PLUS DE LECTURES DU 30 MAI 2005

Comme toutes les semaines, voici encore cinq albums qui peuvent, sans problème, trouver place dans votre bibliothèque : “ Extrême Orient T.2 : He Sao ” par Franck Bourgeron aux éditions Vents d’Ouest, “ Liberté T.1 : Le septième tueur ” par Pierre Guilmard aux éditions Glénat, “ Stairway to heaven T.1 ” par Makoto Kobayashi aux éditions Pika, “ Dans la nuit T.3 : Profondeurs ” par Denys et Joël Callède aux éditions Delcourt et “ Strangers in Paradise T.8 : Mon autre vie ” par Terry Moore aux éditions Kymera.

 


Extrême Orient T.2 : He Sao ” par Franck Bourgeron


Editions Vents d’Ouest (12,50 Euros)


Le premier tome avait surpris par son dessin flamboyant et sulfureux, dans la lignée d’un Christophe Blain, et par son scénario documenté sur l’histoire de la révolution culturelle chinoise. Ce second opus confirme l’essai même si l’on regrette un peu que les deux tomes n’aient pas été publiés en un seul. Ce dernier aurait eu, certainement, encore plus de force : mais les contraintes économiques et techniques sont ce quelles sont et il faut souvent faire avec ! Ceci dit, alors que le premier épisode était très elliptique avec une mise en scène théâtrale qui installait le contexte historique, ce deuxième opus est bien différent : ce jeune auteur (qui vient du dessin animé) y a manifestement mis tout son cœur en se concentrant sur ses personnages et en se laissant aller à beaucoup plus de poésie… Ils ont été des millions a avoir subi la répression de la nouvelle République Populaire de Chine dirigée par Mao Tse Tung, dès 1949. Li Fuzhi, considéré comme élément perturbateur, est envoyé dans une ferme collective pour être testé. Pour l’occasion, le parti lui a donné une femme, et, tous les deux, ils tentent d’oublier leurs tourments en travaillant très dur. Un beau jour, le nouveau secrétaire de la sécurité annonce à Li Fuzhi sa réhabilitation officielle et le charge de garder un homme détruit par le régime : le poète Hau Rui. Cette mission, simple en apparence, se révèle, en fait, un redoutable piège…


 


Liberté T.1 : Le septième tueur ” par Pierre Guilmard


Editions Glénat (12 Euros)


Pierre Guilmard est un dessinateur humoristique trop méconnu : après avoir traîné ses guêtres, dès 1963, dans Pilote, puis dans Spirou, Tintin, Djinn et Formule 1 (Ah ! «Jane Holmes» !), il a obtenu un brin de reconnaissance avec des séries plus adultes dans le propos comme «La java des Gaspards» et «Les Farfelingues» (cette dernière avec la complicité de Régis Loisel !). Il lance ici un récit assez classique, mais fort efficace, situé juste après le krach boursier de Wall Street, le 24 octobre 1929. Des hommes d’affaires, miraculés du désastre économique, et quelques actrices aussi capricieuses que célèbres embarquent sur le paquebot Liberté qui assure la liaison Le Havre-New York. La traversée va être endeuillée d’un meurtre, puis d’un autre… Un jeune groom et son ami steward, observateurs privilégiés de la vie du bateau, vont prendre les choses en main et tenter de mener l’enquête. Si le ton est moins déluré et moins drôle que sur «Les Farfelingues» (cette série est un petit chef-d’œuvre d’humour ! Demandez-là de notre part à votre libraire favori !), on retrouve avec plaisir le charme du graphisme particulier de Guilmard (une sorte de style franco-belge avec des traits cassants) et son habilité à raconter des histoires bien construites.


