VECU n°24

Un contenu riche et éclectique

Ne se limitant plus, comme à ses origines, aux seules séries éditées dans le cadre de la collection historique de Glénat, Vécu dresse une revue partielle des prochains albums à paraître chez l’éditeur grenoblois.

VECU n°24, octobre–décembre 2000

Un contenu riche et éclectique

Ne se limitant plus, comme à ses origines, aux seules séries éditées dans le cadre de la collection historique de Glénat, Vécu dresse une revue partielle des prochains albums à paraître chez l’éditeur grenoblois.

Le sommaire de ce dernier numéro du siècle (le trimestriel est daté de Décembre 2000) se révèle extrêmement riche et particulièrement varié.

Les infos signées avec humeur d’Henri Filippini, diverses et internationales (saviez vous que Colin Wilson vient de dessiner un album spécial de Tex en Italie ?) méritent le détour, même si certaines sentent malheureusement un peu le réchauffé (délais d’édition obligent !).

Des interviews de plusieurs pages du scénariste ou/et du dessinateur concerné, accompagnés des premières planches en couleur, permettent au lecteur de découvrir en profondeur les albums présentés. Au sommaire de ce numéro 24, Vécu nous dévoile ainsi :

- « Le Jeune homme au suaire », second tome de la série Le Triangle secret (collection Grafica). Imaginé par Didier Conrad, Le triangle secret est un passionnant récit à suspense basé sur l’analyse d’un fragment des manuscrits de la mer morte et sur les origines du christianisme dont une des particularités est l’intervention de plusieurs dessinateurs en fonction des époques traités. Se côtoient, pour cet album, André Juillard, Denis Falque, Pierre Wachs et Eric Stalner.
- « Les hommes de fer », quatorzième épisode de la série Les Aigles décapitées (collection Vécu), dont le « générique » est une nouvelle fois modifié puisqu’ après avoir cédé le dessin à Michel Pierret, jean-Charles Kraehn délaisse la partie scénaristique à Erik Arnoux. Il faut noter, car ce n’est pas toujours le cas, que les différents changements intervenus sur cette série n’en n’ont jamais altéré les qualités.
- « L’œil du poisson », 4ème et dernier volume du troisième cycle de la Balade au bout du monde (collection Caractère), scénarisée par Makyo et dessinée par Michel Faure, dont le style graphique plus rustique que celui de Laurent Vicomte donne au pays de Galthédoc une vision moins poétique qui convient parfaitement au récit.
- « Rochecardon », le premier opus d’Histoires d’en ville (collection grafica), créé par Olivier Berlion en solo, qui dévoile pour la première fois ses talents de raconteur d’histoire.
- « Luc ou le souffle du taureau », le tant attendu troisième tome du Troisième Testament (collection Grafica), signé par Alex Alice aux textes et Xavier Dorison au dessin, toujours superbe.
- « Les vagues de la mer », premier tome de Zambada (collection Bulle Noire), un polar tropical et plutôt érotique présenté par Jean Pierre Autheman (scénario) et Eric Maltaite (dessin).

Enfin, et non des moindres, Vécu offre à ses lecteurs la totalité (en noir et blanc toutefois) de « La caserne », Troisième tome des aventures de Louis Ferchot(collection Vécu) (vous savez, les premières aventures de celui qui deviendra Louis La Guigne). Intelligemment menée, l’histoire (dédiée dans l’album par les deux auteurs à Jean Paul Dethorey, le regretté desssinateur de Louis la Guigne) de Frank Giroud bénéficie du graphisme soigné de Didier Courtois.

Galerie

Les commentaires sont fermés.