PLUS DE LECTURES DU 5 FEVRIER 2007

“ Île Bourbon 1730 ” par Trondheim et Appollo, “ Le légataire T.2 : Le songe de Médine ” par Meyer, Béhé et Giroud, “ ProTECTO T.2 : Madame ” par Matteo et Zidrou, “ Big Foot T.1 : Magic child ” par Dumontheuil et “ Valérian et Laureline T.20 : L’ordre des pierres ” par Mézières et Christin.

 


Cliquez sur l’appareil photo pour découvrir les couvertures des albums chroniqués.


 


La production ne se calmant guère, cela donne encore plus de valeur à notre rôle de «prescripteur». Voici donc, cette semaine, cinq albums éclectiques, mûrement sélectionnés :


 


Île Bourbon 1730 ” par Lewis Trondheim et Appollo


Editions Delcourt (16,50 Euros)


Le Réunionnais Appollo, scénariste inspiré de «La grippe coloniale», de «Fantômes blancs» ou encore de «Biotope», raconte très bien les histoires de pirates, tout en prenant, quand même, un peu distance par rapport aux exploits qui l’ont fait rêver enfant. Il en a d’ailleurs proposé une au prolixe Lewis Trondheim qui, à l’époque, voulait arrêter de dessiner : et voilà que, ni une ni deux, le papa de «Lapinot» s’engage dans une partie de ping-pong, pratiquée dans un esprit d’improvisation contrôlée, en partant du point de départ d’Appollo : le récit de l’époque crépusculaire de la piraterie dans l’île Bourbon, en 1730, alors qu’émerge une nouvelle société métissée se nourrissant de l’agonie de la flibuste et des fissures de l’esclavage. L’ouvrage a fini par prendre la forme d’un gros roman graphique en noir et blanc, dans la collection «Shampooing», laquelle est dirigée par Lewis Trondheim, lui-même ! Ce dernier, avec un appétit graphique évident, restitue parfaitement l’ambiance naturelle et luxuriante de ce qui va devenir l’île de la Réunion, transposant ses personnages à têtes d’animaux et son esprit ironique, voire décapant, dans cet environnement exotique et touffu, serré entre les volcans. Un ornithologue et son jeune assistant y accostent pour répertorier les différentes espèces d’oiseaux rares peuplant la future colonie, laquelle est déjà en plein tournant historique. Depuis l’alliance signée entre la France et l’Espagne, les pirates sont chassés dans tout l’Océan Indien et l’un de ses derniers capitaines attend son exécution. Les deux scientifiques vont alors côtoyer nombre de colons sans états d’âmes qui exploitent autochtones ou esclaves, et nombre de flibustiers devenus riches planteurs…


 


Le légataire T.2 : Le songe de Médine ” par Camille Meyer, Joseph Béhé et Frank Giroud


Editions Glénat (12,50 Euros)


En préalable, pour mieux apprécier cette saga policière teintée d’ésotérisme, prévue en cinq tomes, les auteurs nous conseillent vivement de relire «Le Décalogue» (et particulièrement les tomes I, II et surtout X) dont «Le légataire» est une sorte de suite. Cette série secondaire, mais non négligeable puisqu’elle pose la question de l’existence d’une vérité derrière la supercherie, est fort bien menée. D’ailleurs, le lecteur suit avec angoisse l’enquête de Merwan Kadder poursuivi par des intégristes barbus, laquelle est solidement illustrée par Camille Meyer, supervisé par Joseph Béhé. Décidément, la consigne de paix et de tolérance, laissée par Mahomet sur une omoplate de chameau, n’en finit pas de provoquer nombre d’interrogations. Heureusement, le scénariste nous distille habilement quelques informations dans cet album passionnant, afin de faire avancer l’histoire et progresser le lecteur, dans tous les sens du terme !


