La bande dessinée en revues

Alors que les journaux spécialisés en bandes dessinées franco-belges arrivent difficilement à s’imposer dans le réseau presse, ce début d’année 2008 permet l’arrivée de nombreux nouveaux titres (ou nouvelles formules) qui vont tenter de redorer un blason bien terni depuis la fin des années 1980.

 


Le premier titre qui peut susciter votre intérêt, c’est CaseMate, un mensuel fondé par Frédéric Vidal et Jean-Pierre Fuéri (deux anciens de Bo Doï). Avec l’ambition de regarder le monde de l’art et de la culture en se plaçant du point de vue des amateurs de bande dessinée, le numéro 1 propose des commentaires d’auteurs aussi différents que les Dupuy/Berberian, Stan et Vince, Guardino, Le Tendre, Corbeyran, Keramidas, Bourgeon, Lepage, Muñoz, Tardi, Vivès, Le Floc’h…, à travers des interviews, des remarques artistiques ou pédagogiques, des carnets de voyage ou encore une chronique régulière signée Lewis Trondheim…Le tout sur 100 pages, dans un grand format carré, pour 6€40 ! Bien entendu, nous leur souhaitons de réussir à s’imposer dans ce marché assez limité et qui est déjà bien encombré, ne serait-ce que par Bo Doï ou par les dBD.


Si les dBD (112 pages pour 8€90) viennent de fêter leurs 10 ans d’existence (le numéro 20 en profite pour ouvrir une fenêtre ouverte sur l’avenir de la Belgique, imaginé par une belle brochette d’auteurs), Bo Doï lance une nouvelle formule en s’offrant une nouvelle équipe rédactionnelle et une nouvelle maquette. Au sommaire du numéro 115, des dossiers de saison («Le festival d’Angoulême est-il incontournable ?»), des tonnes d’infos, des interviews de Lepage, Lindingre, Hub, Dugand, Béatrice Tillier, Ben Templesmith, Boulet ou Ferrandez, et 50 pages de BD à lire, pour 6€50. Enfin, un n° spécial sur les 35 ans de Grands Prix d’Angoulême retrace quelques pages de l’histoire du 9ème art, à travers ses plus grands auteurs (130 pages pour 7€50).


Ce ne sont pas les seuls à proposer leur vision du monde de la bande dessinée puisque Les Inrocks viennent de sortir un n° hors-série sélectionnant 100 BD indispensables. Même si on y constate une certaine ouverture, peu commune, en direction des comics («Spider-Man», «Superman», «Batman», «Fantastic Four» et les «X-Men» n’ont pas été oubliés), l’ensemble laisse un désagréable goût d’élitisme assez mal venu et de totale méconnaissance (ou dédain) de la bande dessinée européenne des années 1950 à 1980 (100 pages pour 6€90) !


Il est pourtant évident qu’il va falloir soutenir ces périodiques diffusés dans les kiosques, Relay et autres Maisons de la Presse, ainsi que les rares magazines d’humour dirigés par de courageux indépendants, tels le mensuel Psikopat de Paul Carali ou le beau bimestriel Cargo Zone d’Alexandre Coutelis. La situation n’est guère facile pour eux, surtout quand on sait que même les supports qui ont la chance d’avoir une forte identité ou un éditeur aux reins solides (comme Spirou, Pif Gadget, Fluide Glacial, Tchô !, Lanfeust Mag, et les revues disneyiennes Le Journal de Mickey, Picsou Magazine, W.I.T.C.H. Mag…) ont aussi beaucoup de difficultés à obtenir une visibilité convenable sur des rayons surchargés par les opuscules proposant principalement des DVD, des CD, des statuettes ou des jouets.


D’ailleurs, la plupart des responsables des nouvelles créations de revues préfèrent, aujourd’hui, la distribution en librairies : là où sont les lecteurs de bandes dessinées ! Ainsi, Le Strip, sous la forme d’un journal tabloïd, est le dernier né des éditions du Lombard, lesquelles font ainsi la promotion de leurs séries d’humour «Troisième degré» : un sommaire de qualité où l’on retrouve les signatures de Coyote, Maëster, Boucq, Verron, De Moor, Clarke, Jannin, Nix, Gaël et Mo/CDM (24 pages géantes pour 1€) !


XXI, la luxueuse revue trimestrielle lancée, comme un livre, par Patrick de St Exupéry et les éditions les Arènes (15€), n’est pas consacrée à la BD puisqu’elle propose des grands reportages, sous toutes les formes. Et, bonne nouvelle, elle publie un long récit de 30 pages en bande dessinée signé Jean-Philippe Stassen, lequel s’est rendu au point de jonction de l’Europe et de l’Afrique, à la rencontre des «Visiteurs de Gibraltar». Dans le prochain numéro, c’est Ferrandez qui s’y colle afin de livrer ses impressions après un voyage à Cuba !


En attendant la 2ème nouvelle vie, au sein du groupe Glénat et sous la rédaction en chef de Tronchet, de L’Écho des Savanes (sa réapparition en librairies est annoncée pour le mois de mars), les amateurs pourront se rabattre sur les recueils publiant des bandes dessinées plus ou moins alternatives (Bile Noire, Choco Creed, Fusée, Jade, Turkey Comix…) ou sur les toujours très intéressants fanzines érudits que sont L’Avis des Bulles, Le Collectionneur de Bandes Dessinées, Comix Club, Hop !, Neuvième Art, On a marché sur la bulle, ou Papiers Nickelés.


Autre alternative : la totale gratuité ! C’est ce qui fait le succès, toujours en librairie, du Magazine Album et de Canal BD Magazine (ainsi que de leur bimestriel Manga), de la nouvelle formule de Zoo, de Ping Pong (original organe de création édité par Les Enfants rouges), de L’Inédit, ou encore du nouveau Bamboo Mag (également diffusé sur les aires d’autoroutes) où l’on retrouve toutes les séries humoristiques à succès des éditions Bamboo, lesquelles fêtent, cette année, leurs 10 ans de BD et de passion !


 


Gilles Ratier


 


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.