Sergio Toppi : le coin du patrimoine BD

Les éditions Mosquito viennent de publier « Krull », un nouveau recueil d’histoires courtes réalisées par l’immense dessinateur italien qu’est Sergio Toppi.

Il s’agit de cinq récits fantastiques, qui n’avaient jamais été proposés au public francophone jusqu’à aujourd’hui, où le créateur de « Sharaz-De » (créée en 1979 dans Alter Alter) et du « Collectionneur » (créé en 1982 dans L’Eternauta) s’amuse à nous promener dans des mondes de légendes qui ne sont pas vraiment faits pour les enfants : même s’il évoque des petits nains dans la forêt, des crapauds enchantés, des fées ou des poupées… En fait, ces histoires ironiques et grinçantes, qui revisitent magistralement l’univers des contes germaniques, distillent avec humour sa vision plutôt noire de l’humanité. D’ailleurs, ce n’est pas innocent qu’elles aient été publiées, à l’origine, dans des revues transalpines clairement destinées aux adultes comme Alter Alter ou Glamour International Magazine, entre 1982 et 1997.

Voilà qui va nous permettre de revenir sur l’œuvre de ce graphiste réaliste et esthétique exceptionnel, du moins sur les traductions de ses bandes dessinées en France ; car il existe déjà un ouvrage (également publiée par Mosquito) qui fait parfaitement le tour de la question : « Toppi : une monographie » par Michel Jans, avec la collaboration de Jean-Louis Roux, de Nicolas Rouvière, de Fabrizio Lo Bianco, de Pierre Yves Lador et d’un certain Gilles Ratier. Nous allons aussi en profiter pour signaler certains de ses travaux qui nous avaient échappés pendant la réalisation de ce livre qui est considéré comme une « bible » pour les amateurs.

Né le 11 octobre 1932 à Milan, Sergio Toppi débute à la fois comme illustrateur de l’Enciclopedia dei ragazzi (aux éditions Mondadori, en 1953) et comme réalisateur de courts-métrages d’animation aux studios Pagot de Milan, en 1957. Pourtant, dès 1956, il travaille régulièrement comme cartooniste puis comme dessinateur de bandes dessinées (surtout à partir de 1960) pour la presse enfantine italienne : Topolino, Candido, Corriere dei Piccoli qui se transformera en Corriere dei ragazzi, Messagero dei ragazzi, Il Giornalino… Quelques-uns de ces récits complets (sur scénarios de Ventura, Mino Milani ou Piero Selva) ont été traduits en France par Florence Mirti, entre 1975 et 1976, dans l’hebdomadaire Formule 1 des éditions catholiques Fleurus.

Mais, contrairement à ce que nous pouvions croire jusqu’à présent, ce n’était pas la première apparition de Sergio Toppi dans les publications francophones : puisque le n°14 (de décembre 2006) du fanzine Pimpf Mag : la revue des petits formats nous apprend que plusieurs de ces courtes histoires ont été publiées, dès 1959, dans certains magazines des éditions SAGE.
- Dans Piko (en 1959), puis dans la 2ème série de Bugs Bunny (vers 1965), il y eut « Ivanhoé » : un roman illustré sur un texte d’Augusta Mignucci (publié à l’origine dans Topolino).
- Dans la 2ème série de Rintintin, entre 1970 et 1971, on publia aussi des traductions de la série didactique « Le Grandi avventure di pace e di guerra » (des scénarios de Ventura parus à l’origine dans Il Corriere dei Piccoli, entre 1969 et 1971), tels : « La Nuit des samuraï » dans le n°20, « La Prise de Constantinople » dans le n°22, « Commando Skorzeny : opération Ike » dans le n°54 et « La Prodigieuse aventure de Shackleton » dans le n°59 ; à noter que d’autres de ces « Récits en temps de guerre ou de paix » étaient illustrés par Arturo Del Castillo, Enrique Breccia, Dino Battaglia, Mario Uggeri ou Jorge Moliterni, entre autres grands noms !

