PLUS DE LECTURES DU 21 NOVEMBRE 2005

Comme toutes les semaines, voici encore 5 BD fortement conseillées : “ Japon : Le Japon vu par 17 auteurs” collectif dirigé par Frédéric Boilet aux éditions Casterman, “ La bicyclette rouge T.1 ” par Kim Dong Hwa aux éditions Paquet, “ Sam Lawry T.3 : Il était onze heures et quart, Sam… ” par Chetville et Hervé Richez aux éditions Bamboo, “ Blacksad T.3 : Âme rouge ” par Juanjo Guarnido et Juan Diaz Canales aux éditions Dargaud et “ Largo Winch T.14 : La loi du dollar ” de Philippe Francq et Jean Van Hamme aux éditions Dupuis.

 


Japon : Le Japon vu par 17 auteurs” collectif dirigé par Frédéric Boilet


Editions Casterman (15,75 Euros)


C’est grâce à l’initiative de Frédéric Boilet (dessinateur français vivant au Japon) que cette compilation de 17 récits, dus à des auteurs européens et japonais qui donnent leur vision actuelle du «Pays du soleil levant», a pu paraître dans la toujours très intéressante collection «Ecritures» de chez Casterman. Il n’y a pas de ton général, chacun ayant eu carte blanche et délivrant, suivant son humeur, rencontres, coups de cœurs, quotidien ou histoires et légendes locales. Ces historiettes sont pourtant censées donner un éclairage sur l’identité complexe d’une nation qui suscite un intérêt grandissant chez les occidentaux. Même s’ils sont complémentaires, étant, avant tout, libres de contraintes, ces petits récits finissent par donner un succulent patchwork, allant de l’autobiographie réaliste au conte philosophique, et où chacun trouvera son bonheur… Le mien, je l’ai trouvé avec les trop courtes BD de Kan Takahama, Jirô Taniguchi, François Schuiten & Benoît Peeters, Nicolas de Crécy, Joann Sfar, Frédéric Boilet, Fabrice Neaud, Daisuké Igarashi, Etienne Davodeau…


 


La bicyclette rouge T.1 ” par Kim Dong Hwa


Editions Paquet (9,95 Euros)


Jusqu’à présent, nous considérions les manhwas, ces BD en provenance de la Corée du Sud, comme des sous-mangas, sans grand intérêt. Or, ce petit livre de 140 pages, toutes en couleurs pastel, change radicalement cette vision surannée que nous avions sur ces récits venus du Pays du Matin Calme. Ce recueil de nouvelles contemplatives, douces et poétiques est à cent lieues des idées et des graphismes véhiculés par la grande majorité des BD asiatiques. Ici, tout est candeur, simplicité, émotion et nostalgie : tant au niveau du dessin que de la narration. Ce manhwa, à travers des petites saynètes ultra-courtes (quatre pages à la fois, pas plus…), nous raconte, de belle manière, le quotidien d’un facteur traversant des villages, sur sa bicyclette, pour distribuer le courrier. Dans des campagnes qui ressemblent beaucoup à celles de l’Occident (malgré l’exotisme extrême-oriental ambiant, toujours présent grâce aux superbes paysages), ce gentil messager est souvent le seul lien avec l’extérieur : même s’il ne s’arrête que quelques minutes pour raconter les dernières nouvelles du village. En fait, sa tournée n’est qu’un prétexte pour faire des rencontres, échanger des sourires, humer des parfums et faire corps avec la nature qui l’entoure. Chaque jour, il est donc guetté par tous les habitants à qui il délivre un peu d’affection et quelques messages symboliques. Le lecteur les découvrira par lui-même et les dégustera alors, en silence…


 


Sam Lawry T.3 : Il était onze heures et quart, Sam… ” par Chetville et Hervé Richez


Editions Bamboo (12,50 Euros)


Attention ! Ce nouveau cycle risque de surprendre ceux qui ont été séduits par le côté fantastique du premier diptyque de cet excellent thriller : en effet, avec le changement de dessinateur (Mig, également illustrateur du «Messager» avec le même scénariste, a laissé la place à un nouveau venu au trait plus réaliste et plus proche de l’esprit comics américain), la série devient plus ancrée polar et donc, de ce fait, plus classique. Le scénario en reste cependant passionnant mais on est loin du premier épisode qui se déroulait pendant la guerre du Vietnam. Ici, alors que notre héros, devenu taxi de nuit à New York, essaie d’oublier ses névroses, il se fait embarquer dans une affaire louche concernant un sénateur, au passé trouble, qui est en plein dans le collimateur de la CIA. Au final, le lecteur aura, entre ses mains, une BD coup-de-poing qui le mènera de surprises en surprises !


 


Blacksad T.3 : Âme rouge ” par Juanjo Guarnido et Juan Diaz Canales


Editions Dargaud (13 Euros)


Nous retrouvons ici, avec plaisir, le chat détective John Blacksad, toujours un peu désabusé, méfiant et taciturne, mais de plus en plus humain, intègre et fidèle. Pour cette nouvelle enquête, digne des meilleurs polars d’Hammett et de Chandler, ou des plus marquants films noirs des années hollywoodiennes, notre félin privé est plongé en pleine guerre froide, entre maccarthysme, amour et espionnage ! Echoué à Las Vegas, où il est réduit à jouer les gros bras au service d’un joueur épicurien et fortuné, l’élégant matou au cœur tendre tombe, par hasard, sur une ancienne connaissance : un hibou devenu scientifique de renommée internationale, candidat au Prix Nobel et, sans qui, il aurait certainement sombré dans la délinquance. Ce savant atomiste est pourtant menacé de mort et ses amis, tous membres d’un groupe d’artistes et d’intellectuels de gauche, sont successivement assassinés. Sur fond de guerre froide, le scénariste Juan Diaz Canales nous parle de corruption politique et de crises nucléaires, tout en tissant les fils d’une intrigue policière passionnante où il introduit, à bon escient, une petite dose d’humour fort bienvenue. D’autre part, le dessin virtuose de son compatriote, l’Espagnol Juanjo Guarnido est encore plus chaleureux et le fait qu’il donne à ses différents personnages des figures animalières ne dédramatise en rien cet imbroglio complexe et psychologique, lequel est encore plus réussi que les deux précédentes enquêtes créées par ces deux explorateurs de l’âme humaine…


 


Largo Winch T.14 : La loi du dollar de Philippe Francq et Jean Van Hamme


Editions Dupuis (9,80 Euros)


Quoi qu’en disent ses détracteurs, Jean Van Hamme est un grand professionnel du scénario et ce nouveau «Largo Winch» nous le démontre une fois de plus, si besoin en était ! Ce quatorzième opus est la conclusion d’une intrigue, solidement charpentée, amorcée avec l’album précédent («Le prix de l’argent») et qui tourne autour d’une histoire autour de stock-options. Ce mécanisme financier, qui a pas mal défrayé la chronique, notamment avec les 40 millions touchés par Philippe Jaffret dans une des affaires ELF en France, il y a quelques années, est parfaitement vulgarisé et met même à jour les énormes failles de l’organisation du groupe Winch. Certes, l’histoire reste classique (notre héros s’en tirera avec tous les honneurs) et elle est parsemée de quelques invraisemblances, mais peu importe ! On prend un réel plaisir à la lire, de la même façon que l’on pouvait, autrefois, apprécier la lecture d’une BD écrite par Charlier ou par Greg, deux autres grands maîtres du récit d’aventures en BD !


 


Gilles RATIER


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.