 


ProTECTO T.2 : Madame ” par Matteo et Zidrou


Editions Dupuis (13 Euros)


Voilà tout à fait le genre de bande dessinée intelligente, bien dessinée et accessible au plus grand nombre (bref, tout ce qu’on aime sur bdzoom.com) qui ne sera jamais mis en avant dans certains festivals ! Heureusement, cette série atypique, autant ironique et caustique qu’efficace et précise, est soutenue par ses auteurs et aussi par son éditeur. En effet, publiée sous le titre «Mèche Rebelle» dans le beau journal Spirou dès 2003 (alors que Zidrou en avait déjà eu l’idée, 10 ans auparavant, et en avait même, alors, écrit un chapitre soumis pour avis à la rédaction de l’hebdomadaire de Marcinelle), elle connut 2 albums dans la collection «Repérage», sans obtenir le succès attendu. Loin de se décourager, les auteurs remodelèrent ce conte moderne, doublé d’un thriller paranoïaque, sous l’appellation «proTECTO», dans la collection «Empreinte», rééditant les 2 premiers épisodes dans un tome 0. Il semblerait que, cette fois-ci, le public (peut-être décontenancé, dans un premier temps, par l’ambiance très «humour noir») soit un peu plus au rendez-vous : cet opus confirmant tout le bien que nous pensons de la série… Madame, qui n’est autre que l’incarnation de la mort, met le feu aux alentours de la villa de Kim Valence et enlève sa deuxième fille qui vient juste de naître ! En plus, comme elle a laissé des indices accusant cette héroïne qui a échappé maintes fois à ses griffes, c’est cette pauvre mère éplorée qui est accusée d’infanticide : jusqu’à son compagnon qui doute d’elle… Cependant, Madame a omis un élément essentiel : l’attachement maternel ! Décidément, Zidrou a tous les talents : il passe allégrement de la BD humoristique style «L’élève Ducobu» ou «Tamara» à ce genre d’histoire surprenante et angoissante très bien mise en scène, sans coup férir : et pour le plus grand plaisir de ses lecteurs !


 


Big Foot T.1 : Magic child ” par Nicolas Dumontheuil


Editions Futuropolis (15 Euros)


Comme l’a fait Christophe Blain avec son récent «Gus» et, bien avant eux Morris sur «Lucky Luke», Nicolas Dumontheuil casse les canons du Western, en retraçant l’itinéraire de deux tueurs professionnels du Middle West qui ont perdu le goût de dégainer. Leurs problèmes existentiels (et sexuels) vont être en partie résolus lorsqu’ils croisent, sur leur route, la magnifique et délurée Indienne surnommée Magic Child : en effet, cette dernière les recrute pour retrouver sa sœur, et cela va bouleverser leur vie. Ce récit complètement loufoque, composé de chapitres assez courts, rassemble une galerie de portraits et de situations assez drôles (on pense beaucoup aux parodies du genre écrites par l’écrivain américain Richard Brautigan, dans les années 1970) : comme celle où l’un de nos deux «héros», qui n’a jamais connu son paternel, décroche un vieillard pendu à un arbre et décide d’en faire son père adoptif. Malgré tout, il leur ne sera pas toujours facile de suivre cet «old timer», victime de la terrible malédiction du braquemart… Le ton trivial et le graphisme décalé vont de paire pour démystifier tous les codes de la conquête de l’Ouest : les amateurs de la «nouvelle BD» vont se régaler !


 


Valérian et Laureline T.20 : L’ordre des pierres ” par Jean-Claude Mézières et Pierre Christin


Editions Dargaud (9,80 Euros)


Créée en 1967, dans les pages de Pilote, la série «Valérian», considérée à juste titre comme l’une des meilleures bandes dessinées de science-fiction, n’en est qu’à son 20ème tome : avec donc une moyenne d’un volume tous les deux ans, on ne peut pas dire qu’elle encombre le marché ! Et pourtant, on aimerait vraiment lire plus souvent les aventures de cet agent spacio-temporel, et de sa charmante compagne Laureline, car leur univers est particulièrement riche et cohérent. Le graphisme, en apparence classique mais pourtant baroque et merveilleux, enlumine des scénarios humanistes qui ont su, en leur temps, prendre fait et cause en faveur du féminisme, du pacifisme et de l’égalité entre les races, bien avant tout le monde… Depuis 2004, les deux complices, que sont Mézières et Christin, avaient entamé un cycle novateur (avec l’épisode « Au bord du grand rien« ), lequel se poursuit ici avec « L’ordre des pierres« . Devenus simples commerçants spatiaux, nos héros sont toujours en quête d’informations sur une planète Terre, désormais disparue. Entre véritable quête des origines (à la limite du mystique), comédie sentimentale et space opera aventureux, ils vont être confrontés à l’Etranger absolu : un enjeu dont la gravité n’empêche guère malice et fantaisie !


 


 


Gilles RATIER


 


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.