Le film « Prince Killian : le trésor des templiers » est adapté de la bande dessinée espagnole « El Capitán Trueno » !

S’inspirant d’une bande dessinée très populaire en Espagne, mais pratiquement inconnue dans nos contrées, ce film, dont le titre original est « El Capitan Trueno y el santo grial », sera enfin disponible chez nous, en DVD et en Blu-Ray, le 18 octobre ! Pourtant dirigé par Antonio Hernandez (le réalisateur des « Borgia ») et interprété par Sergio Peris Mencheta (vu dans « Resident Evil : Afterlife »), ce long métrage sorti sur les grands écrans ibériques le 7 octobre 2011, n’avait pas eu l’honneur d’être projeté dans les salles françaises…

 Prince Killian » est donc le titre anglais d’« El Capitán Trueno », série de bande dessinée d’aventures créée le 14 mai 1956 par le scénariste Victor Mora Pujadas (sous le pseudonyme de Victor Alcázar) et le dessinateur Miguel Ambrosio Saragosse qui signait  Ambrós, pour la Colección Dan, puis Superaventuras : séries de fascicules populaires publiées par les éditions Bruguera.

Dans la lignée des romans d’aventures chevaleresques comme le « Ivanhoé » de Walter Scott ou de la bande dessinée médiévale américaine « Prince Valiant » d’Harold Foster, elle met en scène un croisé au service de Richard Cœur de Lion, à l’époque de la troisième croisade (c’est-à-dire à la fin du XIIe siècle). Accompagné de ses amis Crispin et Goliath, et ​​parfois par sa dulcinée Sigrid, il parcourt le monde en menant d’innombrables combats contre l’injustice et en défendant les opprimés…

« El Capitán Trueno » par Ambros.

Entre 1959 et 1968, le succès rencontré est tel (avec une diffusion d’environ 350 000 exemplaires  hebdomadaires) que l’éditeur décide de publier « El Capitán Trueno » dans leur revue phare, Pulgarcito, et de lui créer son propre magazine : El Capitán Trueno EXTRA, où il connaîtra, parallèlement, des aventures indépendantes, entre 1960 et 1968.

Compte tenu de la charge de travail générée par ces publications au rythme soutenu, les créateurs d’origine doivent vite trouver divers partenaires à qui ils laissent, épisodiquement, la place : Angel Beaumont, Julio Briñol, Adolfo Buylla, Félix Carrión, Luis Casamitiana, José María Casanovas, Comos, Francisco Díaz, Juan Escandell, Gil Bao, José Grau, Fuentes Man, Tomás Marco, Martínez Osete, Ángel Pardo, Claudio Tinoco, Vicente Torregrosa  ou Jan José Úbeda (pour les dessins) et Ricardo Acedo, Jordi Bayona ou Cassarel, pseudonyme de José Antonio Vidal Sales (pour les scénarios).

« El Capitán Trueno » par Ambros.

« El Capitán Trueno » par Jesús Blasco.

            Après avoir réédité, à de nombreuses reprises, ces aventures épiques et quelque peu manichéennes, les éditions Bruguera ont fini par décider de leur redonner vie, entre 1986 et 1991 : mais cette relance de la série fut loin d’obtenir le succès espéré… Elle était pourtant toujours scénarisée par Victor Mora et dessinée, principalement, par le trait réaliste et haut en couleurs de l’Anglais John M. Burns…

Mais aussi par les Espagnols Amador García, Jesús Blasco, Luis Bermejo, Jesús Redondo, Rafa Fonteriz et Paco Nájera.

Notons enfin l’existence de l’ouvrage commémoratif « El Gran Libro del Capitán Trueno » (dessiné par Alfonso López et raconté par Pepe Gálvez, en 2006) et d’un dernier album :  « El Último Combate », en 2010, sur un scénario de Ricard Ferrándiz (illustré par Joan Boix) qui met en scène la mort de tous les protagonistes.

« El Capitán Trueno » par John M. Burns.

            En dehors de l’Espagne, « El Capitán Trueno » fut publié dans différents pays d’Amérique latine et d’Europe comme le Portugal, l’Allemagne, l’Italie, la Grèce et les Pays-Bas où notre héros a également été très populaire. Ce fut moins le cas en France où l’on en trouve trace, entre décembre 1964 et mai 1968, dans les trente-huit  fascicules d’Amigo édités par la SFPI (Société Française de Presse Illustrée), sous le titre de « Capitaine Tonnerre ». Chez le même éditeur, on le retrouve également dans le pocket Tornade (de 1968 à 1970), mais aussi aux éditions Aventures et voyages, en 1970, dans un autre mensuel de petit format, Ivanhoé, sous le nom de « Yann Cyclone ». En 1980, il réapparaît, rebaptisé « Amigo », dans un éphémère fascicule au titre éponyme. Enfin, en 1991, les éditions Le Vaisseau d’argent consacre un album à la nouvelle version du personnage : « Trueno le paladin : La Sorcière d’Anubis »… Sans aucun succès !

Gilles RATIER

 « Prince Killian : le trésor des templiers » d’Antonio Hernandez

Éditions  Condor Entertainment – 108 mn – Prix : DVD 19,99€  / BLU-RAY 24,99€

Galerie

Les commentaires sont fermés.