Exposition-vente au profit du comité de soutien à Jonas et Silvina, enfants d’Hugo Pratt, pour la défense de leurs droits

La fameuse Galerie 9e Art tenue par l’ami Bernard Mahé est bien connue des amateurs de bande dessinée. Ce jeudi 4 octobre, elle ouvrira ses portes à une exposition au caractère très particulier, puisque la recette de la vente des œuvres exposées servira à défendre les droits plus que menacés de deux des enfants d’Hugo Pratt, Jonas et Silvina…

Souvent, le bon sens fondamental de la vie se retrouve menacé et attaqué… Peut-être ne le savez-vous pas, mais Jonas et Silvina Pratt ignorent tout du sort qui est fait aux œuvres de leur père, de qui les a, de qui les aurait achetées soi-disant avant sa mort, que jamais aucune réponse ne leur a été donnée par les dirigeants de Cong… Une situation assez préoccupante et violente pour qu’une soixantaine de personnalités s’en émeuvent, adhèrent au comité de soutien récemment créé (association « Les amis de Hugo Pratt », pour la défense des œuvres d’Hugo Pratt et en réaction à la situation de ses enfants Jonas et Silvina), et acceptent avec générosité de créer des œuvres spécialement pour cette exposition dont l’intégralité des bénéfices permettra de servir la bonne cause. Des artistes venus de la bande dessinée, bien sûr (Jodorowsky, Marc-Antoine Mathieu, Berbérian, Derib, Cosey, Corteggiani, Blanc-Dumont, Tanquerelle, Yoann, Rochette, Liberatore, ou bien Lele Vianello qui fut l’assistant et l’ami d’Hugo Pratt, entre autres…), mais aussi de la littérature, du cinéma, du graphisme (Vincent Ravalec, Pierre Bordage, Marc Caro, Kiki Picasso…). Du beau monde ! Un casting hétéroclite où tous sont rassemblés autour d’une même passion, l’art, et d’une même éthique, la justice de tête et de cœur. Nul doute que cette exposition collective constituera un superbe kaléidoscope de visions en couleurs et en noir et blanc où de beaux univers vont se rencontrer… Nul doute non plus que les ventes seront à la hauteur de la cause ! Une belle et nécessaire entreprise que l’on ne peut que soutenir…

Cecil McKINLEY

Exposition-vente au profit du comité de soutien à Jonas & Silvina, enfants d’Hugo Pratt, pour la défense de leurs droits à la Galerie 9e Art (4 rue Crétet, 75009 Paris) du 4 au 10 octobre 2012. Vernissage jeudi 4 octobre de 17h00 à 21h00. Galerie ouverte du mardi au samedi, 14h00-19h00 (M° Anvers ou Pigalle).

Galerie

3 réponses à Exposition-vente au profit du comité de soutien à Jonas et Silvina, enfants d’Hugo Pratt, pour la défense de leurs droits

  1. Emilie dit :

    Il est difficile de comprendre cette histoire d’héritage, vu de l’extérieur.
    Théoriquement, et si j’ai bien compris, Hugo Pratt n’a pas légué d’héritage à ses enfants, sur ses oeuvres, aussi pourquoi ceux ci réclament la possibilité de s’occuper de l’oeuvre de leur père, c’est ce que je ne comprend pas ? Alors que la volonté de leur père était donc autre ?? (même si cela peut choquer et même si c’est difficile à comprendre)

    • Cecil McKinley dit :

      Bonjour Émilie.
      Merci de votre commentaire; je comprends tout à fait que vue de l’extérieur, cette situation puisse sembler obscure ou incompréhensible… Mais elle n’est pas exactement celle que vous supputez, même si ce que vous dites pourrait être une réalité, oui, même choquante. Ce n’est pas à proprement parler une question d’héritage brut, mais de circonvolutions négatives… J’entrevois déjà les phrases qu’il me faudrait écrire pour vous répondre, mais plus fort que le souci de vérité émerge le respect et la parole donnée à une amie dans la souffrance qui ne souhaite pas attiser les choses pour ne rien envenimer, ni me mettre – moi et BDZoom – dans l’embarras face à l’adversité, pour ne pas provoquer d’attaques dans un contexte très tendu et très complexe. Oui, je sais, tout ça reste très obscur, mais je ne peux rien dire de plus sans l’aval des personnes concernées. Ce genre de cas n’est pas une première dans le monde merveilleux de la bande dessinée. Ce que je peux vous dire, c’est qu’avant la pourtant légitime partie financière, il est surtout question, finalement, avant tout, d’une blessure profonde envers l’image et le souvenir d’un père, le lien et la continuité de cœur, d’esprit; il est surtout question de choses de l’ordre de l’affect et du respect, d’une lignée réellement passionnée et respectueuse de l’œuvre et de l’homme, de l’artiste… d’amour plus que de fric, finalement… Une histoire bien triste. On ne devrait pas traiter les enfants et les petits-enfants de Pratt ainsi…
      Désolé, chère Émilie, de ne pouvoir vous éclairer plus, ayant même l’impression d’en avoir trop dit.
      Bien à vous,
      Cecil McKinley

    • Cecil McKinley dit :

      Chère Émilie,
      Un petit mot de Silvina en complément de ma réponse:

      « Juste un mot, si vous lisez quelque part que notre père nous a déshérités, c’est une faute factuelle grave, il nous a, en toute confiance, mis sous la responsabilité des dirigeants de sa société nous laissant des parts conséquentes en son sein à l’époque, croyant bien faire tout en protégeant son oeuvre. Les choses ont mal tourné à cause de l’avidité de certains et aussi je ne le cache pas, à cause de notre trop grande naïveté…

      Silvina Pratt »