Encore plus de lectures

La mort et Lao-Tseu t3, Les contes du Korrigans t8, Korrigans t.3, L’anneau des 7 mondes 3, La croix de Cazenac t8 & Les brumes d’Asceltis, t3

Cliquez sur l’appareil photo pour découvrir les couvertures des albums chroniqués.


Les aventures de la mort et Lao-Tseu, t3, www.la-mort.fr, Boucq, Fluide Glacial, 9, 95 euros


Pour tous, Humour, à partir de 10 ans, 2 étoiles


 


La mort, accompagnée de son cochon Lao-Tseu, est un bon vivant qui fait son job avec entrain, entretient sa forme physique et ne dédaigne pas de jouer quelques tours à sa façon. Facétieux et extravagant, la mort a cependant eu une enfance difficile et affronte aussi les multiples contraintes de la vie quotidienne. Et surtout elle a horreur qu’on cherche à marcher sur ses plates bandes.


 


Avec son trait puissant et son sens du dérisoire, Boucq semblait prédestiné à relever ce pari impossible : suivre la Mort au quotidien et lui injecter une bonne dose de son humour grinçant et sans concession. Après deux albums parus chez Casterman, ce nouveau recueil de 10 récits agrémentés de quelques dessins pleine page, accueilli par Fluide Glacial, ne provoque pas l’ennui. Certes, on pourra regretter des histoires inégales, tant au plan du rythme que de la thématique, et des chutes qui arrivent souvent de manière quelque peu impromptue et pour tout dire en queue de poisson, mais c’est justement que le récit vaut davantage pour ce qu’il révèle de notre rapport à la vie et à son terme que pour le gag final. Dans nos sociétés où la mort a été évacuée, aseptisée, tarifée, le regard hilarant de Boucq restitue à la vie tout le sens que lui confère l’évocation de sa stricte limitation.


JOËL DUBOS


 


Les contes de Korrigans, t8, Les noces féeriques, Erwan et Ronan Le Breton, Istin, Babonneau, Dub, Bileau, Gomes, Stambecco, Soleil, 12,90 euros


Merveilleux, pour tous, à partir de 10 ans, 2 étoiles


 


Après de multiples aventures, Koc’h est de retour dans sa Bretagne natale. Et il ramène sa promise, la belle Siobhan. Les retrouvailles avec ses amis sont l’occasion d’évoquer d’autres histoires d’amour, sublimes ou tragiques, mais toujours rendues hors du commun par l’intrusion des fées et de la magie.


 


C’est une démarche désormais parfaitement rodée qui met en collaboration une équipe de deux scénaristes et de quatre dessinateurs pour réaliser un album divertissant et bien dans l’esprit de la série. Grâce au fil rouge -bien connue des séries américaines- de la retrouvaille des amis rencontrés dans les aventures précédentes et à un petit suspense final, les histoires s’enchaînent de manière fluide mais entrent d’abord en correspondance grâce à une ambiance féerique que les changements de styles graphiques n’estompent pas. En fait, dépassant le thème annoncé des seuls korrigans, c’est le monde gaélique des légendes traditionnelles dans toute leur diversité qui revit de nouveau ici, des anciens récits pré chrétiens mettant en scène les selkies jusqu’au conte récent de l’homme qui transformait en chevaux les prétendants de sa nièce. L’ensemble donne un recueil agréable et dépaysant, sans vraie surprise mais qui permet de se replonger avec plaisir dans l’ambiance de ces légendes ancestrales qui peuvent être abordées par les petits comme par les grands, au premier niveau féerique du récit, au second degré de la morale ou avec le regard de l’ethnologue.


JOËL DUBOS


,


 


 


Korrigans, t3, Le peuple de Dana, Mosdi, Civiello, Delcourt, 12,90 euros


Heroïc fantasy, pour tous, à partir de 12 ans, 3 étoiles


 


Luaine, après son contact avec une mystérieuse créature marine, demeure inconsciente. Ses amis Korrigans, persuadés que seuls les Tathua de Danann peuvent la sauver, l’embarquent sur un vaisseau Formoré, avec le projet de quitter le navire à la première bataille. Ce qui ne tarde pas à se produire. Une véritable course se trouve engagée, alors que le monstrueux Balor, toujours prisonnier de sa forteresse, recherche dans la magie humaine le moyen de se libérer.


 


Cet album, inséparable de la remarquable série La graine de folie réalisée par les mêmes auteurs et qui avait grandement renouvelé le genre de l’heroïc fantasy en bd, développe les mêmes qualités que les précédents : un scénario habilement dosé qui met en exergue des moments forts mais maintient constamment un suspense que rien ne permet d’anticiper ; un travail graphique raffiné, aux mises en pages soignées, qui allie, dans un style à la fois hyperréaliste et créatif, la sensualité des corps à la beauté des architectures ; un univers fascinant, à la fois bourré de références classique dans sa facture post tolkinienne, mais également riche et maîtrisé. Au final, on découvre avec cet album un récit d’une grande force, parcouru de long en large par le frisson de l’épique et les ravissements du merveilleux qui maintient l’envie de lecture. De la belle ouvrage.


