L’Echo du BDM n°3 – 6 janvier 2003

Edition Spéciale « Les numéros de fabrication des albums Casterman » : Le dépôt légal n’existant pas en Belgique, les dates de premières éditions Casterman sont souvent reproduites dans les rééditions. Heureusement, depuis 1987, chaque album comporte un numéro de fabrication inscrit au-dessus du code-barre qui permet de dater l’édition originale avec précision.

 


Avant 1995, il semble que le hasard présidait à cette numérotation. Toutefois, depuis cette année là, elle est devenue continue dans le temps, c’est-à-dire, par exemple, qu’après le n°1104 on passe au n°1105, puis au n°1106, etc. Mais avec des retour en arrière : après 1105, on peut revenir à des suites de centaines, comme 103, 104, 105, etc. Mais toujours en progression, comme les vagues dans la marée montante.


 


Il est inutile de questionner la maison Casterman (rachetée d’ailleurs depuis par Flammarion), ni les imprimeurs de l’époque et encore moins les attachés de presse sur les numéros alléatoires d’avant 1995 : personne ne semble au courant de rien. La seule façon reste donc d’interroger les collectionneurs qui ont acheté leurs albums dans les premiers jours de parution. De ce fait, il s’agit d’un travail de recoupement de longue haleine, et nous saluons les animateurs du forum « les numéros d’autorisation des éditions originales Casterman », en particulier Philippe Madar qui, sur le site BD Paradisio, échangent leur point de vue sur la question.


 


A part les librairies Lutèce, Encre de Chine et Comix (sous l’impulsion respective d’Isabelle Morzadec, de Didier Boisard et de Thierri Grondal) qui engrangent et communiquent ces informations à chaque rentrée d’albums, aucun marchand ne se penche sur la question. Ce qui n’empêche pas l’un d’eux, plus préoccupé de son tiroir-caisse que de faire avancer la connaissance historique, de trouver « scandaleux » (sic) que le BDM ne soit pas à même de signaler tous les numéros de fabrication « vu son prix de vente de 48 € » (resic). Comme si, d’un coup de baguette magique, une bonne fée, respectueuse du prix de vente du BDM, pouvait nous communiquer tous les numéros de fabrication alors qu’il faudra sans doute des années, et probablement plusieurs éditions du dit BDM, avant de parvenir à une liste totalement exhaustive.


Voici donc, grâce au travail de fourmi des personnes citées plus haut, une première liste de numéros découverts depuis la dernière parution du BDM :


 


- p. 49 : Adèle Blanc-Sec. Le mystère des profondeurs (n°32840). Le Noyé à deux têtes se distingue uniquement par imp. + DL sept. 1987.


 


- p. 53 : Alack Sinner. Nicaragua (n°1787)


 


- p. 77 : Au fil du rasoir (n°3940). Autoroute du soleil (L’) (n°19571)


 


- p. 136 : Carnets d’Orient. Le 2 (n°3437), le 5 (n°19658)


 


- p. 137 : Caroline Baldwin. Le 2 (n°32731), le 3 (n°33362), le 4 (n°33492)


 


- p. 163 : Colin Maillard. Le T1 (n°3160 et non 2898)


 


- p. 174 : Coulisses du pouvoir (Les). Le 1 (n°33343), le 3 (n°35897)


 


-p. 203 : Eau des collines (L’). Le 1 (n°31409), le 2 (n°32204)


 


- p. 210 : Envie de chien. Le 1 (n°3159), le 2 (n°2246)


 


- p. 252 : Gloire d’Héra (La) (n°30038)


 


- p. 284 : Intermezzo (n°3938)


 


- p.293 : Jérôme Moucherot. Le 3 (n°32734), le n°4 (n°34264), le 5 (n°34442)


 


- p. 323 : Léon la Came. Le 2 (n°31382), le 3 (33007)


 


- p. 366 : Monde d’Edéna (Le). Le 2 (n°2320), le 3 (n°4686), le 4 (n°1192)


 


- p. 379 : Nestor Burma. Le 3 (n°0/3972 et non 3972). Le 1 L (Ed. spéciales) (n°1996)


 


- p. 384 : Nouvelles du pays. 2272 est le n° d’éditeur-imprimeur qui se trouve à l’intérieur de l’album. Il n’y a pas de n° de fabrication


 


- p. 390 : Opium. Ed. Casterman. Le 1 (n°0/3974), le 2 (n°4688)


 


- p. 459 : Sales Mioches. Le 1 (n°31426), le 2 (n°32826)


 


- p. 466 : Scorpions du désert (Les). Les 2 + 3 (n°2353), le 4 (N & B) (n°1484), le 4 (coul.) (n°2275)


 


- p. 478 : Solange. Le 2 (n°4066), le 3 (n°3439), le 4 (n°2630), le 5 (n°3934). D’autre-part le 7 de Solange n’existe pas. L’ Autre soeur (n°37565) est en fait le 5 de Soledad et pas le 7 de Solange.


 


Michel DENNI


 


(Note : Les archives de l’Echo du BDM sont en rubrique « Collection »)


 


 


 


 


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.