Zidrou (« Les Folies Bergères ») : « J’ai toujours eu envie d’écrire des histoires réalistes, mais personne n’en voulait ! »

Après les très remarqués « Lydie » et « La Peau de l’ours », on retrouve une nouvelle fois, en quelques mois, la signature du scénariste de « L’Élève Ducobu » et de « Tamara », au scénario d’un nouvel album réaliste : « Les Folies bergères », un récit situé dans l’horreur des tranchées de la Grande Guerre. Rencontre …

Impossible de croiser Zidrou sans d’abord évoquer son best-seller, « L’Élève Ducobu »,  qui a déjà fait l’actualité cinématographique à deux reprises : « Ducobu va très bien. Les adaptations sur grand écran, qui respectaient l’univers que Godi et moi avons créé, ont permis à la série BD de bénéficier d’une augmentation incroyable de son taux de notoriété et de remonter ses ventes à la nouveauté alors que la tendance, comme pour tout le secteur, était baissière ».

Du coup, pour profiter de cette aspiration, un spin off centré sur « L’Instit Latouche », et dont le premier volume sort ces jours ci, concomitamment au DVD des « Vacances de Ducobu », a été initié par les éditions le Lombard.

Une nouvelle série scénarisée par Falzar et dessinée par Leogrin (contraction des noms des deux dessinateurs italiens  Lucio Leoni et Emanuela Negrin) : « j’ai juste eu un rôle de supervision sur ce projet », nous indique Zidrou tout en nous confiant s’impliquer actuellement avec Godi, le dessinateur de la série mère « L’Élève Ducobu », sur « Une aventure de Chlorophylle vue par … ».

 

Coté « Humour » , outre la reprise très réussie sous forme de 44 planches humoristiques (« … pour une fois qu’on me laisse en faire ! », avec Jean-Marc Krings aux crayons, de « La Ribambelle » de Roba, Zidrou est également l’animateur narratif de « Tamara », une série dessinée par Christian Darasse, qui rencontre un public de plus en plus large à chaque nouvel album : « Au départ, « Tamara » était une série classique d’humour. L’arrivée des séries de style feuilletonesques, comme « Les Nombrils », m’a ouvert un espace qui a répondu à mon envie d’être moins artificiel et plus en connexion avec la société. « Tamara » a alors évolué vers des thématiques peu abordées dans le style de la bande dessinée à tendance humoristique, mais avec délicatesse et respect. On peut y voir des câlins, les gens prendre leur bain ou parler des règles des filles, ce qu’on ne trouve pas dans « Cédric » par exemple. Ma génération d’auteurs se doit de faire évoluer les choses. On ne peut plus, par exemple, à notre époque, ne caractériser les pères de famille que comme autoritaires ou adulescents. La plupart de mes amis savent faire la lessive ! Nos personnages ne doivent plus être des caricatures arriérées, comme dans « Kramer contre Kramer ».

Rien d’étonnant alors à voir Zidrou aborder aujourd’hui des sujets aux thématiques adultes traitées dans un style réaliste. Aujourd’hui ? : « J’ai toujours eu envie d’écrire des histoires réalistes, mais personne n’en voulait ! J’ai mis 17 ans pour réussir à faire publier « Boule à zéro » ! Comme j’étais considéré comme un gagman, avec des séries comme « Ducobu », « Les Crannibales » ou « Le Boss », ces dernières ne manquant pourtant pas de mordant, les éditeurs ne lisaient pas les scénarios que je leur soumettais, ou alors ils traînaient, traînaient …  J’ai donc décidé de changer de tactique. Résidant en Espagne, je me suis appuyé sur un réseau de jeunes dessinateurs de talent locaux pour proposer mes projets en texte et en images. La chance est venue avec « Lydie », que j’ai signé chez Dargaud Benelux, grâce à la sensibilité de mon éditrice. Mais « Lydie » n’est pas le premier album que j’ai écrit dans cette veine plus réaliste. Il s’agit juste du premier qui est paru, ce qui est par ailleurs une bonne chose, pour la suite de ma production, au vu de l’excellent accueil qu’a reçu l’album. »

Parmi ces récits déjà élaborés, après le remarqué  « La Peau de l’ours », sorti en juin dernier, figure « Les Folies Bergères », sombre récit teinté de fantasmagorique (« En Belgique, on en met facilement ! ») mettant crûment en scène la vie quotidienne des poilus dans l’horreur des tranchées durant la guerre 14-18, et qui paraît aujourd’hui : « Le thème de cette bande dessinée est venu du dessinateur, qui, à 30 ans, est passionné par la Première guerre mondiale. C’est un des mes albums les plus durs, mais je ne pouvais concevoir l’histoire que de cette manière » S’attaquer en BD à cette période reste cependant une gageure : « C’est vrai que le premier réflexe d’auteur est de se dire que beaucoup de livres sont parus sur l’époque, dont ceux de Tardi, qui ont marqué les esprits. Mais je crois qu’il est important pour un artiste de se mettre en danger. J’y suis allé en essayant de donner de l’organique et du charnel, avec l’ambition qu’on se dise qu’il n’y avait que moi qui pouvait l’écrire. »

Laurent TURPIN

« Les Folies Bergères » par Francis Porcel et Zidrou

Dargaud (16,45€) – ISBN : 978-2-5050-1390-7

Lire aussi sur bdzoom : L’envers des planches de zidrou

 

Galerie

Une réponse à Zidrou (« Les Folies Bergères ») : « J’ai toujours eu envie d’écrire des histoires réalistes, mais personne n’en voulait ! »

  1. Ping : Les Folies Bergères, Porcel/Zidrou | Livres en ville, lire envie, livre libre