PLUS DE LECTURES DE BD du 17 novembre

? Le jardin des glaces ? par Servais, ? L’heure la plus sombre vient toujours avant l’aube? par Moynot et ? Koma T.6 : Au commencement ? par Peeters et Wazem.

? Le jardin des glaces ? par Jean-Claude Servais – Editions Dupuis (14 Euros)

Si on regarde de près l’œuvre de Jean-Claude Servais, on s’aperçoit quelle est totalement cohérente et que le propos « écologique » ou plutôt naturaliste de l’auteur a toujours été présent, pratiquement depuis ses débuts, particulièrement dans « La Tchalette » ou dans « Tendre Violette », dès 1979. Avec ce beau récit qui décrypte une nouvelle fois les mystères de nos terroirs, ce passionné de la faune et de la flore des Ardennes prend pourtant ici un ton légèrement plus militant, évoquant la tectonique des plaques et expliquant les dérèglements liés au réchauffement climatique que son personnage principal a étudié toute sa vie. Arnold Francart est un célèbre climatologue et explorateur des pôles qui s’est aujourd’hui réfugié dans son jardin, vivant au rythme des saisons, sans plus voir personne. Rongé par un terrible secret, le savant, aujourd’hui âgé et malade, va se dérider, petit à petit, au contact d’une jeune étudiante en géographie qui souhaite l’interviewer pour son mémoire. Grâce au savoir faire narratif de ce talentueux auteur wallon, l’histoire est belle et prenante ; quant à son illustration, elle est, comme à l’habitude, superbe : peut-être plus encore !!! De belles images et des bons sentiments qui font mouche et qui réussissent à émouvoir le lecteur dès les premières pages !

? L’heure la plus sombre vient toujours avant l’aube ? par Emmanuel Moynot – Editions Futuropolis (16 Euros)

Toutes les fictions ancrées dans le réel que nous concocte le fin décrypteur des liens sociaux qu’est Emmanuel Moynot, méritent votre intérêt : et celle-ci ne déroge pas à cette règle ! Ce nouveau et très émouvant album édité chez Futuropolis nous raconte l’histoire de deux paumés : une serveuse de restoroute marocaine dont le fils est en prison et un camionneur plutôt du genre taiseux qui rentre rarement dans son foyer où femme et enfants ont pris l’habitude de ne plus l’attendre. Ils se croisent furtivement dans ce sinistre self près de Poitiers, échangent à peine quelques regards, et pourtant… Quand la barmaid se fait brutaliser par son salopard de patron, le sang du routier ne fait qu’un tour et il balance son poing dans la gueule du connard… Et voilà qu’ils prennent la route tous les deux, finissant par trouver refuge dans une piaule appartenant à un copain, près de Bordeaux… En fuyant leur train-train quotidien, ces deux êtres bien différents, épris de liberté et qui vont essayer d’harmoniser leur destin, ne vont-ils pas aggraver les choses ? Car quand on a la poisse, on a la poisse… La tension, dans cette glauque histoire d’amour et d’embrouilles, monte page après page, dans une ambiance clair-obscur illuminée par des couleurs ocre parfaitement maîtrisées. Avec une fluidité exemplaire et des dialogues adéquats, Moynot restitue avec pudeur la complexité des états d’âmes de ces attachants personnages qui sont, finalement, tellement humains !

? Koma T.6 : Au commencement ? par Frederik Peeters et Pierre Wazem – Editions Les Humanoïdes associés (10 Euros)

L’ultime tome de cette étrange et formidable série (où une petite fille, qui aidait son père dans son difficile travail de ramoneur, tombe régulièrement dans le coma de façon totalement inexplicable) est aussi formidable que les précédents ! On va enfin savoir si Adidas va réussir à vaincre cet esprit gluant, qui est responsable du fonctionnement du monde et qui la tient prisonnière dans les songes, et si elle va retrouver le monde réel ! Son combat basé sur l’imagination, la fantaisie et le rêve, nous donne de l’espoir que notre univers devienne, un jour, meilleur ! L’association des Suisses Frederik Peeters (dont le dessin est de plus en plus mature) et Pierre Wazem (ici seulement au scénario) fonctionne parfaitement, même si certains peuvent penser que le résultat paraît moins original et moins expérimental que sur les œuvres qu’ils réalisent seuls. Pourtant, ce dernier album de « Koma » contient son lot de surprises, la ballade onirique de cette enfant, qui porte sur ses épaules tout le poids du monde, oscillant avec habilité entre fantasmes et réalité !

Gilles RATIER

Galerie

Les commentaires sont fermés.