« Troie » T1 (« Le Peuple de la mer ») par Campanella Ardisha et Nicolas Jarry

Troie ! Avec ou sans guerre, voilà un mot qui fleure bon l’Antiquité, les dieux, Homère… Voilà un mot qui incite au voyage dans le temps (le XIIIème siècle avant J.-C.) et dans l’espace, en Grèce (du côté de Sparte ou de Mycènes), sur la côte turque (où on localise la ville mythique), puis à l’intérieur des terres, en Anatolie, où s’est imposé l’empire hittite… Voilà donc un mot qui a tous les atouts pour faire un bon titre de série…

Mais, autant le savoir avant d’aborder l’album, il faut quasiment réviser ses connaissances mythologiques car on est vite déstabilisé par le nombre des personnages et les filiations humano-divines. Les auteurs, qui, eux, dominent parfaitement leur mythologie grecque, l’ont cependant compris et rappellent en pages de garde qui sont ces célèbres héros. Dans la tradition, tout commence à Delphes où la Pythie prophétise que l’avenir du monde se jouera dans la cité de Troie… Au cœur de l’imbroglio sentimental et guerrier : Hélène, fille de Tyndare, roi de Sparte, dont l’enlèvement  par Pâris, le prince troyen  fou amoureux d’elle, fils de Priam, va tout déclencher. En réaction, Ménélas, l’époux bafoué, lève avec son frère Agamemnon , seigneur de Mycènes, une expédition rassemblant la plupart des rois grecs. De son côté, le légendaire guerrier Achille, également amoureux d’Hélène, s’oppose à Agamemnon.

Dans ce premier tome, on n’en est pas encore là : pour le moment, Hélène doit choisir son futur époux… Mais la guerre semble inévitable car une gigantesque armée venue de l’Orient anéantit les royaumes du Hatti et Hourrites et menace l’empire Hittite qui voit ses cités tomber, une à une, sous le courroux et le feu d’un ennemi inconnu. « Une force des temps anciens, nous dit-on, semble prête à déverser sa colère sur les hommes, un mal que le chaos anime et que les dieux craignent »… Autant dire que Jarry s’offre en marge de la légende certaines libertés, ce  qui est légitime sur un tel sujet.

À noter que le dessin très réaliste d’Erion Campanella Ardisha est d’une précision élégante, tout en finesse. Les architectures ou les vues urbaines (Shapinuwa, par exemple) sont restituées avec beaucoup d’attention et un sen aigu de la perspective. Ailleurs, dans la scène avec le centaure Chiron, les décors naturels sont également raffinés…

Alors, bon voyage !

Didier QUELLA-GUYOT  ([L@BD->http://www.labd.cndp.fr/] et sur Facebook).

« Troie » T1 (« Le Peuple de la mer ») par Campanella Ardisha et Nicolas Jarry

Éditions Soleil (13,95 €) – ISBN : 978-2-302-01778-8

Galerie

Les commentaires sont fermés.