Adventures of Private Kirby : 1er épisode

Après le succès de Captain America Comics pour Timely Comics, Joe Simon et Jack Kirby sont à National Periodical (DC) où ils réalisent notamment « Boy Commandos». De cette période précédant leur départ sous les drapeaux, Jack se souvient qu’ils essayaient de faire les BD les plus distrayantes possibles, de manière à soutenir le moral de leurs compatriotes déjà partis sur les champs de batailles. Mais leur sursis ne sera pas long…

Ce travail est le fruit d’une recherche basée sur les événements rapportés par Jack Kirby dans ses interviews (auprès de Ray Wyman, Greg Theakston, Scott Fresina et Mark Evanier) et réintégrés dans le contexte historique et chronologique de la campagne de Metz… Précisons que Kirby avait des souvenirs parfois fragmentaires et, surtout, qu’il ne disposait pas d’une connaissance globale des événements auxquels il a participé en France en tant que simple 2e classe.

Un grand merci à Elisabeth et Alain Gozzo de l’Association Thanks GIs ( www.thanksgis.com) pour leur aide historique précieuse et leur générosité.

Cet article est dédié aux 500.000 morts civiles et militaires et plus particulièrement aux 10 489 GIs du plus grand cimetière américain d’Europe à Saint Avold (Lorraine).

Jacob Kurtzberg (alias Jack Kirby) et sa fiancée Roz Goldstein assistent à un spectacle au Roxy Theater, lorsque les États-Unis entrent en guerre le 7 décembre 1941, suite à l’attaque de Pearl Harbor. « Les gens sont tous sortis sur le trottoir. C’était la foule » se souvient Jack.

Avec ses 250 dollars par semaine pour 25 planches mensuelles et les 25 $ par planche supplémentaire, Jack gagne très bien sa vie chez DC. Il a pu s’offrir des soins dentaires plus que nécessaires et entretient ses parents dans leur nouvel appartement de Brooklyn. Il épouse finalement Roz Goldstein au Brooklyn Hall, le 23 mai 1942, en réglant comptant les frais de noce de 1500 $.

Le père de Roz est le responsable local des Air Raid Wardens, tâche consistant à surveiller l’océan et le voisinage pour déjouer une éventuelle invasion allemande ou les sabotages de la 5e Colonne, et il porte fièrement l’uniforme.

Pour l’anecdote, le jour même de son mariage, Jack, toujours en civil et accompagné de son beau-père, est traité de « planqué » par des passants… Mais s’il n’est incorporé qu’à 26 ans, c’est parce qu’il a charge de famille… Le jeune couple emménage dans un vaste et riche appartement à Carlton Place, au sud de Brooklyn sur Manhattan Beach, à 57 $ / mois. La vue sur la mer y est superbe.

Une fois installés, Jack et Roz participent à leur niveau à l’effort de guerre en tant qu’Air Raid Wardens. Ils surveillent leur voisinage tous les soirs jusqu’à 3 heures du matin, en portant des casques donnés par la Défense Civile, doivent signaler toute lumière suspecte et, si un voisin oublie malencontreusement de baisser ses stores le soir, ils le rappellent à l’ordre par un coup de sifflet… S’il y a de la lumière sur l’eau, c’est peut-être un U-Boat allemand remontant l’Hudson River, comme les rumeurs et la propagande américaines le colportent.

Kirby utilisera cette légende urbaine dans l'épisode des « Losers » de Our Fighting Forces 156…

 Jack et Roz se souviennent de l’atmosphère surréaliste de ville fantôme qui règne à NY à cette époque, avec le couvre-feu et les rares passants en uniformes…

Joe Simon part sous les drapeaux le 17 mai 1943, laissant Jack tout seul dans le riche studio de Tudor City. Celui-ci ferme le studio, désormais inutile, et va dessiner dans les bureaux de National jusqu’à l’été. Il y travaille d’arrache-pied pour prendre de l’avance sur les séries « Boy Commandos », « Manhunter », « Newsboy Legion » et « Sandman », afin que l’absence des artistes passe inaperçue des lecteurs.En guise d’au revoir à sa jeune épouse, Jack fait intervenir le bombardier Rosalind K. dans une histoire des « Boy Commandos » de Detective Comics (le n°82 paraissant en décembre 1943, après son départ).

Une planche inventaire de Boy Commandos 19.

L'avion Rosalind K. de Detective Comics 82.

National payera leurs salaires aux deux artistes pendant leur absence, assurant ainsi aux familles des revenus plus substantiels que la simple solde de soldat…

L’effort de guerre doit être supporté par l’ensemble de la population américaine et, dès 1943, les restrictions de papier obligent les éditeurs de comic books à d’habiles pliages pour gagner des pages dans leurs magazines agrafés.

Portrait de Jack en militaire à son incorporation en 1943

Par voie de télégramme, Kirby reçoit sa convocation le 7 juin 1943. Il est incorporé dans la Marine. Le bureau de recrutement est d’ailleurs situé dans le même immeuble que National Periodical. Mais, lorsque Kirby s’y présente, il faut six hommes pour l’infanterie et Kirby est désigné. Jack est très déçu : il espérait aller en Californie pour faire des comics de formation militaire, comme Will Eisner…

Jack prend le train à Penn Station le lundi 21 juin 1943, pour sa formation militaire à Camp Stewart, près d’Atlanta (Georgie) dans le 845e bataillon.