Cependant, Sergio Toppi se fait surtout remarquer en France, en 1978 et 1979, avec les traductions (aux éditions Dargaud) de ses participations à la collection « Un Uomo, un’avventura » (« Un Homme, une aventure », sur des scénarios de Decio Canzio), aux éditions Cepim dirigées par Sergio Bonelli, et pour sa collaboration à L’Histoire de France en bande dessinée ou La Découverte du monde en bande dessinée aux éditions Larousse, sur des scénarios de François Lambert, Michel Pierre et Jean-Marc Delaunay sous la direction de Michel de France.

Cette importante production pour la presse enfantine n’empêcha pas le fait que, dans les années 1970, Sergio Toppi sera partie prenante de l’évolution adulte de la bande dessinée transalpine, aux côtés de Hugo Pratt, Dino Battaglia, Guido Crépax, Guido Buzzelli, Franco Bonvi, Attilio Micheluzzi, Milo Manara, Magnus…, en multipliant les collaborations aux plus grandes revues italiennes (Sgt Kirk, Linus, Alter Alter, L’Eternauta, Corto Maltese, Glamour International Magazine,Comic Art, Magic Boy, Ken Parker Magazine…), tout en développant surtout un style hachuré profondément original et novateur. En France, seules quelques petites pépites seront traduites alors dans Pilote en 1978 ou dans l’album « Marilyn Monroe » aux éditions Bédésup en 1982.

Pour que le public francophone puisse découvrir cette remarquable production et que Sergio Toppi voit enfin reconnu à sa juste valeur, il faudra attendre la politique éditoriale bien ciblée des Mosquito : laquelle n’a de cesse de promouvoir la bande dessinée italienne. Michel Jans et son équipe vont nous proposer « Le Dossier Kokombo » puis « Ile Pacifique » (en 1997), avant de s’attaquer au cycle des quatre albums du « Collectionneur » (entre 1998 et 2000). S’en suivront le monumental « Sharaz-De », événement remarquable de l’automne 2000, qui sera réédité deux mois plus tard après avoir reçu un accueil unanime de la critique. Ceci encouragera d’ailleurs Sergio Toppi à dessiner, exclusivement pour Mosquito, une suite aux récits des milles et une nuits de « Sharaz-De » (en 2005) et un cinquième épisode inédit du « Collectionneur » (en 2006) : « Le Collier de Padmasumbawa ».

Depuis, les Mosquito poursuivent, sans relâche, la réhabilitation de ce grand monsieur du 9ème art italien à travers la publication d’autres albums aux thèmes plus ou moins fantastiques comme les recueils « Myetzko » (2001), « Waramunga » (2002), « La Légende de Potosi » (2003), « Le Trésor de Cibola » (2004), « Blues » (2007), « Tanka » (2008)…, en attendant, qu’un jour peut-être, ils nous proposent ses meilleurs travaux réalisés pour un public plus populaire (la série « Magda & Moroni » scénarisée par Gino D’Antonio et publiée à partir de 1996 dans Il Giornalino ou les épisodes de « Nick Raider » et de « Julia » dessinés pour Bonelli entre 1997 et 2001). Pour plus de détail, nous vous conseillons d’aller voir le site http://www.editionsmosquito.com ou http://www.editionsmosquito.com/toppi.

Mais aussi avec la mise en valeur des planches de l’artiste dont certaines ont été sélectionnées, en 2000, pour faire partie de l’exposition « Les maîtres de la bande dessinée européenne » à la Bibliothèque Nationale, puis au Musée de la bande dessinée d’Angoulême. Signalons également les expositions parisiennes à la galerie Bosser (en 2002) ou au musée de la Conciergerie (en 2005), ainsi que la superbe mise en espace au festival « Quai des bulles » de Saint Malo, où Sergio Toppi fut invité d’honneur (en 2004). Depuis janvier 2007, Sergio Toppi s’expose aussi à Paris dans la station de métro Pyramides (http://www.editionsmosquito.com/pages/pyramides.html) et une grande exposition a été organisée en son honneur au festival d’Angoulême, en 2008 : c’est cette dernière (actualisée) qui est visible jusqu’à la fin du mois de mars à Mouthiers-sur-Boëme en Charente et qui devrait aussi faire partie du programme du prochain festival d’Aubenas, du 28 au 31 mai 2009 !

