VIOLENT CASES, DE NEIL GAIMAN ET DAVE McKEAN : REEDITION D’UN PETIT BIJOU.

Au Diable Vauvert réédite enfin cet album étrange et pénétrant qui avait depuis longtemps disparu des librairies puisque sorti il y a…14 ans (!!!) chez Zenda. Merci, cher Diable !

Dans l’univers des graphic novels, Dave McKean tient une place de choix, celle d’un des créateurs les plus talentueux et les plus inventifs qui soient . Fortement influencé par Bill Sienkiewicz, McKean a néanmoins réussi avec le temps à insuffler une identité graphique très personnelle dans ses créations (contrairement à David Mack qui, avec maestria il est vrai, ne semble pas pouvoir se détacher de son « maître », allant jusqu’à singer systématiquement les trouvailles visuelles du grand Bill, comme ces petits triangles « décoratifs » qui ne deviennent plus chez Mack qu’un tic esthétique –et toc) ; son intérêt pour l’image photographique et la composition très recherchée des planches est ainsi déjà présent dans cette première grande œuvre qu’est Violent Cases, publiée initialement en 1987.
Premier album, et premier coup de maître, avec au scénario l’écrivain Neil Gaiman : Gaiman et McKean vont dès lors devenir l’un des duos les plus en vue du monde des comics, chose assez remarquable puisqu’ils ne sont pas américains mais anglais tous les deux (Dave McKean enfoncera d’ailleurs le clou en s’associant avec l’écossais Grant Morrison pour sortir en 1989 le génial Arkham Asylum, ce Batman qui a fait trembler l’Amérique). En 1989, justement, Gaiman et McKean vont sortir un album qui fera date : le très beau et très original Orchidée Noire, dont l’histoire atypique a profondément marqué les esprits. Mais notre duo ne s’arrête pas là: en 1992 sort l’époustouflant Signal To Noise, une œuvre « difficile » et exigeante, ouvrant de nouvelles voies à la lecture de bande dessinée par une narration follement inventive, expérimentale, d’ avant-garde ; malheureusement, cette œuvre majeure n’a jamais été publiée en France (Skrongneugneu !!! Qu’attendez-vous, éditeurs ?!!??!). En 1994, Gaiman et McKean publient Mr. Punch, encore un chef-d’œuvre, mêlant dessins, photographies, marionnettes réelles et informatique. Puis, à partir de 1997, ils abordent les livres pour enfants: Le Jour Où J’Ai Echangé Mon Père Contre Deux Poissons Rouges, Coraline, et Des Loups Dans Les Murs… des œuvres refusant de prendre les enfants pour des idiots. N’oublions pas que Dave McKean a réalisé les couvertures de la célèbre série aux dessinateurs multiples de Gaiman The Sandman entre 1988 et 1996. Faut-il le souligner, ces deux anglais ont de profondes créations à donner au monde, des œuvres singulières et extrêmement intelligentes, aux idées tellement originales qu’elles semblent neuves, aux images si belles et si recherchées qu’on en reste babas. Mais revenons en 1987.

Au départ, Violent Cases était une nouvelle écrite par Gaiman. Son adaptation pour la bande dessinée trouve en la personne de McKean un dessinateur idéal, apte à rendre par son style riche, ouvert et complexe, toute la bizarrerie des méandres empruntés par le texte (cette parfaite accointance entre le texte et le dessin ne cessera de se renforcer au fil des collaborations de ces deux artistes quelque peu allumés).
Chose assez inhabituelle, c’est Neil Gaiman lui-même qui apparaît dès la première case de Violent Cases. Il nous invite à l’écouter égrainer de lointains souvenirs : « Voilà la vérité » nous dit-il… Introduction troublante, puisque cette mémoire reconstituée est une mémoire fantasmée, remplie d’inventions composées de toutes pièces, et seuls quelques éléments épars, eux-mêmes dilués dans un délire calculé, apparaissent comme de possibles réminiscences d’un semblant de « vérité ». La présence physique du scénariste est bien là pour ajouter au trouble du lecteur quant à la réalité du propos : Gaiman nous balade à sa guise, jouons le jeu, c’est très bien comme ça… mais alors la lecture de cet album devient elle-même un paramètre du récit, une interaction entre notre relation à la réalité et notre conscience de lire une fiction . Pourtant, très vite on se rend bien compte que les propos tenus au fil des pages ne sont que pure invention ; mais de manière récurrente –par quelque élément particulièrement bien senti et tellement proche des souvenirs d’enfance vécus- le doute ressurgit, au détour d’une case, d’une phrase…
Ces souvenirs, quels sont-ils ? Enfant, le narrateur s’est fait soigner par un médecin qui n’a été rien de moins que l’ostéopathe d’Al Capone. Par des confidences amicales, une sincère empathie naît entre l’enfant et le docteur, et donc entre l’innocence et la proximité du meurtre. Trouble, encore, tant ce médecin semble pétri d’humanité, tant cet enfant porte en lui une souffrance certaine… Des photographies emblématiques de la période de la prohibition et de films noirs de la grande époque parsèment les cases de McKean, jetant des passerelles entre réalité et fiction, et brouillant donc encore plus les pistes. Et ces « violent cases » ? Ce sont ces fameux étuis à violons que trimbalaient les gangsters pour transporter discrètement leurs flingues et autres sulfateuses : les étuis à violons n’étaient en fait que des étuis à violents…

