« Louisette la Taupe » T8 (« L’Heure du Grimm ») par Bruno Heitz

En juin 2005 apparaissait un nouveau personnage dans le petit monde de la bande dessinée, Louisette la Taupe, imaginée et dessinée par Bruno Heitz, auteur et illustrateur à la palette très large.

Louisette, comme son nom l’indique, est une taupe qui porte des lunettes – mais n’est-ce pas le lot de toutes les taupes ?- qui vit dans un terrier confortable. Louisette est entourée de nombreux amis, trois lapins insouciants, le Raton-Laveur, son voisin du dessus, Gaspard l’écureuil et le docteur Blaireau. Ces animaux anthropomorphes se tiennent à l’écart du monde des hommes, bien plus dangereux et incompréhensible que celui de la forêt où ils sont installés.

Louisette la Taupe tome 1 Rapidissimo

Louisette a le cœur sur la main et la tête bien faite. Toujours prête à rendre service à ses amis, elle n’hésite pas à se lancer dans l’action quand il le faut et à quitter le confort de son terrier. Louisette, au fond, aussi taupe qu’elle est, a une âme d’aventurière et de justicière !

Louisette la Taupe planche 1

Le soir tombe sur la forêt. Dans le terrier de Louisette, c’est l’heure tant attendue de l’histoire. Les lapins réclament à Louisette un conte qu’ils ne connaissent pas encore, un conte qui ne ferait pas trop peur. Prélevant dans la bibliothèque un recueil des frères Grimm, Louisette se lance dans « Hansel et Gretel » devant trois lapins sages qui boivent ses paroles. Mais, dehors, là-haut, une belette écoute par le conduit de la cheminée et, dans son petit cerveau de méchante, naît alors un plan machiavélique pour capturer ces trois lapins gourmands et les engraisser avant de les déguster.

Lorsque les trois frères se retrouvent piégés par la belette, c’est le branle-bas de combat. Louisette mobilise ses amis et toutes ses ressources pour délivrer ses protégés et mettre leur ennemie hors d’état de nuire. Ce n’est plus l’heure du conte, mais l’heure des comptes !

On ne dira jamais assez combien Bruno Heitz possède l’art de la narration. Il est à son aise dans cette série animalière drôle et intelligente, qui lui permet aussi de parler de notre monde et de ses travers.

Il s’amuse ici, avec une grande finesse, sur les codes du conte, mêlant habilement la fiction lue par Louisette et la réalité de son récit. Il amène ainsi ses lecteurs à frissonner : les contes ne sont pas toujours de jolies histoires pleines de princesses et de princes plus ou moins charmants et les méchants existent vraiment.

La série, ancrée dans un monde animalier, est semé de références à d’autres œuvres de Heitz dont on connaît l’intérêt pour les années cinquante et soixante. Dans cet épisode, on reconnaît, par exemple, la camionnette de la mère Fergelot, l’épicière radine du « Privé à la cambrousse », dans laquelle la belette se sert pour activer son plan de capture. Ces références amuseront les lecteurs adultes, les parents qui font comme Louisette et qui lisent des histoires à leurs enfants.

Les albums de « Louisette la Taupe » : « Rapidissimo « (juin 2005) – « Sardine express » (octobre 2005) – « Mouton circus » (avril 2007) – « Et un raton laveur ! » (mai 2008) – « Boulevard du Terminus » (septembre 2008) – « Tri-patouillage » (octobre 2009) – « Itinéraires bis » (octobre 2010).

Louisette la Taupe 2 Sardine express

Signalons enfin que cette malicieuse série animalière est également éditée par L’École des Loisirs, dans la collection « Mille bulles », que dirige Xavier-Laurent Petit. Les deux premiers volumes sont parus, dans une édition souple au format poche et à un prix très attractif : « Rapidissimo » et « Sardine express ».

 « Louisette la Taupe » T8 (« L’Heure du Grimm ») par Bruno Heitz

Éditions Casterman (8,50 €) – ISBN 978 2 203 03667 3

Galerie

Une réponse à « Louisette la Taupe » T8 (« L’Heure du Grimm ») par Bruno Heitz

  1. sardin dit :

    ah oui je connais j’aime beaucoup aussi !