« Batchalo » par Arnaud Bétend et Michaël Le Galli

Grâce à cet exemplaire travail de mémoire sur le génocide des Roms pendant la Seconde guerre mondiale, nous pouvons aller plus loin que les bribes d’informations jetées en pâture par les feux de l’actualité… Un soir de février 1939, deux gosses disparaissent dans un petit village en Bohème. Évidemment, pour les intolérants habitants en émoi, ce sont les Tsiganes installés dans le coin qui les ont enlevés. Ces derniers clament cependant leur innocence et un policier, dont le fils fait partie des victimes, décide de leur faire confiance. Mieux, ils vont se lancer, ensemble, sur les traces des mystérieux kidnappeurs, à travers toute l’Europe de l’Est ; et il ne faudra pas longtemps pour que cette communauté fasse le lien avec l’omniprésence menaçante des soldats nazis…

            Alors que la guerre fait rage et que des rumeurs funestes sur les persécutions des Tsiganes se font de plus en plus pressantes, la caravane parvient à la frontière avec l’Allemagne. Là, ces gens du voyage sont arrêtés et envoyés dans un camp de travail, tandis que les enfants enlevés vont servir à des expériences monstrueuses sous la coupe de médecins sadiques et avides d’expérimenter leurs théories douteuses…

            Avec sa narration romancée et une solide documentation, Michaël Le Galli (que l’on avait déjà repéré sur des ouvrages militants tels que « Paroles sans papiers » et « La Guerre des OGM ») démontre que sa formation d’ethnologue lui permet de rester sensible au fonctionnement et à l’évolution de notre société, tout en dépeignant parfaitement les coutumes de ce peuple au destin tragique. Son propos, dense, passionnant et émouvant à la fois (ne serait-ce que quand il évoque le désespoir des familles face à la disparition de leur progéniture) est à prendre avec autant de considération que les travaux de Kkrist Mirror : un auteur qui s’est, quant à lui, plus ou moins spécialisé dans la défense des Tziganes et autres Gitans ; un sujet très exploité ces derniers temps en bandes dessinées, comme le prouve le récent « Zigeuner » de Nathaniel Legendre fort bien illustré par l’Espagnol Jordi Planellas, chez 12 bis.

            Et dans le cas de « Batchalo », la mise en images est aussi primordiale car le dessin expressif et très cinématographique d’Arnaud Bétend, rehaussé de couleurs sépia qui cadrent parfaitement avec l’époque évoquée, transcende le récit ; permettant même une lecture plus attentive des conséquences horrifiques de l’arrestation et de l’internement de cette population gipsy d’Europe : une prestation d’autant plus remarquable qu’il s’agit, pour cet ancien étudiant à l’école de dessin Émile Cohl de Lyon, de sa première bande dessinée… On attend donc avec impatience sa prochaine livraison qui va consister en un polar, sorte de road trip sanglant dansla Francedes années 1980, où son goût pour l’esthétique noir et blanc expressionniste des films noirs américains devrait continuer à contribuer à nous impressionner !

                                   Gilles RATIER

« Batchalo » par Arnaud Bétend et Michaël Le Galli

Éditions Delcourt (17,95 €) – ISBN : 978-2-7560-1440-1

Galerie

Les commentaires sont fermés.