HERGÉ ET LES FANTÔMES D’ASSOULINE

Philippe Goddin et Benoît Peeters répondent à Pierre Assouline qui, dans un portrait que lui a consacré L’Express en date du 19 mars 2009, « revient sur la soi-disant adoption d’un enfant par Hergé. »

Au détour d’un portrait sur trois pages de Pierre Assouline (Un biographe si modèle, « L’Express » du 19 mars), l’hebdomadaire fait un sort, dans un court encadré – qui vient comme un cheveu sur le « scoop » –, à la fugitive adoption d’un enfant par Hergé et sa première épouse, Germaine Kieckens-Remi. Dans la biographie – remarquable par ailleurs – qu’il consacra au dessinateur belge (Plon, 1996), Assouline évoquait en effet l’arrivée à la fin des années quarante d’un orphelin de 7 ou 8 ans venu d’un pays lointain, qu’Hergé ne supporta pas plus de quinze jours et qu’il rendit (sic).

L’encadré revient sur la controverse que cette assertion, si fâcheuse pour l’image du « père » de Tintin, provoqua, en particulier chez ses proches qui n’avaient jamais entendu parler de cet enfant. Pour clore un débat qui suscite son « irritation », Assouline assure à présent tenir de la bouche de Germaine elle-même le récit de ce pénible épisode.

Caramba, encore raté… La révélation si tardive de sa source soulève à notre avis de nouvelles questions.

Comment un événement aussi important qu’une tentative d’adoption, tournant court par le fait d’Hergé, peut-il être totalement occulté dans le journal tenu par Germaine tout au long des années 40 et 50, alors qu’elle y relate en détail, sans crainte de l’impudeur, les difficultés de son couple jusqu’à sa séparation en 1960 ? C’est invraisemblable aux yeux de ceux qui, comme nous, ont épluché ces documents privés. Comme il est invraisemblable qu’au cours de nos nombreux entretiens avec elle dans les années 80, elle n’y ait jamais fait allusion, alors que son franc-parler et sa rancœur de femme délaissée étaient intacts et que la gloire de son ex-mari suscitait chez la vieille dame plus d’ironie et d’amertume que d’admiration.

Assouline aurait donc recueilli in extremis un secret qu’elle avait su, jusque-là, taire à tous, neveux, familiers et… autres biographes. Mais alors pourquoi se considère-t-il libéré de ce « off » maintenant seulement… alors que Germaine Kieckens « n’est plus de ce monde » depuis octobre 1995, soit plusieurs mois avant la parution de son livre ?

Du moins aurait-il pu profiter de la réédition revue et corrigée de son Hergé en format poche (Folio, 1998) pour citer sa prétendue inspiratrice et confondre ainsi ceux qui lui « cass(aient) les pieds » avec cette affaire d’adoption. Au lieu de quoi, le biographe s’ouvrait une porte de sortie ambigüe, comme s’il doutait du bien-fondé des fameuses « 10 lignes » qui la précèdent : Cette histoire, longtemps considérée comme taboue, trouve peut-être sa source dans une confusion avec la présence dans les années cinquante, aux côtés du couple, du petit Wilfrid, le fils des gardiens de la propriété (page 656).

Ce n’est sûrement pas Germaine, qui aurait fait une « confusion » aussi improbable entre un garçonnet du Brabant et un enfant d’un « pays lointain » !

Ne faudrait-il pas plutôt chercher la véritable origine de ce sinistre racontar chez certaine éphémère secrétaire d’Hergé dans les années 70 ? Inconsolable d’avoir été congédiée, elle ne fut pas avare de ragots désobligeants à l’endroit de son ancien patron… après la mort de celui-ci, bien sûr. Libre à Assouline d’avoir accordé à certains d’entre eux une oreille complaisante à l’époque de son enquête, mais il est regrettable qu’il se retranche aujourd’hui derrière Germaine pour en valider le moins plausible et le plus déplaisant.

Dans le portrait de « L’Express », Bernard Pivot vante « un enquêteur hors pair, méthodique, opiniâtre, recoupant ses informations ». Nous ne sommes pas certains qu’en invoquant à contretemps et sans risque les mânes d’un seul témoin, depuis longtemps disparu, Assouline se montre ici digne d’un tel éloge.

Philippe Goddin et Benoît Peeters, biographes d’Hergé

Référence de l’article :
http://www.lexpress.fr/culture/livre/pierre-assouline-un-biographe-modele_747686.html

Galerie

Les commentaires sont fermés.