PLUS DE LECTURES DU 26 SEPTEMBRE 2005

“ Le Chat du Rabbin T.4 : Le paradis terrestre ” par Joann Sfar aux éditions Dargaud , “ Carême T.2 : Cauchemars ” par Paolo Mottura et Christophe Bec aux éditions Les Humanoïdes associés, “ Niklos Koda T.7 : Magie blanche ” par Olivier Grenson et Jean Dufaux aux éditions Lombard, “ Fantômes blancs T.1 : Maison rouge ” par Li-An et Appollo aux éditions Vents d’Ouest et “ Golden City T.6 : Jessica ” par Nicolas Malfin et Daniel Pecqueur aux éditions Delcourt.

 


Le Chat du Rabbin T.4 : Le paradis terrestre ” par Joann Sfar


Editions Dargaud (9,80 Euros)


Par petites touches d’émotion, d’humour, d’ironie et de tendresse, le prolifique Joann Sfar continue d’explorer les sentiments humains et les règles culturelles ou spirituelles qui les régissent, prêchant l’amour et la tolérance, sans pour autant nous faire la morale ! Le quatrième tome des pérégrinations de ce félin philosophe et beau parleur, dans l’Algérie de 1936, est basé sur les souvenirs de la grand-mère de l’auteur. Prenant un peu de distance avec son maître, le chat du rabbin va suivre le Malka des lions, sorte de juif errant : un parcours initiatique, sans doute plus méditatif que dans les précédents épisodes, mais toujours écrit avec autant de clairvoyance et d’humanité.


 


Carême T.2 : Cauchemars ” par Paolo Mottura et Christophe Bec


Editions Les Humanoïdes associés (12,60 Euros)


Martinien et Aimé ont décidé de faire route ensemble, destination Lanmeurbourg, la cité impériale ; ceci afin que les assurances puissent rembourser le chargement perdu du véhicule accidenté de Martinien. Alors que ce dernier reçoit une véritable petite fortune en dédommagement, il apprend qu’Aimé porte en lui un lourd secret : il souffre d’une maladie incurable… Douceur, poésie, humour et ironie sont au rendez-vous de ce drame un brin fantastique, où l’on aborde des sujets difficiles comme la mort, le suicide, la folie… Ce scénario très fort et au rythme particulier, sur le thème de l’amitié, est sublimé par les dessins tout en douceur de l’italien Paolo Mottura (Prix Albert Uderzo du «Jeune talent», en 2005). On appréciera particulièrement son découpage dans les séquences muettes ainsi que sa mise en couleur baroque et féerique : une belle réussite autant graphique que narrative qui devrait séduire un très large public !


 


Niklos Koda T.7 : Magie blanche ” par Olivier Grenson et Jean Dufaux


Editions Lombard (9,80 Euros)


Projet proposé à l’origine chez un autre éditeur (Dupuis, pour ne pas le nommer), la série «Niklos Koda» a fini par atterrir dans la collection «Troisième vague», plus proche du concept de départ. Or, aujourd’hui, elle est l’un des meilleurs représentants de ce label des éditions du Lombard. Donc, contrairement aux supputations de nombreux de lecteurs, cette BD d’Olivier Grenson et de Jean Dufaux n’est pas un produit fait sur mesure, dans le sillon de «Largo Winch» et autres «Alpha». D’ailleurs, le côté espionnage, avec un brin de fantastique, n’est qu’un prétexte pour développer des relations humaines, souvent difficiles, entre hommes et femmes. D’autre part, le séduisant agent secret «Niklos Koda» n’est pas seulement un séducteur incorrigible, il est aussi tourmenté par un lourd passé où la sorcellerie a joué un rôle important. Enfin, comme les deux auteurs se connaissent de mieux en mieux, la série se bonifie avec le temps : le dessin d’Olivier Grenson est de plus en plus élégant et Jean Dufaux en profite pour peaufiner le caractère du héros dans cette conclusion d’un diptyque envoûtant, situé dans la «Cité des morts» qui n’est autre que la capitale égyptienne : Le Caire !


 


Fantômes blancs T.1 : Maison rouge ” par Li-An et Appollo


Editions Vents d’Ouest (12,50 Euros)


Maxime et François quittent la festive Paris de ce début du XXème siècle, laissant leurs amours, pour retourner sur une île créole où ils ont passé leur enfance et où Maxime a hérité du domaine de Maison Rouge. Alors que Maxime décide de construire une machine volante, François, en proie à ses démons intérieurs et à son ennui, se lance sur les traces du trésor du pirate Jean Bouin, entraîné par deux indigènes légèrement alcooliques. Cette balade poétique et nostalgique, teintée de fantastique et chargée de références, est due au talentueux scénariste de «La grippe coloniale», le Réunionnais Appollo : sa narration, qui mêle réalité et rêves comme passé et présent, est fort habile ! Quant au dessin de son compatriote Li-An, lequel lorgne ici du côté de la «nouvelle BD», il est beaucoup plus efficace et plus élégant que sur son adaptation linéaire du «Cycle de Tschaï», le roman de science-fiction de Jack Vance.


 


Golden City T.6 : Jessica ” par Nicolas Malfin et Daniel Pecqueur


Editions Delcourt (13 Euros)


Voici enfin la conclusion de ce premier cycle de science-fiction, palpitant et fort bien dessiné, qui mérite bien son surnom de «Largo Winch» cyber-aquatique. D’autant plus que ce nouvel album comporte son lot de révélations ! Rassurez-vous, nous n’allons rien vous dévoiler d’important en vous avertissant, qu’après six tomes, tout va s’arranger pour le «vrai» milliardaire Harrison Banks : pour le moment, il est encore prisonnier de son clone et du professeur Seeds, lesquels ont la ferme intention de se débarrasser de lui. Action, dépaysement, thèmes sociaux et écologique, tout est réuni pour faire un vrai succès populaire et…, c’est un vrai succès populaire (100 000 exemplaires à la nouveauté). Voilà qui est complètement mérité car cette série à grand spectacle, très divertissante, est dotée d’un habile découpage et d’un graphisme lumineux !


 


Gilles RATIER


 


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.