Le créateur des 4 as et de Fantômette est mort…

Georges Chaulet est décédé le 13 octobre à l’âge de quatre-vingt-un ans, a annoncé, hier, son éditeur (Hachette). Né le 25 janvier 1931 à Paris, il a écrit plus de cent cinquante romans pour la jeunesse dont la série « Fantômette », la célèbre héroïne masquée au collant noir et à la tunique jaune aux quinze millions d’exemplaires vendus. Il était aussi le scénariste de la bande dessinée « Les 4 as » mise en images par François Craenhals.

          Georges Chaulet a quatre ans lorsque sa famille s’installe au Caire, avant de rentrer un an plus tard à Antony, en région parisienne.

Dès l’adolescence, il écrit ses premiers romans : des polars de style série noire.

Baccalauréat en poche, il s’inscrit aux Beaux Arts de Paris. En 1952, il part faire son service militaire en Allemagne et se réfugie dans l’écriture, au point de décider d’en faire son métier.

En 1957, il publie le premier tome de la série « Les 4 As » dans la collection Relais des éditions Casterman, avant de donner le jour à « Fantômette », en 1961.

            Par la suite, sans jamais approcher le succès de sa série fétiche, l’écrivain va lancer plusieurs séries au succès variable : « Le Petit Lion », « Béatrice », « Étincelle », « Les 3D », « Le Prince Charmant », « Les Trésors »… Il écrira, aussi, quelques épisodes d’« Inspecteur Gadget », de « Cady » ou de « Mickey », sur commande… « Créateur d’avant-garde, féministe avant l’heure, Georges Chaulet avait fait naître, avec « Fantômette », l’un des premiers rôles féminins actifs, intelligents et autonomes de la littérature jeunesse », souligne l’éditeur dont il était l’un des piliers au sein de la collection La Bibliothèque rose. Avec ses enquêtes à la Arsène Lupin, ses scénarios sans faille et un ton unique, cet amateur de calembours et de farces a fait profiter des générations de lecteurs et de lectrices de son imagination fertile. En 2006, pour célébrer les cent cinquante ans de La Bibliothèque rose, Georges Chaulet a écrit une nouvelle aventure de « Fantômette » dont c’était le cinquantième épisode : « Le Retour de Fantômette », après dix-huit ans d’absence…

            En ce qui concerne la bande dessinée, les fameux jeunes héros des « 4 As » sont mis en cases par François Craenhals, dès 1964, à l’initiative de l’éditeur : « Ils sont nés à partir des livres que Georges Chaulet avait écrits pour les éditions Casterman et que j’avais illustrés. Sa façon d’écrire, le ton de ses livres, c’était de la bande dessinée. Il fallait très peu de transpositions. Tout le monde en a été convaincu… Nous ne nous sommes absolument pas préoccupés de trouver un support hebdomadaire pour ces personnages [le premier épisode, « Les 4 As et le serpent de mer », aurait cependant été pré-publié dans Tremplin, en 1964], l’éditeur estimant qu’une bonne série pouvait vivre d’une façon autonome » déclarait le dessinateur dans le n°6 du fanzine Robidule, en octobre 1972.

            Considérée comme une œuvre mineure par les spécialistes du 9e art, cette aimable démarque du style d’Hergé (ce dernier fit d’ailleurs une incursion dans l’album « Les 4 As et la vache sacrée », en 1964, pour y dessiner lui-même deux cases où apparaît son personnage Tintin) n’en est pas moins une collaboration colossale, longue de quarante albums publiés aux éditions Casterman. En effet, « Les 4 As » ont pourtant obtenu, pendant plus de quarante ans, l’adhésion d’un public aussi jeune que fidèle ; alors que seuls quelques épisodes ont été repris en publication dans des revues comme Le Patriote illustré en Belgique (« Le Visiteur de minuit », en 1965) ou Francs Jeux en France (entre 1966 et 1968) : « Ça n’a pas été bien vu par tout le monde : le directeur de Casterman trouvait ça trop infantile ! Et des critiques ont souvent fait la réflexion : « Mais comment Craenhals peut-il galvauder son talent à faire des histoires pour les petits enfants ? » Pour ma part, j’aime bien alterner plusieurs séries, certaines plus légères que d’autres… » précisait le créateur de « Pom et Teddy » ou du « Chevalier Ardent » au journaliste Hugues Dayez pour son ouvrage « Le Duel Tintin-Spirou » aux éditions Contemporaines, en 1997. François Craenhals en dessinera un quarantième album («  Le Loup de Tasmanie » en 2004), avant d’en confier complètement le dessin à Jacques Debruyne qui l’assistait, sur cette série, depuis le vingt-cinquième épisode publié en septembre 1988. Un quarante-troisième et ultime recueil (« La Balade des 4 As ») sortira en mai 2007, illustré par Alain Maury et scénarisé par Sergio Salma… Pour en savoir plus, voir François Craenhals (2ème partie).

            Si François Craenhals réalisera aussi, en 1982 et 1983, l’adaptation des « Aventures de Fantômette », le temps de trois albums aux éditions Hachette (le quatrième et dernier étant dessiné par Endry, un autre de ses assistants), Georges Chaulet vit aussi une autre de ses créations romanesques (« Mac Haskette ») vivre des aventures en bandes dessinées, mais de façon éphémère en 1972, dans le bimensuel des éditions Bayard Okapi, grâce à la dessinatrice Nicole Piébaut.

 Gilles RATIER

Galerie

2 réponses à Le créateur des 4 as et de Fantômette est mort…

  1. Mario dit :

    sympathique hommage pour un auteur qui a compté dans nos vis de gamins.
    Merci
    ;o)

  2. Bruno dit :

    Je tombe sur cet hommage un peu tard… Les aventures de Fantomette ont fait partie de ma vie de gamin et ont participé à me faire adorer la lecture…Merci pour cet article