PLUS DE LECTURES DU 16 JANVIER 2006

Avant la déferlante des parutions prévues pour le festival angoumoisin, voici encore 5 albums incontournables de ce début 2006 : “ Section financière T.1 : Corruption ” par Andrea Mutti et Richard Malka aux éditions Vents d’Ouest, “ Basil & Victoria T.4 : Pearl ” par Edith et Yann aux éditions Humanoïdes associés, “ Coïncidence ” par Fabien Vehlmann et collectif aux éditions On a marché sur la bulle, “ Les 3 petits cochons ” par Aurélien Morinière et Tarek aux éditions EP et “ Le désespoir du singe T.1 : La nuit des lucioles ” par Alfred et Jean-Philippe Peyraud aux éditions Delcourt.

 


Section financière T.1 : Corruption ” par Andrea Mutti et Richard Malka


Editions Vents d’Ouest (8,55 Euros)


Manifestement, l’avocat Richard Malka (spécialisé dans les affaires de presse) sait écrire un scénario de BD ! Son coup d’essai sur «L’ordre de Cicéron» (dessin de Paul Gillon, aux éditions Glénat) était un coup de maître. Il y dévoilait une maîtrise des rebondissements et un sens dynamique des dialogues qui sont confirmés dans cette nouvelle série où il exploite, une fois de plus, sa connaissance parfaite des us et coutumes des procédures judiciaires. Ici, un procureur, responsable de la Section financière, lance son équipe à la poursuite d’un ancien président d’une société russe, disparu juste après avoir détourné les 250 millions de dollars d’une subvention du Fond Monétaire International. Vont s’en suivre nombre d’attentats meurtriers et de fusillades sanglantes dans les rues d’un Paris fort bien reconstitué par le dessin fin et efficace du prolixe dessinateur italien Andrea Mutti («Break Point», «Arrivederci Amore» et «Les brumes hurlantes»). Hélas, son graphisme est alourdi par une mise en couleurs un peu trop agressive, ce qui risque de décevoir les lecteurs exigeants. Signalons, par ailleurs, l’existence d’un somptueux dossier de presse sous forme de rapport judiciaire particulièrement bien documenté et maquetté.


 


Basil & Victoria T.4 : Pearl ” par Edith et Yann


Editions Humanoïdes associés (12,60 Euros)


Les trois premiers albums de la série «Basil & Victoria» étaient des petits bijoux d’humour grinçant dont les intrigues débutaient dans les bas-fonds brumeux de Londres, sous le règne psychorigide de la reine Victoria, et se terminaient sur le port de Zanzibar, en partance pour de nouvelles aventures. Malgré un prix du meilleur album à Angoulême et une adaptation en dessin animé, souvent diffusée sous le titre d’ «Orson et Olivia», cette excellente parodie des romans larmoyants de Dickens et des récits exotiques du début du XXème siècle restait seulement appréciée d’un petit cercle d’initiés. Dix ans après le troisième opus, les auteurs ont décidé de revenir aux sources, en privilégiant l’aspect enfantin du début de la série : et c’est une réussite ! Leurs héros échouent sur une île mystérieuse uniquement habitée par des petites pestes en jupettes et c’est le prologue à un récit destiné aux plus jeunes, car rempli de trésors cachés, de serments, de disputes et d’histoires d’amours enfantines, auquel le prolifique scénariste Yann («Les innommables», «Les éternels», «Pin-Up» etc.) a rajouté un petit fond caustique et cruel, pour être également apprécié par les lecteurs adultes. Ce parfait mélange d’émotions et de cynisme est d’autant plus savoureux qu’il est illustré par le crayon acéré d’Edith, laquelle croque ici des personnages, aux trognes savoureuses, évoluant dans des décors colorés d’une grande richesse, un peu comme les peintures du paysagiste anglais William Turner.


 


Coïncidence ” par Fabien Vehlmann et collectif


Editions On a marché sur la bulle (14,80 Euros)


Pour fêter les 10 ans des Rendez-vous de la Bande Dessinée d’Amiens, les organisateurs (Pascal Mériaux le directeur et Denis Comon le président, pour ne citer qu’eux) ont eu la très bonne idée de demander à des dessinateurs de donner leur interprétation d’une même page de scénario. Une fois le scénariste trouvé (le talentueux et prometteur Fabien Vehlman, en l’occurrence) et la page de gag mise en scène sur le plan écriture, ce ne sont pas moins de 12 auteurs venus d’horizons graphiques et géographiques différents (Batem, De Metter, Edith, Goossens, Jason, Kokor, Marcelé, Meyer, Plessix, Ramos, Takahashi, Trondheim et Von Bassewitz) qui se sont mis à l’œuvre. Le résultat, agrémenté d’entretiens et de présentations des divers intervenants, méritait bien d’être réuni dans un livre (sous superbe couverture de François Boucq) et nous prouve, qu’au final, c’est pratiquement toujours le scénariste qui impose sa patte, quel que soit le style graphique de celui qui le met en images.


 


Les 3 petits cochons ” par Aurélien Morinière et Tarek


Editions EP (9,10 Euros)


Instruire en s’amusant, c’est le but que s’est donné la nouvelle collection «EP Jeunesse» des éditions Emmanuel Proust (du groupe La Martinière), en proposant des récits d’aventures classiques, non dénués de second degré mais accessibles au plus grand nombre. C’est le dessinateur Aurélien Molinière (installé depuis quelques années en Limousin) associé au scénariste Tarek (auteur, entre autres de l’excellent thriller historique «Sir Arthur Benton», chez le même éditeur) qui inaugure le label, avec une version revue et corrigée du conte traditionnel vulgarisé par Walt Disney, «Les 3 petits cochons». Leur relecture insiste particulièrement sur les différences culturelles et les dangers liés au racisme : en effet, ici, les «héros» sont deux loups musulmans très pacifiques qui se demandent bien pourquoi effrayer les petits enfants avec ces histoires de canidés puisque, eux, ils ne mangent pas de porcs ! Ce très amusant conte humaniste, doté d’une lecture guidée avec un lutin vert qui s’adresse directement au lecteur, bénéficie, par ailleurs, d’un graphisme animalier époustouflant et de couleurs fort appropriées !


 


Le désespoir du singe T.1 : La nuit des lucioles ” par Alfred et Jean-Philippe Peyraud


Editions Delcourt (12,90 Euros)


Dans un monde évoquant l’Europe du début du XXème siècle, Josef, fils de commerçant et artiste indécis, en panne d’inspiration, va se fiancer. Cependant, voilà, il va rencontrer Vespérine, épouse d’un politique paralytique, par l’entremise de son amie Edith, peintre et femme libre. Alors que la répression s’abat sur la cité portuaire qui est, elle-même sur le point de s’insurger contre l’oppression, cette histoire d’amour impossible s’attarde aussi sur la difficulté qu’ont les êtres à prendre position. Ce premier album d’une quadrilogie sensible, et qui s’avère passionnante, expose fort bien les psychologies des différents personnages, tout en développant un univers intéressant où les dialogues pertinents de Jean-Philippe Peyraud et le trait épuré d’Alfred font merveille !


 


Gilles RATIER


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.