Dave McKean a créé pour Violent Cases un univers esthétique fondé sur la couleur bleue, traversé par des bruns et des gris particulièrement subtils. Le noir et le blanc sont utilisés en encrage et en peinture, finalisant de manière très forte ces « camaïeux » expressionnistes. La mise en page de McKean est tout simplement extraordinaire, d’une ingéniosité en parfaite harmonie avec l’histoire, fragmentant, désaxant, triturant les images pour leur donner une dynamique et une présence terriblement efficaces. Son utilisation du crayon, assez majoritaire dans le traité graphique de l’album, répond à merveille aux encrages sombres pour créer des nuances visuelles hautement sensibles dans un souci de réalisme réapproprié. À cette expression directe se joint une complémentarité photographique, on l’a dit, mais aussi des tramages, des collages, des insertions cartographiques et typographiques, et UNE case dédiée à la couleur du sang. Autant de richesses artistiques qui font de l’art de McKean une perle belle et rare, qu’il serait criminel d’ignorer. Pour preuve, ces paroles du grand et intransigeant Alan Moore dans la préface qu’il écrivit pour la première édition de cet album : « Violent Cases évoque des sentiments inhabituels –et ce, de manière inhabituelle. C’est un album très prometteur pour les œuvres futures de ses auteurs, ensemble ou séparément, et encore plus pour l’avenir du genre tout entier. » No comment…

Cecil McKinley.

POST-SCRIPTUM: Inédit en France, vous pouvez néanmoins vous mettre à la recherche de SIGNAL TO NOISE dans les librairies spécialisées (VG Graphics & Dark Horse Comics 1992, scénario de Neil Gaiman), vous ne le regretterez pas, promis juré ! For the french readers, voici les albums de Dave McKean parus en France :

-CAGES ; chez Delcourt en 1998 (CAGES ; Kitchen Sink Press 1990-1996). Scénario de l’auteur. CAGES est un pur chef-d’œuvre ! Lisez-le, lisez-le, lisez-le, vous dis-je !!!

-L’ASILE D’ARKHAM ; chez Reporter en 1998 et 2004 (ARKHAM ASYLUM ; Titan Books et DC Comics 1989). À noter une première édition française en 1990 chez Comics USA-Glénat sous le titre LES FOUS D’ARKHAM. Scénario de Grant Morrison.

-LE JOUR Où J’AI ECHANGE MON PERE CONTRE DEUX POISSONS ROUGES ; chez Delcourt en 2000 (THE DAY I SWAPPED MY DAD FOR TWO GOLDFISH ; White Wolf 1997). Scénario de Neil Gaiman.

-BLACK ORCHID ; chez Reporter en 2002 (BLACK ORCHID ; 3 issues, Titan Books 1989, et DC Comics 1991). À noter une première édition française en 1989 et 1990 chez Zenda sous le titre ORCHIDEE NOIRE (3 tomes). Scénario de Neil Gaiman.

-MR. PUNCH ; chez Reporter en 2003 (THE TRAGICAL COMEDY OR COMICAL TRAGEDY OF MR. PUNCH ; VG Graphics 1994, et DC Comics/Vertigo 1995). Scénario de Neil Gaiman.

-DES LOUPS DANS LES MURS ; chez Delcourt en 2003 (THE WOLVES IN THE WALLS ; HarperCollins 2003). Scénario de Neil Gaiman.

-LES COUVERTURES DE SANDMAN ; chez Reporter en 2004 (DUST COVERS ; Titan Books et DC Comics 1997).

-VIOLENT CASES ; éditions Au Diable Vauvert en 2006 (VIOLENT CASES ; Titan Books et Escape Editions 1987). À noter une première édition française en 1992 chez Zenda sous le même titre. Scénario de Neil Gaiman.

Galerie

Les commentaires sont fermés.