« Le Beau voyage » par Benoît Springer et Zidrou

Tranquillement, le scénariste Benoît Drousie, alias Zidrou, continue à explorer de nouveaux univers et signe, une fois de plus, un album fort, riche en émotions, qui raconte les rapports complexes, faits d’incompréhensions mutuelles, entre une jeune fille et son père ; le tout sur fond de drame familial…

       Bien loin de « L’Élève Ducobu », cette amusante série de gags à succès dessinée par son compère Godi, qu’il alimente, d’ailleurs, avec autant de talent, Zidrou nous propose, dans la belle collection Long Courrier des éditions Dargaud Benelux, un nouveau récit poignant, dans la lignée de ses précédents « Lydie » (avec Jordi Lafebre), « La Peau de l’ours » (avec Oriol) et « Les Folies Bergère » (avec Francis Porcel).

            Léa est une présentatrice de télévision connue qui mène une vie assez décousue et qui va être confrontée au décès de son père : les souvenirs remontent alors, et sa vie bascule… Partant sur les traces de son passé, elle y trouvera, finalement, une raison de vivre et de se reconstruire… Grâce à ce fil conducteur, l’auteur nous parle surtout de la transmission, abordant, avec sensibilité, des sujets intimistes que le géniteur et sa progéniture n’avaient guère eu l’occasion d’évoquer ensemble : la mort, l’avortement, la maladie, la perte d’un enfant, l’adultère ou l’homosexualité.

Le trait limpide et sobre de Benoît Springer (déjà apprécié sur « Les Funérailles de Luce » ou sur « On me l’a enlevée » que ce dernier avait réalisé avec Séverine Lambour) amène sa part bénéfique de délicatesse et de clarté. Par exemple, il met particulièrement bien valeur ce dessin d’enfant, une maison qui pleure, qui est à l’origine de cet album, et son trait délicat évite que ce récit, pourtant sensible et intelligent, ne sombre, systématiquement, dans un pathos que le lecteur pourrait juger trop lourd, à la première lecture…

Gilles RATIER

« Le Beau voyage » par Benoît Springer et Zidrou

Éditions Dargaud Benelux (14,99 €) – ISBN : 978-2-5050-1633-5

Galerie

Les commentaires sont fermés.