« Notre-Dame » T1 (« Le Jour des fous ») par Jean Bastide et Robin Recht

La littérature française regorge de classiques. « Notre-Dame de Paris » en est un. Écrit par Victor Hugo, ce livre a traversé les siècles. Disney en a déjà fait une adaptation, il y a 20 ans. Il y a une dizaine d’années, c’est avec une comédie musicale vendue à grand renfort de publicité que la jeune génération découvrait ce chef-d’œuvre. Grâce à la bande dessinée, ils vont pouvoir se plonger dans une nouvelle version faisant honneur à l’original tout en l’adaptant librement. Voici donc le premier tome d’une collection annoncée en trois volumes…

L’histoire, tout le monde la connaît ! Esmeralda est une gitane dansant sur le parvis de Notre-Dame. L’archidiacre Frollo s’éprend de cette beauté et cherche à la capturer à l’aide de Quasimodo, son sonneur de cloches monstrueusement difforme. Grâce au capitaine Phoebus, le kidnapping échoue, mais ce dernier succombera aussi aux charmes de la donzelle. Tout Paris semble amoureux de cette étrangère vivant parmi les brigands et autres gens mal famés.

Afin de rendre un scénario original, Robin Recht décide de nous conter cette histoire par les yeux d’un grand-père s’adressant à sa petite fille. Il commence ainsi le récit de sa vie dans le Paris de 1482… Alors qu’il était écrivain raté de pièce de théâtre, il côtoyait les pauvres gens, les brigands et, bien évidemment, Esmeralda ainsi que Frollo, Phoebus et le repoussant Quasimodo. L’idée est bienvenue et a le mérite d’offrir une narration agréable a l’histoire. On connaît Robin Retch pour ses talents de dessinateur sur « Totendom », « Le Troisième testament : Julius » ou encore « Le Dernier rituel ». C’est la première fois qu’il écrit une histoire pour la faire dessiner par un autre. Néanmoins, il a fourni plus qu’une simple trame scénaristique puisqu’il à story-boardé complètement cet album, avant de confier sa réalisation graphique à Jean Bastide. Ce dessinateur ne vous est sûrement pas inconnu : c’est lui qui a dessiné un épisode (en 3 volumes) de la célèbre saga d’Yslaire : « Sambre ». Avec Vincent Mézil, il avait réussi à donner une préquelle fort convaincante à ce monument de la bande dessinée. Aujourd’hui, les deux hommes réalisent chacun de leur coté leurs projets respectifs, tout en n’excluant pas de retravailler ensemble.

Même si cet album est un peu trop vite lu, le scénario est assez prenant. Il nous amène dans un monde aussi burlesque que sordide et alterne des moments de profonds divertissements avec d’autres de tension extrême. Mais, bien évidemment, cela ne fonctionnerait pas s’il n’était accompagné de somptueux dessins. Loin des mièvreries colorées de Disney, on y retrouve pourtant une certaine modernité graphique propre à l’animation. Notamment dans le personnage d’Esmeralada qui at plus l’aspect d’une Eurasienne que d’une Égyptienne. Ou encore dans celui de Quasimodo, assez proche de l’incroyable Hulk. Mais aussi dans les mimiques de la chèvre, véritable faire-valoir aux réactions humanisées pour plaire aux plus jeunes. On sent des inspirations multiples et multiethniques qui ont directement, ou indirectement, influencé le dessinateur et qui font, de ce classique, une œuvre des plus contemporaines.
C’est surtout grâce aux couleurs que l’on appréciera toute la force des images. Les planches sont traitées avec minutie. Avec des lavis plus ou moins soutenus offrant une palette de tons à même de transcender l’ambiance de chaque scène. Alternance de couleurs froides et de couleurs chaudes, elles ne sont pas la par hasard. Autant certaines bandes dessinées peuvent également s’apprécier dans leur version noir et blanc, autant ici, c’est impossible. Le trait du crayon fait corps avec la couleur. Tout est minutieusement réparti et abondamment détaillé. Il est d’ailleurs étonnant de constater la différence de traitement entre la couverture et les dessins intérieurs. D’habitude, un soin plus particulier est apporté à cette image censée offrir la première impression au futur lecteur. Ne vous arrêtez donc pas sur cette couverture, allez plus loin et plongez dans ce livre, vous ne serez pas déçu.

Voilà une BD réellement destinée à tout les publics. Elle offre plusieurs niveaux de lecture en fonction des centres d’intérêt propre à chaque personne. Qu’il soit très jeune et s’intéresse plutôt aux personnages mignons ou effrayants peuplant ce Paris qu’il découvre. Qu’il soit adolescent se familiarisant avec un grand classique de la littérature et appréciant la grande aventure. Ou un adulte ayant envie de revisiter une œuvre déjà connue sous un angle nouveau, accompagnée par de somptueux dessins. Assurément une trilogie pour toute la famille, à partager entre les différentes générations.

Gwenaël JACQUET

« Notre-Dame » T1 (« Le Jour des fous ») par Jean Bastide et Robin Recht

Éditions Glénat (13,90 €) – ISBN : 9782723479202

Galerie

Les commentaires sont fermés.