« Les Excalibrius » T1 (« Les Enfants rois ») par Grégoire Pont

Nouvelle série pleine de fantaisie dans la collection BD Kids de chez Milan / Bayard, tout d’abord parue dans le magazine Toboggan, destiné aux jeunes lecteurs de 5 à 8 ans.
Où nous faisons la connaissance de la famille Excalibrius, qui vit royalement dans un château de 253 pièces, pas moins.

Les Excalibrius première planche

Dans la famille, il y a le roi, aisément reconnaissable à sa couronne, et doté d’un léger embonpoint ; il y a aussi la reine, son épouse ; il y a les deux enfants, Ernest et Louise. Comme le château est assez grand pour accueillir d’autres personnes, on y trouve également la grand-mère, Mamyblou, experte en maniement de baguette magique et sorts parfois surprenants, et puis Moussa, l’ami des enfants, qui fait de longs séjours chez les Excalibrius. L’une des préoccupations essentielles du roi, c’est d’éviter de se faire envahir par les monstres qui vivent aux alentours de la royale demeure, des monstres gentils mais encombrants, tels le dragon Machichecrute, et son ami Gropouf. A la première occasion, Louise et Ernest les accueillent pourtant, ce qui donne lieu à bien des situations cocasses quand les monstres doivent passer inaperçus …

Les Excalibrius page 9

Les petites aventures de la famille Excalibrius nous sont contées dans de courtes histoires de trois planches, où la rencontre entre le quotidien et l’extraordinaire sont source de gags.

Il faut bien sûr dire un mot sur le château des Excalibrius, qui recèle bon nombre de pièces magiques, que les enfants explorent sans cesse : l’on y trouve la chambre du fou-rire, celle du mystère, une autre qui rapetisse et qui rend amoureux, celle qui change les couleurs et qui fait grandir … Malgré toutes ces merveilles, les enfants parfois s’ennuient en le disant haut et fort. Cela entraîne automatiquement l’injonction paternelle « Range ta chambre ! » Louise et Ernest vont à l’école, jouent aux explorateurs avec leur ami Moussa, découvrent des tunnels mystérieux sous leur couette, s’essaient à la magie avec Mamyblou et, de temps en temps, vont voir leur fantôme de grand-père sur le toit du château.

Les Excalibrius page 36

Une vie faite de petits riens, de grandes émotions et de fous rires …

Une série tonique et très colorée, dans laquelle les enfants pourront retrouver certaines de leurs préoccupations quotidiennes, portée par des héros sympathiques.

L’on peut regretter cependant certains stéréotypes trop présents dans les relations garçon – fille. Louise est la plus obéissante et c’est elle qui, dans les jeux, attend que son héros vienne la sauver, alors que, par ailleurs, elle ne manque ni d’idées ni de dynamisme !

Les Excalibrius page 46

Catherine GENTILE

« Les Excalibrius » T1 (« Les Enfants rois ») par Grégoire Pont

Éditions Milan (9,95 euros) – ISBN 978 2 7459 5735  1

Galerie

Une réponse à « Les Excalibrius » T1 (« Les Enfants rois ») par Grégoire Pont

  1. pont dit :

    Bonjour

    je suis l’auteur des Excalibrius.
    Je vous remercie d’avoir pris la peine de faire un article à l’occasion de la sortie de ma BD.
    Nous sommes justement en train de faire un retirage.
    Je voulais juste apporter une nuance. Je ne suis pas d’accord quand vous dites: « L’on peut regretter cependant certains stéréotypes trop présents dans les relations garçon – fille. Louise est la plus obéissante et c’est elle qui, dans les jeux, attend que son héros vienne la sauver, alors que, par ailleurs, elle ne manque ni d’idées ni de dynamisme ! »
    Je construit au contraire mes histoires autour du caractère de Louise, qui est désobéissante, rigolote et qui va toujours oser et d’Ernest qui est peureux et qui va suivre timidement.

    Bien cordialement
    Grégoire Pont