Enfin, sachez que malgré ses 77 ans bien sonnés, Sergio Toppi s’est réinstallé à sa planche à dessin et prépare un nouvel album sur les indiens d’Amérique : bonne nouvelle !

Gilles RATIER, avec Laurent TURPIN aux manettes

Galerie

3 réponses à Sergio Toppi : le coin du patrimoine BD

  1. Bdzoom dit :

    Chers lecteurs,

    je viens de retrouver une autre traduction de Toppi inconnue : « Une chose qui marche à mes côtés« , onze pages couleurs publiées dans le n°11 de la revue Fantastik des éditions Campus (daté de septembre 1982). N’hésitez pas à nous signaler les autres découvertes que vous pouvez faire sur ce maître italien !

    Merci à vous !

    Gilles Ratier

  2. Voici une bibliographie non exhaustive de Sergio Toppi en France en revues :
    Toppi fut publié de façon erratique en France dans des revues de BD populaires de l’éditeur Sagédition, notamment : illustrations comme « Les plus beaux uniformes du monde » sous forme de vignettes dans plusieurs numéros de Rintintin et Rusty (années 70-80) « Roland paladin de France » (Orlando paladino di Francia), écrit par Piero Selva dans le Corriere dei Piccoli n°32 en 1968 (Rintintin et Rusty n°30) « Le cid de campeador » (Il Cid Campeador) écrit par Piero Selva pour le Corriere dei Piccoli n°30 en 1968 (Rintintin n°31 et dos de couverture) « Ivanhoé »,texte d’Augusta Mignucci (Bugs Bunny n°89-90, années 60) paru à l’origine dans Topolino n°166. Côté BD, il a participé à la série Les grandes aventures de paix et de guerre (Le grandi avventure di pace e di guerra). Cette longue série italienne regroupe divers récits complets inspirés d’authentiques faits rééls en temps de guerre ou de paix publiés dans le « Corriere dei Piccoli » entre 1968 et 1971 par des dessinateurs italiens ou argentins comme Moliterni, del Castillo, Enrique Breccia, Dino Battaglia, Uggeri…. sur des scénarios de Mino Milani alias Enrico Ventura. Plusieurs de ces récits furent publiés en France dans Rintintin et Rusty (Sagédition) : « La nuit des Samuraï » (La notte dei samurai en 1970 dans le Corriere dei Piccoli n° 3, 1970) par Ventura et Toppi (Rintintin n°20)  » La prise de Constantinople » (La caduta di Costantinopoli dans le Corriere dei Piccoli n° 20, 1969), écrite par Ventura et dessinée par Toppi (Rintintin n°22) « Commando Skorzeny : Opération Ike » (Commando Skorzeny operazione Ike dans le Corriere dei Piccoli n° 47, 1971) par E.Ventura et Toppi (Rintintin n°54) « La prodigieuse aventure de Shackleton » (La prodigiosa avventura di Silackleton dans le Corriere dei Piccoli n° 20, 1970) par Ventura et Toppi (Rintintin n°59)
    + Opération à chaud (texte de Ventura) cette fois dans J2-Formule 1 n°37 du 16/9/75
    Drame en mer (mêmes auteurs) dans Formule 1 n°3 (21/1/76)
    Les requins (des mêmes) dans Coeurs Vaillants/J2 jeunes/F1 n°52 (1976)

    Fabrice Castanet

  3. Oups, et encore un : La vie d’un soldat, texte de Piero Silva dans Formule 1 n°44…

    Fabrice Castanet