PLUS DE LECTURES DU 31 MARS 2008

Notre sélection de la semaine : “ La gueule du loup ” par Didier Tronchet, “ Québec : un détroit dans le fleuve ” : collectif, et “ La porte au ciel T.1 ” par Eugénio Sicomoro et Makyo.

 


Cliquez sur l’appareil photo pour découvrir les couvertures des albums.


La gueule du loup ” par Didier Tronchet


Editions Futuropolis (19 Euros)


Le nouvel opus du papa de « Raymond Calbuth » et de « Jean-Claude Tergal » nous montre combien l’ancien journaliste Lillois a progressé sur le plan dessin, en multipliant les tronches à la Tronchet et en maîtrisant, de mieux en mieux, la technique de la mise en couleurs. Cependant, ce sacré bout de chemin graphique ne se fait pas au détriment du scénario, lequel est aussi tendre que trépidant, et devient même la quintessence de son humour grinçant (sous couvert de tragi-comédie) et d’une narration rocambolesque à laquelle l’auteur nous avait moins habitués. Car Tronchet aime ses personnages et cela se sent : que ce soient ce notable gynécologue quinquagénaire entraîné par son ex-femme dans un club de rencontres, ou cette mystérieuse exilée roumaine en quête de vengeance, ou encore ce zonard amateur de chiens, en manque d’amour, qui n’entend pas laisser à d’autres sa part de société de consommation, ils sont tous chouchoutés par leur concepteur : d’ailleurs, leur rencontre improbable est au centre de cette histoire surprenante et jusqu’au-boutiste, sur les mécanismes tortueux de la séduction. Et, cerise sur le gâteau, cette critique sociale décalée, remplie de rebondissements palpitants et inattendus, ne dédaigne pas les courses-poursuites et les bagarres entre truands et bourgeois, entre deux clins d’oeils réussis au théâtre ou au cinéma : la scène parodiant le passage de « L’homme qui en savait trop » d’Alfred Hitchcock, où Doris Day chantant « Que sera sera » tente de prévenir James Stewart, est, par exemple, un véritable moment d’anthologie !


 


Québec : un détroit dans le fleuve ” : collectif


Editions Casterman (12,75 Euros)


Réalisé par quatre duos d’auteurs franco-canadiens, à l’occasion du 400ème anniversaire de Québec, ce recueil regroupe quatre histoires axées sur l’histoire de la ville fondée, officiellement, par l’explorateur français Samuel Champlain, le 3 juillet 1608. Si, en général, les collectifs, souvent par opportunisme, sont inégaux et laissent un désagréable goût d’inachevé après lecture, celui-ci, lancé lors du 21ème Festival de la bande dessinée francophone de Québec, échappe à cette malédiction. Ce projet audacieux (ne serait-ce que par l’unité de son ton graphique, souvent innovant et dérangeant) coordonné par Thomas-Louis Côté, le directeur du FBDFQ, se révèle aussi original qu’efficace et aussi touchant qu’amusant : les couples mis en place ayant particulièrement bien fonctionné, comme si ces auteurs avaient toujours travaillé ensemble ! D’autant plus que la plupart d’entre eux ont usé d’une face de leur talent rarement mis en avant… Ainsi le minutieux graphiste « ligne claire » qu’est Émile Bravo laisse-t-il la place à son côté raconteur d’histoire pour permettre à l’iconoclaste Jimmy Beaulieu de nous illustrer une drôle fondation de la capitale, alors qu’Etienne Davodeau, dont les qualités narratives ne sont plus à vanter, se concentre sur le dessin pour mettre en images, au mieux, le récit de l’effondrement du pont de Québec en 1907, lequel nous est raconté par le blogueur local Pascal Girard. Son homonyme Philippe Girard (dont on devrait découvrir d’ici peu, et sur le même thème, le « Champlain, je me souviens » illustré par Guy Michel aux éditions Sangam) fait éclater son talent d’écrivain en reconstituant l’ambiance nocturne de la porte St Jean, vue par les yeux de deux gosses ayant fait l’école privée buissonnière : 10 pages somptueusement enluminées par le style tout en couleurs directes d’Emmanuel Moynot. Enfin, « the last but not the least », la collaboration entre Jean-Sébastien Duberger (un illustrateur qui a surtout fait carrière aux States, même s’il a développé quelques projets avec les éditions Soleil) et Jean-Louis Tripp (ici seulement scénariste) pour un récit étonnant sur les pugnaces traditions festives des Québécois, et qui se perpétuent en 2008, est à mourir de rire ! Bref, l’ensemble est mené à bien et nous espérons qu’il permettra de développer des liens qui pourront nous mener vers d’autres albums aussi intéressants que celui-ci !


 


La porte au ciel T.1 ” par Eugénio Sicomoro et Makyo


Editions Dupuis (14 Euros)


Trois adolescentes légèrement perturbées (elles ont toutes réchappé à une tentative de suicide) décident de fuir la violence familiale et la solitude urbaine pour trouver refuge dans une maison forestière inhabitée, héritage du grand-père de l’une de ces trois mineures. Au fond de la cave où elles se terrent, elles découvrent un menhir sculpté où figure la « porte au ciel » : un symbole étrange qui devait être un vecteur de conversation avec ceux qui sont morts. Ce climat inquiétant est entretenu par les faits et gestes des plus proches voisins des trois fugitives : un peintre qui réalise, chaque année, le portrait de sa fille mystérieusement disparue, telle qu’il l’imagine vieillissante, et un étrange éleveur de chèvres, qui observe, avec peut-être trop d’intérêt, les belles adolescentes. Makyo excelle dans ce genre de récit ésotérico-campagnard (rappelons-nous de « Grimion gant de cuir ») et son histoire est sublimée par les paysages sarthois représentés par un Eugénio Sicomoro fort inspiré : son dessin ayant gagné en précision et en délicatesse. Les relations entre les personnages sont très bien vues et le suspense est parfaitement entretenu, tout le long de cet envoûtant flirt avec la mort, dont les mystères seront dévoilés dans le second et dernier tome. Ce dernier s’annonce relativement dense vu le nombre d’intrigues qui se croisent dans ce premier opus dont les éditions Dupuis ont édité une version au tirage limité, présentée sous jaquette, contenant un cahier supplémentaire de six hors texte et des dessins inédits.


 


Gilles RATIER


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.