comme leur prochaine publication « Kamen Rider » de Shotaro Ishinomori que nous avons souvent évoqué sur bdzoom.com, pour son côté patrimonial.

Le pari est osé, et de gros éditeurs se sont cassé les dents sur ce même créneau. Toutefois, ils n’avaient pas ce côté luxueux et élitiste que veut se donner ISAN Manga. En attendant, ces deux premières publications devraient ravir les nombreux fans de « Candy » ou de shôjo, en général. L’engouement pour les beaux livres ne se démentant pas malgré l’arrivée de l’édition numérique, il se pourrait bien que les lecteurs soient tentés de donner sa chance à ce nouveau venu dans le monde de l’édition de mangas.

Gwenaël JACQUET

« Roméo et Juliette » par Yumiko Igarachie et William Shakespeare
Éditions ISAN Manga (27 €) – ISBN : 978-2-36768-000-2

« Madame Bovary » par Yumiko Igarachie et Gustave Flaubert
Éditions ISAN Manga (27 €) – ISBN : 978-2-36768-001-9

Galerie

Une réponse à « Roméo et Juliette » et « Madame Bovary » adaptés par Yumiko Igarachie

  1. Ping : La revue de presse du 25 mars au 07 avril | Club Shôjo