 


Stairway to Heaven T.1  ” par Makoto Kobayashi


Editions Pika (9,90 Euros)


Voici un étonnant manga érotique, très bien dessiné, qui, contrairement aux oeuvrettes européennes du même genre, propose une vraie histoire, pimentée de fantaisie et d’humour. L’auteur avait déjà publié une première version dans le Young Magazine des éditions Kôdansha, sous le nom de «Chichon Manchi» (L’enfer du plaisir). Quelques années plus tard (en 2004), le mangaka a retouché certaines planches (tout en continuant sa série actuelle : «Kakutô Tanteidan», laquelle paraît dans le journal Evening) et a ressorti ce petit chef-d’oeuvre sous le titre «Stairway to Heaven» : c’est cette version qui nous est proposée par les éditions Pika dans leur collection «Senpaï», destinée aux adultes. Une femme médecin, célèbre pour avoir consacré sa vie à sauver celles des autres, décède à l’âge honorable de 92 ans. Malgré les nombreux bienfaits qu’elle a réalisés pendant son existence terrestre, elle ne peut accéder au Paradis…, car elle est vierge ! Pour expier ce péché, on l’envoie dans une sorte de Purgatoire (le fameux Chichon Manchi), avec un corps complètement rajeuni, afin qu’elle perde sa virginité : ce qui n’es pas une mince affaire, malgré le fait qu’elle suscite de nombreuses convoitises. Bref, c’est une BD «de cul» vraiment originale qui devrait certainement vous faire prendre votre pied !


 


Dans la nuit T.3 : Profondeurs  ” par Denys et Joël Callède


Editions Delcourt (12,50 Euros)


Joël Callède est certainement la meilleure découverte de la collection «Insomnie» des éditions Delcourt. Ce jeune scénariste, admirateur des récits d’horreur contemporains « à la Stephen King », multiplie les bonnes séries palpitantes («Comptine d’Halloween», «Les enchaînés» et «Dans la nuit», en attendant le prometteur «Tatanka» à paraître en juin). Ce troisième volume qui met toujours en scène un animateur de radio lequel reçoit, la nuit, les appels des âmes tourmentées. Cette fois-ci, ce bon Samaritain, qui écoute et rassure, s’attarde sur le sort d’un inspecteur à moitié dépressif dont la vie personnelle est un vrai désastre. Il est chargé de l’enquête sur un ponte de la mafia locale qui s’est suicidé de façon inexplicable, entraînant dans sa mort toute sa famille. La maîtresse du défunt, désemparée, vient s’accuser du carnage et trouve refuge dans les bras de ce lieutenant de police pourtant à bout de nerf… Ne vous inquiétez pas, tout vous sera expliqué à la fin des 48 pages que compte cet album. L’intrigue est parfaitement huilée, comme dans un bon feuilleton américain, et le lecteur se laisse facilement manipulé, d’autant plus que les dessins de Denys Quistrebert (qui signe de son seul prénom) sont très convaincants et bien adaptés à l’atmosphère étouffante de ce polar fantastique très très noir  !


 


Strangers in Paradise T.8 : Mon autre vie  ” par Terry Moore


Editions Kymera (15 Euros)


Terry Moore, habile dessinateur et scénariste, est l’homme d’une seule série : «Strangers in Paradise» (crée en 1993, chez Antarctic Press) : c’est l’histoire de deux femmes et de leurs relations amico-amoureuses ambiguës, au fil des années. En France, nous avons découvert cette BD grâce à Eric Bufkens (qui en assure désormais la traduction à la place du couple scénariste Ange), d’abord aux éditions Le Téméraire (en 1999), puis chez Bulle Dog de 2001 à 2003. Ayant créé au début de l’année sa propre maison d’édition, le traducteur-éditeur inspiré reprend sa série phare, devenue culte entre-temps, avec ce tome 8. Doté d’un résumé de l’histoire, ce dernier opus constitue un excellent point de départ pour ceux qui ne connaissent pas encore l’univers un peu à l’au de rose et matinée de sexe de cette BD indépendante, laquelle tranche avec la production super-héroïque qui envahit la création du 9ème art aux USA. Dans cet épisode, David, jeune asiatique qui est sous le charme de Katchoo (c’est la jolie peintre blonde lesbienne qui est l’une des deux héroïnes), vient d’être informé qu’il est l’héritier de la fortune de sa sœur. Il doit se rendre à New York pour signer les papiers mais, alors qu’il se prépare à partir pour l’aéroport, Francine (plantureuse brune malchanceuse, mal dans sa peau, qui est l’autre personnage principal de la série) se lâche et révèle ses véritables sentiments quant à la relation qu’entretiennent ses deux meilleurs amis. Voilà un comics, récompensé maintes fois par les prestigieux Eisner Awards, qui est parfaitement crédible et qui mérite toute votre attention !


 


Gilles RATIER


 


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.