 Là, il fait ses classes durant l’été, l’occasion pour lui d’étudier les notions d’artillerie antiaérienne et de vérifier ses assertions désobligeantes sur les Sergents instructeurs (comme il les représentait dans Captain America Comics).

Autoportrait du Pvt. Kirby arrivant à Camp Stewart.

Sergent Duffy dans Captain America Comics n°4.

Des voisins de chambrée qui préfigurent le Howling Commando de Sgt. Fury...

Kirby a du mal à accepter la discipline militaire… Le temps est chaud et humide.

Ce qui surprend le plus le jeune Jack, fraichement débarqué de NYC, c’est la diversité culturelle de ses compatriotes voisins de chambrée : des noirs, des Texans, des gens du Sud, des Juifs, des Italiens… tous déterminés à mettre un terme au nazisme.

 Malgré les marches commando de 50 miles et les réveils brutaux à 2 heures du matin, Jack continue un peu à dessiner, réalisant quelques portraits d’appelés, ainsi qu’une ou deux couvertures de Boy Commandosdepuis le Mess, ce qui occasionnent des articles dans les journaux locaux. En fait, Jack espère vivement être remarqué et engagé pour un emploi dans un journal militaire, afin de faciliter sa vie de troufion et surtout de ne pas partir sur le front européen.

Portraits d'appelés et auto portrait daté du 21/8/43 envoyé à Roz

Articles du Savannah Evening Press du 1er octobre et Camp Stewart Newspaper du 9 octobre 1943.

 À défaut de journalisme, il est formé en tant que mécanicien auto, mais ne fait pas  vraiment l’affaire. La petite histoire prétend qu’il faisait semblant de réparer les véhicules en donnant des coups de marteau sur le fond de caisse !

Kirby se souvient de son poste de mécano dans une page de Sgt. Fury 6

Dessin de sa permission avec Roz à l’hôtel-restaurant De Soto, Savannah (Georgie).

 On le transfert donc chez les carabiniers le 17 octobre 1943. Le besoin d’hommes est tel qu’il est désigné pour partir pour l’Europe.

Roz et sa jeune sœur Annita viennent lui rendre visite avant son départ et, au cours d’une permission à Atlanta, Jack présente sa belle-sœur à son sergent, Morris Kantz, avec lequel elle se mariera après-guerre.

 Sa formation dans l’infanterie terminée, Jack doit embarquer pour la France.

Dans le bus le conduisant de Camp Stewart (Georgie) au port de Boston (Massachusetts), il retrouve l’éditeur de National Periodical Mort Weisinger, qui se rend à Yale (Connecticut) pour y effectuer ses obligations militaires. De toute évidence, le piston de son « ami » a mieux fonctionné…

L’éditeur de DC Mort Weisinger...

 Jack embarque pour l’Angleterre le 17 août 44,  à bord d’un gros paquebot escorté de petits destroyers. La traversée est courte (trois jours) mais difficile. Kirby souffre de mal de mer sur la mer d’Irlande.

 Lorsqu’il arrive de nuit à Liverpool, la ville est en ruines, détruite par le Blitzkrieg. Les gens dorment dans les stations de métro.

Kirby se souviendra de cet épisode dans Sgt. Fury.

De Liverpool, Jack et ses camarades marchent sur Gloucester, puis jusqu’à Darthmouth, où il reste deux jours, admirant la belle campagne anglaise, avant d’embarquer pour la France.

Il atterrit à Omaha Beach (Normandie) à bord d’une barge de débarquement le 23 août 1944, soit deux mois après le D-Day du 6 juin. Sur la plage, il y a toujours des corps.L’escadron de Kirby fait des sauts de puce, d’un camion à un autre, traversant des villages en ruines. Ils finissent par rejoindre la 3e armée du Général George S. Patton à Verdun autour du 28 août, où ils restent jusqu’au 31.

Jack intègre en tant que remplaçant la section mitrailleuse lourde (calibre de 30) de la compagnie F du 2e bataillon du 11e régiment, 5e Division d’infanterie du 20e corps de la 3e armée. Sa compagnie comprend un groupe de commandement (2 officiers et 13 hommes), 3 sections d’infanterie (de 40 hommes chacune, commandées par un officier), plus un groupe mortier 60 mm et une mitrailleuse légère (1 officier et 34 hommes).

Là, il fait la connaissance du Private Mitchell Sytkowski, alias Mitch, un appelé venant du Wisconsin, qui le prend sous son aile et avec lequel il sympathise.

Arrivé quelques jours plus tôt, Mitchell Sytkowski (1918-2010) est déjà un vétéran par rapport à Jack. D’un caractère ouvert et généreux, Mitch lui apprendra à survivre au milieu de l’enfer… Sur les 17 remplaçants qu’eut la compagnie F, seuls 3 ou 5 sont revenus…

John, le fils de Mitchell,  se souvient de son père lui disant que Kirby n’aurait jamais dû se retrouver dans une unité combattante, que son talent aurait dû l’amener à travailler à Stars & Stripes ou à Diamond Dust (le petit journal de la 5e division). De retour à la vie civile, Mitchell deviendra pompier et les deux hommes se perdront de vue…

Suit une période de quatre mois, couvrant la quasi totalité de la bataille de Metz, et qui marquera Jack pour la vie…

Le Général George Patton, commandant la 5e armée et sa représentation dans les « Losers » de Our Fighting Forces 152...

Fin de l’épisode…

Jean DEPELLEY

mise en page : Gilles Ratier, aide technique : Gwenaël Jacquet

Galerie

Les commentaires sont fermés.