LE RECUEIL DES COUVERTURES DE SAN-ANTONIO PAR BOUCQ SORT EN AVRIL

À l’occasion du 60e anniversaire de la création de San-Antonio, paraîtra le livre « San-Antonio » Boucq & Dard. L’ouvrage et une exposition de ses originaux seront présentés en avant-première dans le cadre de l’Escale du Livre (3-4 et 5 avril) à Bordeaux.

Depuis 2000, François Boucq dessine les couvertures des nouvelles aventures de San-Antonio, mais aussi de toutes les précédentes. Il est le seul et unique illustrateur à avoir dessiné toutes les couvertures de San-Antonio !

Autour des thématiques récurrentes dans les aventures de San-Antonio nous retrouvons dans cet ouvrage les illustrations (près de 150) de François Boucq, des croquis préparatoires, des dessins non retenus. Le tout sous un habillage graphique de Philippe Brulois mettant autant en valeur l’œuvre que François Boucq lui-même.

Extrait de la préface de Patrice Dard : « Sitôt que l’idée d’un nouveau San-Antonio germe sous ma calbombe et que j’ai trouvé le titre, j’appelle Boucq à la rescousse. Nous déjeunons ensemble, à Lille ou à Paris, et je lui raconte mon projet, souvent balbutiant. Alors, le miracle se produit : sous ses doigts, en quelques coups de crayon sur un coin de calepin, mon projet se dessine, prend corps et couleur et je repars confiant en mes mots comme je le suis en ses traits. Aujourd’hui, le voici représentant absolu de San-Antonio dans le domaine de l’image. Concevoir un Bérurier qui n’aurait pas les traits dont l’a gratifié Boucq, serait comme renier une évidence biblique. »

«  »San-Antonio », Boucq & Dard » se voit complété de deux chapitres textuels illustrés :

L’histoire des couvertures de San-Antonio.
Depuis sa création en 1949 par Frédéric Dard et encore aujourd’hui sous la plume de Patrice Dard, San-Antonio est un phénomène unique de la littérature française. Maxime Gillio, secrétaire de l’Association des Amis de San-Antonio, nous explique le pourquoi de ce succès et nous retrace la petite histoire des illustrateurs de San-Antonio de Gourdon à Boucq en passant entre autres par Dubout, Wolinski, Serre, Blachon.

Extrait : « À la base, San-Antonio, c’est quand même du polar et des personnages inoubliables. Des visages, des trognes, des gueules… Des caractères entiers, pleins, sincères, extrêmes… Des personnages qu’on a envie d’aimer, de haïr, de connaître, de tuer, de baiser, de côtoyer, d’éviter, d’épouser… San-Antonio, c’est aussi ça : un art consommé du portrait, du tableau, de la peinture. Il n’est pas un personnage chez San-Antonio, fût-il secondaire, qui n’ait sa part d’humanité, sa touche personnelle qui nous le rend sympathique ou détestable, peu importe, puisqu’on ressent quelque chose pour lui. Aucune demi-mesure chez les personnages de San-Antonio. C’est une galerie de caractères inoubliables. On se croirait presque devant une toile de Bruegel. Pour autant, ces personnages sont tous humains. Qu’ils soient bandits ou ministres (ou les deux à la fois…), putes ou vierges, jeunes ou vieux, hommes ou femmes, fonctionnaires ou médecins, révolutionnaires ou concierges, San-Antonio nous les présente dans leur humanité, avec ce qu’elle a de meilleur, mais aussi de pire. Alors, humaniste, San-Antonio ? Évidemment… Un humanisme désabusé, parfois cynique, mais bien réel, que l’on retrouve dans ses coups de griffe comme dans ses embrassades. Il n’est qu’à voir les rapports si particuliers qu’il entretient avec son lecteur. »

François Boucq créateur d’images.
Au-delà de l’auteur de bandes dessinées c’est l’homme d’images qui est décrit dans ce portrait de Laurent Turpin. François Boucq, illustrateur, réalisateur, peintre. François Boucq observateur avisé aussi des images des autres et du monde qui l’entoure.

Extrait : « S’il fallait une conclusion à ce portrait, ce serait l’évidente complémentarité des univers visionnaires de ces artistes et la valeur ajoutée de leur talent : Frédéric, puis Patrice, Dard écrivent, François Boucq dessine, mais tous créent une réalité imaginaire dont la vraisemblance amène au final à douter de la réalité elle-même et à se pencher sur l’analyse du visible et de l’invisible : n’est-ce pas là finalement une des qualités premières de la création ? »

PRIX DE VENTE PUBLIC : 35 euros TTC – Format à l’italienne 25,7 x 24,7 cm -couverture cartonnée – 192 pages. Un carnet de croquis (tirage limité) : « Les inédits » (Pas publiés) de François Boucq est offert avec le livre.

Attention : « Y’en n’aura p’t'être pas pour tout l’monde ! » : Réservez votre exemplaire ! : Sangam 8 bis rue Borie 33300 Bordeaux, infosangam@yahoo.fr, www.sangam.space-blogs.com

L’EXPOSITION

Parallélement à la parution de l’ouvrage, une soixantaine de dessins originaux (aquarelles et croquis) vous permettront d’apprécier le sens du détail chez François Boucq et tout particulièrement les trognes de personnages hauts en couleur.
Cette exposition est une coproduction de la Ville de Bordeaux (33) et de la Ville de Coudekerque-Branche (59) . Elle sera visible à Bordeaux à l’Hôtel de Police du 2 avril au 31 mai puis à Coudekerque-Branche au Château Lesieur du 6 juin au 19 juillet. Cette exposition est conçue pour circuler dans d’autres villes qui souhaiteraient l’accueillir.

Galerie

Les commentaires sont fermés.