JOËL DUBOS


 


 


L’anneau des 7 mondes, t3, Les pirates d’Héliopolis, Gualdoni, Clima, Piana, Turotti, Humanoïdes associés, 24,90 euros


Science fiction, pour tous, à partir de 12 ans, 3 étoiles


 


 


Alors que l’univers de Mose est en train de s’effondrer sous les coups de l’invasion venue de Nemo, Timeo et Luce, en fuite, se font surprendre et enfermer sur le vaisseau du pirate Egemone. Leur situation semble des plus critiques, autant que l’avenir des sept mondes, alors que la coalition peine à se mettre en place face à un ennemi manifestant une supériorité écrasante.


 


Voici un troisième tome réussi d’une série renouant avec les grandes manœuvres du space opera. Peu à peu, les auteurs nous révèlent les principaux lieux de ce monde énigmatique ou les humains ont été précédés par les mystérieux et puissants Primogènes. Mêlant habilement batailles spatiales et rebondissements autour des jeunes héros, l’album exploite avec métier les ficelles du genre et donne un récit vif et prenant, sans temps mort et d’une grande intelligibilité narrative. Le dessin, révélant une incontestable influence japonaise, avec un trait fortement « manganisé », contribue à cette facilité de lecture : privilégiant les décors d’ambiance sur les visages à peine esquissés, multipliant les vignettes petit format, utilisant abondamment les variations rapides de plans et de cadres, jouant d’une composition efficace et d’un montage vif, le style graphique contribue à dynamiser le parcours de ce gros album de 56 pages qui n’hésite pas à présenter des planches de huit à dix cases (au point de sembler presque à l’étroit dans le format européen). Une aventure de science fiction orthodoxe encrée dans la modernité d’un graphisme syncrétique.


JOËL DUBOS


 


 


La croix de Cazenac, t8, La mort du tigre, Boisserie, Stalner, Dargaud, 13 euros


Pour tous, aventures, à partir de 14 ans, 2 étoiles


 


Le Caire 1917. Un petit groupe d’officiers anglais manœuvre pour rompre l’alliance française au profit des Etats-Unis et prendre le contrôle du Proche-Orient. Ayant capturé Henri, Fabien et Louise, ils tentent de les faire parler. Mais Etienne, emportant Imélovitch, tente de leur échapper en se réfugiant dans les sous-sols où il trouve un renfort inattendu.


 


Avec ce second tome, s’achève le cycle du tigre, 3e et avant dernier de la série. Le récit, qui mélange habilement les enjeux internationaux d’une période historique charnière, les réminiscences d’affaires d’espionnage contemporaines, aussi bien que les manifestations des passions humaines, de l’amour et de la fraternité déchirée, sur la trame fantastique d’une quête façon Highlander, déroule sans hiatus les épisodes mouvementés et sanglants d’une fiction qui n’a pas honte de multiplier les morceaux de bravoure ni d’exploiter les références culturelles actuelles. Avec le dessin très professionnel et moderne de Stalner, qui joue habilement des cadrages et des découpages, l’ensemble donne un album de très bonne facture, qui se lit d’un trait, dans la lignée des romans d’aventures ou des films à succès. Une œuvre grand public de qualité qui prouve la solidité de la production franco-belge jusque dans ses séries commerciales. Avec en prime, une autre vision du Caire, loin des cartes postales pour touristes.


JOËL DUBOS


 


Les brumes d’Asceltis, t3, Le roi Akorenn, Jarry, Istin, Ellem, Soleil, 12, 90 euros


Pour tous, heroïc fantasy, à partir de 12 ans, 2 étoiles


 


Alban, Elya, Aka et Allila, émergeant des souterrains, poursuivent leur périple en direction de l’erg Akorenn. Mais un mystérieux prêtre semble prêt à tout pour les empêcher d’atteindre leur but, allant jusqu’à recruter un tueur et chef de bande renommé. Le petit groupe se fait rattraper sur les quais du port de Korë alors qu’il cherche un embarquement.


 


Certains diront que voici une série de plus à ranger au magasin des multiples histoires d’heroïc fantasy, que ni le côté sexy des jolies héroïnes, ni les décors asiatisants (muraille de Chine, palais du Potala, etc.), ni certains personnages à la Tolkien, ni la variété d’un monde rappelant parfois Dune d’Herbert, ni la rondeur du trait n’auront convaincus. Certes, on se trouve ici en présence d’une déclinaison très classique d’un genre qui fait fleurus. Mais pourquoi bouder son plaisir devant une série bien réalisée, qui, pour être une bd de genre, n’en présente pas moins un résultat sympathique et distrayant bien mené en termes de scénario, bien conçu au plan graphique et agréablement mis en couleurs, qui dépayse et divertit comme le faisait les grandes épopées de fantasy ou d’anticipation de « l’âge d’or » (chacun se réfèrera au sien propre…). Au final, cet album n’épuise en rien la dynamique d’une série plaisante et dynamique, riche d’une vraie diversité et maniant avec doigté les psychologies des héros et l’évolution de leurs rapports, série qui captivera à n’en pas douter les adolescents toujours en recherche du souffle de l’ailleurs.


JOËL DUBOS


 


 


 


 


 


 


 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Galerie

Les commentaires sont fermés.