« Fear Agent » T1 par Tony Moore, Jerome Opeña et Rick Remender

Après une publication de cette œuvre déjantée en six volumes, Akileos nous propose aujourd’hui une réédition intégrale de « Fear Agent » en deux beaux et gros volumes augmentés de croquis, story-boards et couvertures. L’occasion rêvée pour (re)découvrir ce brillant hommage à l’esprit EC Comics…

« ‘C’est chiant. Ça va être chiant.’ Voilà ce que m’a dit ma femme quand je lui ai dit que je pensais raconter la genèse de ‘Fear Agent’ pour cette introduction. Je crois que je suis assez d’accord, mais je n’ai pas d’autre idée. Alors, tant pis pour vous. » Voilà comment s’ouvre cet album, par ces mots provocateurs tout autant que drôles et touchants du scénariste de « Fear Agent », Rick Remender. Le ton est donné. Rien n’est grave mais tout est important. Et il faut y aller. « Fear Agent » est l’une des belles surprises de ce début de millénaire en ce qui concerne les comics. C’est une œuvre jouissive, à la fois humoristique, spectaculaire, cynique, irrévérencieuse, une œuvre de SF mâtinée d’horreur et de guerre en hommage aux publications mythiques d’EC Comics qu’Akileos a amorcé il y a peu pour le plus grand bonheur des fans de comics ; oui, il y a encore des éditeurs ayant une lignée éditoriale. Rick Remender ne se cache pas de cet hommage direct et revendiqué aux EC Comics, rejoint assez naturellement par Moore et Opeña, ses deux artistes agents de la peur. Et l’hommage est réussi puisqu’il ne sombre pas dans l’idolâtrie bêtifiante, les ressorts personnels et originaux de Remender transformant l’influence en esprit créatif.

 

Heath Huston, le héros de « Fear Agent », c’est un peu le pendant décadent du « Tom Strong » de Moore (Alan, pas Tony). Chez le scénariste anglais, « Tom Strong » constitue un flagrant hommage aux grands mythes de la SF chers à l’auteur, mais le protagoniste reste propre et un peu froid, malgré quelques accidents mooréens rendant les choses toujours plus complexes et nuancées qu’il n’y paraît. Chez Remender, le héros incarnant l’archétype des personnages de SF des fifties a une sérieuse part d’ombre (peut-être de celles qui firent tant réagir le Dr Whertam), une part d’ombre tellement puissante qu’elle se retrouve finalement en pleine lumière. Huston boit du whisky à forte dose, a des failles qui le travaillent bien au-delà de ce que demande de sang-froid ses missions, et fait preuve d’une certaine faiblesse au sein même de son courage pour aller au combat. Huston est un looser alcoolique un peu défaitiste qui n’arrive pourtant pas à raccrocher à cause d’une éthique et d’une révolte personnelles assez fortes, punk qui s’ignore. Une notion qui rejoint de manière directe les prérogatives personnelles et les intentions artistiques de Remender, vilain petit canard au grand cœur rigolard pour ne pas chialer de colère légitime.

 

On prend un pied terrible à lire ce comic. Vraiment, je vous le conseille. Si vous aimez la bonne vieille SF des familles, les pulps, les EC Comics, bref, toutes les cultures longtemps considérées comme déviantes, et l’irrévérence moderne lorsqu’elle est intelligente et lucide, alors jetez-vous sur cette œuvre qui satisfera bon nombre de vos envies d’incongruités, de cerveaux-méduses de l’espace, de nobles hommes-singes tout droit sortis d’un lointain royaume cosmique, de robots tueurs et de reptiloïdes retors. Tous les ingrédients des films de Corman et Harryhausen sont là, mais aussi le second degré des fameux EC Comics qui transparaît de manière évidente, Remender se situant sur certains points dans la lignée de ces artistes et auteurs qui ont osé faire rêver, rire et pleurer par l’inconcevable, l’invraisemblable, sans jamais perdre de vue l’émotion. Sans jamais perdre de vue ce rire salvateur. Respectueuse mais impétueuse dans l’ironie mordante et humaniste, « Fear Agent » procure un vrai plaisir, enfantin et pourtant sur un ton très adulte, nous amusant sans jamais nous faire oublier qu’il se passe des choses graves. Bref, l’alchimie rêvée de l’entertainment intelligent (tellement rare qu’on croirait ces deux mots en antinomie). Le dessin de Tony Moore est vigoureux et dynamique, mais ma préférence va à Jerome Opeña dont le style me plaît énormément, souvent subtil et foisonnant. Et si après ça vous doutez toujours de la qualité de cette œuvre, alors sachez qu’Ed Brubaker et Eric Powell sont fans de « Fear Agent »… Vous voyez ce que je veux dire ?

Cecil McKINLEY

« Fear Agent » T1 par Tony Moore, Jerome Opeña et Rick Remender Éditions Akileos (29,50€) – ISBN : 978-2-3557-4122-7

Galerie

Les commentaires sont fermés.