LA NUIT TOMBE SUR LES EDITIONS NOCTURNE

La crise économique qui frappe le secteur du disque vient de rattraper la maison de disque éditrice du label « BD Jazz ».

Dans l’esprit de l’amateur de bandes dessinées, le nom de Nocturne s’associait en effet immédiatement à la fameuse collection « BD Jazz » : cet ensemble de 2 CD intégrés sous livret cartonné comportant 1 bande dessinée.

« Outre la qualité des enregistrements sonores, les récits en images proposés sont dus aux meilleurs : on y retrouve régulièrement Annie Goetzinger, Loustal, René Hausman, Igort, Catel, Georges Van Linthout, Louis Joos et Jacques Ferrandez … De quoi vous ravir les yeux, autant que les oreilles !!! » écrivait Gilles Ratier dans son article « Le jazz et la bd » : http://bdzoom.com/spip.php?article3062.

De fait, Il était moins connu du monde bédéphile que Nocturne (dont le chiffre d’affaires s’était élevé, dans les années fastes, jusqu’à 9 millions d’euros, la société employant alors 30 personnes) était avant tout un distributeur de CD au catalogue riche de plus de 14.000 titres dans le jazz, le rock, etc., la marque faisant référence à ce sujet dans le monde du disque. C’est cette partie de l’activité qui a subi de plein fouet la terrible crise, ébranlant actuellement l’industrie phonographique, et qui n’y survivra pas, la société ayant été liquidée.

Ironie du sort, cet arrêt a également signé la fin de l’aventure « BD Jazz », pourtant économiquement viable. Fin peut-être simplement provisoire car il est possible que le label retrouve prochainement une structure de distribution. Nous le souhaitons vivement.

Laurent Turpin

Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>